Serena - Ron Rash

Publié le par Papillon

 

rash.jpg

 

En Caroline du Nord, dans les années trente, George Pemberton est exploitant forestier. A l’occasion d’un séjour à Boston, il rencontre et épouse la belle et ambitieuse Serena. Dès lors, le couple poussé par le désir de s’enrichir, n’a qu’une idée en tête : déboiser, déboiser, déboiser. C’est compter sans le projet de quelques amoureux de la nature qui ont décidé de créer un Parc National pour protéger ce qui peut encore l’être. Mais rien ne saurait résister à la cruelle et impitoyable Serena.

 

Ce roman de Ron Rash est bien différent du précédent, même si le décor est le même. On n’y retrouve pas cette atmosphère oppressante de fin du monde, et pourtant une menace plane, tant sur les hommes que sur les arbres.

 

Le personnage de Serena est un peu exagéré : une femme d’acier portée par son avidité, qui n’a de place ni pour la tendresse, ni pour l’amour (que ce soit celui des humains, ou celui de la nature). Mais le roman s’ouvre sur une scène de froide violence et le lecteur comprend très vite que cette femme ne se laissera arrêter par rien. Et de fait, les cadavres ne vont pas tarder à s’accumuler car la dame ne supporte pas la moindre opposition.

 

L’intérêt de ce roman réside selon moi dans la multiplicité des points de vue. D’un côté ce couple de prédateurs qui ne voient dans la forêt qu’un tas de billets verts, de l’autre la jeune Rachel qui essaie tant bien que mal d’élever seule le petit garçon qu’elle a eu de Pemberton avant son mariage. Mais aussi un groupe de bucherons qui travaillent dur, sur fond de crise sociale et de peur du chômage, et qui observent d’un œil critique mais prudent, leur couple de patrons qui ne laisse derrière lui que ruine et désolation.

 

C’est le roman d’une Amérique sauvage et sans loi, qui se construit sur des cadavres. Un roman très moderne, finalement.

 

 

Traduit de l’américain par Béatrice Vierne.
Le Masque, 2011. – 404 p.

Commenter cet article

chinouk 25/10/2012 08:52


Dans ma PAL, avec un pied au Paradis :)

Papillon 25/10/2012 19:56



Un excellent roman ! Tout est bon chez Ron Rash.



Mango 19/08/2011 02:28



J'ai beaucoup aimé ce livre. Ce que j'apprécie chez les auteurs américains , c'est qu'ils ne craignent pas la démesure. Serena est monstrueuse et cruelle, sauvage dans ses désirs, à l'égal des
animaux qui rôdent autour d'elle,  sauvage comme la Nature grandiose où elle vit, cruelle et inhumaine comme ces entreprises qui détruisent les forêts... 



Papillon 23/08/2011 21:08



Je crois que c'est aussi ce qui m'a plu : cette démesure.



Joelle 17/08/2011 16:56



Toujours rien lu de lui malgré le fait que ses deux titres me tentent énormément ! C'est que je n'ai pas réussi à mettre la main dessus à la biblio (j'ai entraperçu Serena sur l'étagère des
nouveautés il y a 1 ou 2 mois mais je ne pouvais pas l'emprunter à ce moment-là ... grrrr !)



Papillon 17/08/2011 20:20



Les deux sont très différents l'un de l'autre, et j'espère que tu arriveras à mettre la main dessus !



Hélène 17/08/2011 09:48



Je l'ai abandonné en cours de route, mais il faudrait peut-être que je persévère finalement...



Papillon 17/08/2011 20:15



Décidément... Encore un abandon. Tu n'as pas eu envie de savoir ce que devenait Rachel ?



Leiloona 16/08/2011 08:32



Lu et bien aimé ! En fait, Serena m'a fascinée de dégoût souvent, mais fascinée.


Billet programmé demain, je crois ... 



Papillon 16/08/2011 21:44



Tu as raison, elle est détestable, mais fascinante !



clara 16/08/2011 07:18



Je note, je note ! 



Papillon 16/08/2011 21:43



Tu devrais aimer !



Aifelle 15/08/2011 22:21



J'ai beaucoup aimé le personnage de Rachel dans le roman, elle apporte une dose d'humanité qui est la bienvenue. Ce n'est pas du tout le genre du premier en effet, mais je l'ai apprécié
également, dans le genre explosion du capitalisme sauvage. Et j'ai bien aimé aussi "le nom des gens". Encore une fille plutôt excessive, dans un autre genre



Papillon 16/08/2011 21:43



Rachel est l'exact contrepoint de Serena ! Mais Serena, quel personnage !



emeraude 15/08/2011 15:36



j'avais adoré un pied au paradis. J'ai abandonné celui là assez rapidement...



Papillon 15/08/2011 22:09



décidément, j'ai l'impression qu'il y a eu pas mal d'abandons...



Brize 15/08/2011 13:08



Oui, le personnage de Serena est exagéré... au point que j'ai fini par abandonner cette lecture à mi-parcours, me contentant de survoler la suite, qui ne m'a pas incitée à reprendre le roman.


J'ai, de loin, préféré "Un pied au paradis".



Papillon 15/08/2011 22:08



Pourtant il y a quand même un peu de suspense avec la poursuite de Rachel et de son fils.



Ys 15/08/2011 11:09



J'ai aimé le précédent, surtout pour l'ambiance et les personnages. Celui-là me tente moins finalement...



Papillon 15/08/2011 11:12



Celui-ci est nettement moins fort, en effet. Il y avait beaucoup plus de nuances dans "Un pied au paradis" où les personnages n'étaient ni méchants, ni gentils.