Si tu cherches la pluie, elle vient d'en haut - Yahia Belaskri

Publié le par Papillon

 

belaskri.jpgDans un pays qui n'est jamais nommé mais dans lequel on reconnait l'Algérie des années 90, règnent la corruption, le désordre et la violence, une violence qui va saccager la vie de Déhia, Adel et Badil.

 

Déhia est une jeune femme moderne, isue d'une famille aisée et cultivée. Elle enseigne la linguistique à l'université et se heurte chaque jour au fanatisme religieux borné de ses étudiants. Un jour elle rentre chez elle pour trouver sa mère égorgée par ses propres fils. Quelques semaines plus tard, c'est son fiancé qui est poignardé par un étudiant.

 

Adel, lui, est issu d'un milieu modeste et a dû s'accrocher pour devenir cadre dans une entreprise. Chaque jour il est confronté à la corruption et au clientélisme. Le jour où il rencontre l'amour, sa vie vole en éclats dans un attentat qui tue sa fiancée. Des années plus tard, Déhia et Adel vont se rencontrer et se reconstruire ensemble dans une nouvelle vie.

 

Badil n'aura pas cette chance. Jeune frère d'Adil, privé très tôt de sa famille, il ne trouve sa place ni dans sa ville, ni dans la société. Il tombe dans la délinquance, avant de chercher à fuir de l'autre côté de la Mediterranée, vers un avenir meileur qu'il ne trouvera jamais.

 

Les romans qui abordent cette période noire de l'Algérie ne sont pas légion, d'où mon intérêt pour celui-ci. Mais il ne m'a pas réellement touchée, car je l'ai trouvé trop superficiel, trop concis. Les personnages sont à peine esquissés, alors que l'auteur met une certaine complaisance à décrire des scènes d'une grande violence, violence inexpliquée d'ailleurs, puisqu'à aucun moment le lecteur ne connait la cause de toutes ces morts, comme si le meurtre était une chose banale. L'auteur n'évoque jamais réellement le contexte politique. En revanche, il mêle régulièrement sexe et violence, ce qui m'a presque choquée, comme s'il cherchait à nous dire que la frustration sexuelle est la première cause de la violence.

 

Rencontre ratée, pour moi, donc.

 

L'avis de Gangoues plus séduit que moi.

 

bob

 

Vents d'ailleurs, 2010. - 126 p.


 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Leiloona 04/12/2010 11:35



Le titre du roman m'intriguait et je comptais l'acheter bientôt, mais après avoir lu ton billet, je vais faire des économies : sexe et violence à gogo : pas pour moi. 



Choupynette 15/11/2010 09:34



comme Clara, je me fie à ton billet et passe mon tour!



Richard 14/11/2010 21:35



Merci pour cette lecture !!


Je passerai donc mon tour ! Il y a tant de choses à lire !


Amicalement



clara 14/11/2010 20:55



J'ai confiance en ton avis...



Papillon 14/11/2010 21:13



Merci de ta confiance Oui, j'ai trouv" que ce roman manquait de souffle et de profondeur !



keisha 14/11/2010 18:27



Pour te remettre de ta déception, sache que j'ai mis la main sur une pépite Gallmeister :


http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-en-vol-54983774.html


Enjoy!



Papillon 14/11/2010 21:10



J'ai vu ça ! Et tu me donnes une idée : je dois avoir encore un Gallmeister dans ma PAL. Peut-être me sortira-t-il de ma panne de lecture ?