En voyage avec une liseuse

Publié le par Papillon

 

Avant de partir en Nouvelle-Zélande, je m'étais interrogée sur l'opportunité d'emporter une liseuse, mais j'avais renoncé... jusqu'à ce que Cuné ne parvienne à me convaincre de changer d'avis, en me proposant de me prêter sa liseuse, pleine de livres. J'ai accepté, bien que l'objet en question soit un K*****, pour lequel je professe une certaine antipathie.

 

Mais je dois reconnaître que l'objet en question est plutôt élégant, compact et ergonomique. Il est léger et plat, et se glisse dans n'importe quel sac à main. Je l'ai donc trimballé partout pendant trois semaines.


 

Liseuse.jpg

 

 

Qu'est-ce que j'en ai pensé ?

 

Avantages :

 - le plus gros avantage est bien sût la possiblité de transporter toute une bibliothèque dans un objet plus petit qu'un livre de poche. Celui de Cuné contenait près de 250 livres, soit l'équivalent pour moi de trois ans de lectures,

 - la lecture est extrêmement confortable, plus confortable que sur le papier parce que l'on peut choisir la police et la taille des caractères, ce qui m'a permis de lire sans lunettes ; le confort est identique que l'on soit dedans ou dehors, à l'ombre ou au soleil, 

 - il est équipé d'une petite lampe qui permet de lire dans le noir sans déranger son voisin de lit, d'avion ou de tente,

 - il est doté d'une connexion au wifi, ce qui permet de télécharger un nouveau livre n'importe où si on est en manque, ce qui ne m'est pas arrivé (tant mieux, parce qu'en Nouvelle-Zélande l'internet est très couteux, et les points wifi gratuits rares),

 - il a une très grande autonomie ; je ne l'ai rechargé qu'une fois (juste avant le voyage de retour qui devait durer une quarantaine d'heures) et c'était plus par sécurité que par besoin, ce qui s'est révélé d'ailleurs parfaitement inutile car la plupart des aéroports internationaux permettent de recharger tous les appareuils électroniques que l'on veut : il y a des prises partout. On peut même recharger directement dans l'avion (sur les vols long courrier), il y a une prise USB sur chaque fauteuil !

 

 

Inconvénients :

 - c'est un appareil électronique, son utilisation est donc interdite en avion pendant les phases de décollage et d'atterissage. C'est peut-être négligeable sur un vol Paris-Canton (12 heures), mais pas sur Londres-Paris (1 h) où j'ai eu à peine le temps de l'ouvrir,

 - en temps qu'appareil électronique, il doit être exhibé au contrôle des bagages ; comme je devais déjà sortir les chaussures, la ceinture, le trousse de toilette, le contenu de mes poches, ça m'a un peu saoulée... J'ai d'ailleurs noté qu'à l'aéroport de Londres "liseuse" ne se traduit pas par "reader" mais par... "kindle" (no comment !),

 - comme c'est un appareil électronique, j'ai pris bien soin de ne pas le faire trop voisiner avec ma tasse de café (je suis plutôt maladroite) : j'ai pensé qu'il survivrait moins bien à la noyade qu'un livre de poche,

 - je trouve plus facile de feuilleter un livre papier qu'un livre électronique, tout comme j'ai regretté de ne pas pouvoir souligner des phrases, corner des pages, coller des post-it (cela dit, ce n'était pas ma liseuse, donc je ne voulais pas laisser de traces),

 - je n'aime pas l'absence de numéros de pages. "T'en es où, de ton bouquin ?" "32%", c'est bizarre, non ? Quand on lit en numérique, on ne sait jamais si on est dans un gros pavé qui va nous prendre une semaine ou devant un petit opuscule qui se dévorera en deux jours,

- mais le plus gros inconvénient à mes yeux, c'est que l'on ne peut pas prêter ses livres.  Or il se trouve que, parmi mes compagnons de voyage, il y avait plusieurs gros lecteurs(rices). On a beaucoup parlé de livres, de lectures et de littérature (je les ai d'ailleurs scandalisés avec ma liseuse...) "Il est bien ton bouquin ?" "Génial !" "Tu me le prêteras ?" "Peux pas, il est dans ma liseuse !" J'ai donc réussi l'exploit de partir avec une liseuse contenant 250 livres, et de revenir avec une liseuse et... une livre papier. Incorrigible !

 

 

Pour résumer, c'est vrai que l'on perd toute la sensualité du livre avec une liseuse, et que l'on se trouve avec un truc électronique en plus, mais quel confort ! En voyage, en tout cas, je trouve ça formidable. Je suis tellement accro que je viens de me commander une liseuse. Pour moi, ce sera un Kobo Glo.

 

 

Et un grand, grand, grand MERCI à Cuné qui m'a permis de faire cette expérience !

 





Publié dans Ma vie de lectrice

Commenter cet article

uncoindeblog 19/10/2014 09:15


Je me demandais justemment quelle liseuse tu avais adopté et là j'ai ma réponse. Malgré le côté pratique et les nombreux avantages que tu as mis en avant, je ne parviens toujours pas à me
décider...

Papillon 19/10/2014 21:09



L'essayer c'est l'adopter en ce qui me concerne ! Empruntes en une à la biblio pour faire un essai. Et tu l'emmènes en WE avec toi. Cela dit je continue à lire des livres papier mais la liseuse
en déplacement c'est top !



Johanna 18/10/2014 18:27


Après quelques mois d'usage, que penses-tu que la Kobo Glo? C'est ma potentielle option.


Je suis très réticente à cette idée de liseuse, j'aime beaucoup les livres papiers et j'ai déjà de longs voyages avec des livres que j'échangeais (notamment 9 mois en NZ!). Cette fois-ci, je pars
en Amérique Centrale, mais avec un bagage cabine seulement. J'ai pensé à la liseuse pour alléger le sac et y inclure également les guides de voyage. Je m'inquiète aussi du vol... On peut laisser
traîner un bouquin sur une plage, une liseuse, beaucoup moins (sauf en NZ!). 

Papillon 19/10/2014 21:08



Je ne la trouve pas terrible la Kobo Glo : tactile très peu sensible et surtout autonomie très largeusement inférieure à celle annoncée par le constructeur : une semaine grand maximum. Par contre
c'est vraiment super agréable comme lecture, tous les amis à qui je l'ai faite assayer ont été bluffés. Et je crois qu'on risque moins le vol avec une liseuse qu'avec un téléphone ou une
tablette. Je n'ai pas eu de problème cet été (quand je me baignais je la rangeais dans mon sac) mais l'inconvénient à la plage c'est qu'il faut éviter l'eau, le sable, la crème, etc... C'est
quand même plus fragile qu'un bouquin. Autre inconvénient tu ne peux pas échanger de livres et il faut trouver du wifi pour acheter des livres (pas beaucoup de wifi gratuit en NZ je ne sais pas
ce qu'il en est en Amérique centrale) Donc, du pour et du contre mais en voyage j'ai vraiment apprécié de ne pas trimballer quinze kilos de livres et d'avoir ma liseuse toujours sur moi.



aproposdelivres 04/04/2014 11:08


J'ai une liseuse que j'utilise quand je ne peux pas lire de livres papiers... Modèle Kobo Aura (où le nombre de pages s'affiche en bas de page, j'ai par exemple : "Page 185 sur 422" correspondant
à la pagination d'un livre papier)

Papillon 05/04/2014 21:10



C'est aussi le cas sur la Kobo Glo que je viens de m'offrir et, franchement, je préfère !



sylire 22/03/2014 23:18


Les livres audio font office de liseuse, en ce qui me concerne, pour le côté pratique. Donc pour l'instant, je ne suis pas tentée d'en acquérir une.

Papillon 23/03/2014 19:42



Tu me donnes envie d'essayer, en tout cas...



In Cold Blog 21/03/2014 15:52


Je me retrouve complètement dans tes réticences et je suis convaincu que je trouverais les mêmes avantges que toi à la liseuse.
Dans les transports en commun, je trouve qu'on commence à voir de plus en plus de liseuses (même si le papier est toujours largement dominant). Je dois reconnaître que lire la version papier de
L'enfant de l'étranger d'un main (l'autre fermement agripée à une barre ou une poignée) comme je le fais en ce moment n'est pas des plus confortables

Papillon 21/03/2014 21:02



J'ai noté qu'on en voit de plus en plus aussi dans les aéroports. Et dans le métro, tu as raison, c'est idéal !


Et j'ai bien hâte de lire ton avis sur le Hollinghurst !



Kathel 21/03/2014 12:33


Pour moi, de même, le plus gros avantage que je vois est de ne plus trimballer pleine de livres en voyage, que ce soit pour un court trajet ou pour un plus long périple.Et aussi le confort visuel
!

Papillon 21/03/2014 21:01



Oui, on ne se crève plus les yeux avec des caractères trop petits et on ne stord plus les poignets avec des pavés très lourds ! D'aileurs après un mois de lectures exclusivement numériques, j'ai
du mal à reprendre un vrai bouquin...



chinouk 20/03/2014 12:45


J'étais assez réfractaire aux liseuses avant d'avoir la mienne, mais une rando sac à dos de 15 jours m'a fait changer d'avis ( impossible de prévoir un second sac
pour mes livres , et a présent ma Kindle est de tous mes voyages / vacances et déplacements...

Papillon 20/03/2014 19:35



Ah oui, j'ai vraiment apprécié de l'avoir tout le temps dans mon sac, sans avoir à me poser la question "je le prends ou je le prends pas ?"



BMR 20/03/2014 10:17


j'étais moi-même accro au livre papier, à la limite du fétichisme, stockant religieusement sur mes étagères des tonnes d'arbres abbatus ...


avec réticence, j'ai tâté comme toi de la K... en déplacement longue durée


et je suis devenu accro à la lecture électronique ! quel confort de lecture pour les yeux comme pour les mains, c'est plus agréable que le papier, quelle facilité pour surligner un passage et le
retrouver plus tard (facile pour le blog !) et bien sûr quelle capacité de stockage et quelle autonomie
même le soir à la maison, la liseuse est plus confortable et plus légère que le papier


après un an de bons et loyaux services, je suis en train de passer à la version tactile et rétro-éclairée qui est encore plus agréable !


on peut désormais utiliser la liseuse en avion( sans wifi évidemment) même dès le décollage et la version rétroéclairée permet de lire sans réveiller toute l'allée avec sa loupiote


reste le problème du prix des bouquins souvent plus chers que le format poche (faut pas déconner quand même, on n'est pas addict à ce point !)
et le problème du prêt : je ne pensais pas que cela mettrait autant de temps à se régulariser, à croire que els éditeurs veulent inciter au piratage !


bref, l'essayer c'est l'adopter !!!

Papillon 20/03/2014 19:34



Je te rejoins totalement sur tous ces points (sauf que moi l'hotesse m'a obligée à l'éteindre à l'aterrissage, alors qu'il était en mode avion) : l'essayer, c'est l'adopter ! Et comme toi je
pense que le livre numérique est bien trop cher, quand on pense qu'il n'y a plus de paier, plus d'impression et plus de transport. Je crois que les éditeurs sont réticents à changer de modèle...



keisha 20/03/2014 08:16


Comme je n'ai pas de "grand voyage" prévu (la NZ est dans mes rêves de voyage, remarque, donc j'attends de baver devant tes photos), pas de liseuse prévue non plus. Je me souviens d'un voyage de
plus de 4 semaines avec l'équivalent de 13 livres dans la valise (et il n'y avait rien de trop!!! j'avais presque tout lu) alors je me suis passée de liseuse. (j'avais pris des livres de poche,
quand même)


Merci de raconter ton expérience... 

Papillon 20/03/2014 19:31



Moi non plus, pas de grand voyage avant un moment (point trop n'en faut !) mais beaucoup de déplacements en transports
en commun, donc je ne vais plus pouvoir m'en passer !



cuné 20/03/2014 06:08


Je suis très fière de toi, connaissant tes réticences initiales, rien que d'avoir accepté de tenter l'expérience, c'est remarquable. Moi aussi je préfère toujours (et à jamais) le livre papier,
mais depuis 2 ou 3 ans maintenant je navigue très bien avec les 2, la liseuse pour tous les déplacements (et les envies subites et immédiates, pouf le livre est là) et les "vrais" livres pour le
plaisir.


C'est super, tu as l'air d'avoir vécu 3 semaines très belles et très riches, j'ai hâte de voir les photos :)

Papillon 20/03/2014 19:30



Je dois dire ques premiers jours c'est déstabilisant parce que totalement différent de l'objet livre.


Mais j'ai été totalement bluffée par le confort de lecture, d'autant que je me suis usé les yeux récemment sur un vieux Jane Austen écrit tout petit. Ensuite, je trouve que l'objet a une taille
idéale. En six mois j'ai bousillé 2 sacs à mains à force de trimballer de gros pavés (qui me démolissent le dos en plus !), alors ce petit truc tout fin qui se glisse partout : j'adore. Je vais
avoir du mal à m'en séparer mais dès que j'ai fini mon livre en cours, je te le renvoie. Vivement que le mien arrive
!!!!