Nord et Sud - Elizabeth Gaskell

Publié le par Papillon

nord-et-sud.jpg

Je n’avais pas spécialement prévu de relire Nord et Sud à l’occasion du Mois anglais, mais je tenais absolument à voir l’adaptation de la BBC. Et c’est après avoir visionné la série que j’ai eu une envie irrésistible de relire le roman, histoire de comparer les deux versions.

L’histoire

Margaret Hale, fille de pasteur, a passé la plus grande partie de sa vie à Helstone, petit village du Hampshire, dans le Sud de l’Angleterre. Mais, lorsque son père décide de quitter sa charge parce qu’il n’adhère plus aux valeurs de son Eglise, la famille Hale est forcée de partir. Sur les conseils d’un ami, Mr Bell, ils décident de s’installer à Milton, ville industrielle du Nord et capitale du coton. Pour toute la famille c’est un choc culturel : peu d’amis, une ville noire de fumée, des usines et une population ouvrière. Toujours grâce à Mr Bell, ils ne tardent pas à faire la connaissance de John Thornton, patron d’une filature, qui doit faciliter leur installation. Margaret, jeune fille volontaire au caractère bien affirmé, est pleine de préjugés à son encontre car il représente tout ce qu’elle méprise : le monde du commerce et de l’argent. Et, face à la vie difficile des ouvriers, il lui apparaît comme un oppresseur, alors que des rumeurs de grève agitent la ville de Milton.

Le roman

Je suis toujours très agacée quand on veut réduire ce roman à une histoire sentimentale, ce qui est très injuste car il s’agit d’un vrai roman social. On y parle de grève et de syndicats, de lutte des classes et de capitalisme, d’investissement et de profit (et il a été écrit en 1855, soir trente ans avant Germinal..). Plus qu’une opposition entre le Nord et le sud de l’Angleterre, l’auteur y montre les antagonismes de deux classes sociales (patrons et ouvriers) qui se détestent et se méprisent, alors qu’elles sont totalement dépendantes l’une de l’autre. Margaret, qui a moins de préjugés envers les ouvriers qu’envers leurs patrons, va devenir amie avec une famille d’ouvriers, les Higgins, et découvrir la réalité de la vie ouvrière, ce qui va lui fournir des arguments pour croiser le fer avec Mr Thornton. Car le roman contient de grandes discussions politiques, socio-économiques et religieuses. Elizabeth Gaskell donne à voir tous les points de vue.

Les personnages

Ce que j’aime dans ces personnages c’est qu’ils sont pour la plupart très ambivalents (comme on l’est dans la vie). Margaret trouve que Mr Thornton est dur et inflexible, mais elle admire son énergie et son intégrité, lui la trouve arrogante et méprisante, mais il n’en est pas moins sensible à sa beauté et à son charme. Sa mère, la terrible Mrs Thornton déteste Margaret qu’elle trouve hautaine, mais elle admire son courage et son caractère. Margaret n’hésite pas à dire à Higgins sa façon de penser, malgré l’amitié qu’elle a pour lui, et lui n’hésite pas à lui répondre du tac au tac, malgré le respect qu’il lui témoigne. Et, bien sûr, au fil du roman, tous les personnages évoluent : Margaret prend conscience de son orgueil, John Thornton de sa dureté, Higgins de son intransigeance. A la fin du roman, les rapports de Mr Thornton avec ses ouvriers sont bien différents de ce qu’ils étaient au début.

north-and-south.jpg

Le film

Le film (qui dure quand même près de quatre heures) condense et modernise le roman. On y perd une grande partie des discours politiques et sociaux, mais on y gagne en intensité. Certains personnages gagnent en importance comme le délicieux Mr Bell ou le sympathique Higgins. De nombreuses scènes ont été ajoutées ou modifiées, mais la réécriture a été faite si totalement dans l’esprit du roman que l’histoire n’en pâtit pas, bien au contraire. Par exemple, la rencontre initiale de Margaret Hale et John Thornton est bien plus dramatique à l’écran que dans le roman. Elle a lieu à la manufacture et plonge d’emblée Margaret et le spectateur dans la réalité d’une filature : l’atelier, le bruit infernal des métiers à tisser, la poussière de coton qui emplit l’espace, et Mr Thornton en train de rosser un ouvrier qu’il a surpris en train de fumer. La scène finale est également beaucoup plus romantique que dans le roman, très moderne, mais très réussie.

Ce que j’en pense

J'aime beaucoup ce roman et l'adaptation de la BBC est une réussite totale, à tous points de vue. Elle équilibre parfaitement l'aspect social et la romance. Le casting est impeccable, la plupart des personnages semblant sortir tout droit du roman. Richard Armitage et Daniela Denby-Ashe (tous deux magnifiques) habitent littéralement les rôles de John Thornton et Margaret Hale. C’est un régal pour les yeux, pour l’esprit et pour le cœur.

 

Lu et vu dans le cadre du Mois anglais

mois anglais

 

Série en 4 épisodes de la BBC (2004) ; réalisation de Brian Percival ; scenario de Sandy Welch et Elizabeth Gaskell,avec Richard Armitage et Daniela Denby-Ashe.

Roman traduit de l’anglais par Françoise de Sorbier. Points, 2005 (1e éd. 1855). – 685 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Margotte 27/06/2014 14:39


Je ne connaissais ni le roman, ni la série... mais je vais aller voir de quoi il retourne car tout cela me semble romanesque à souhait !

Papillon 28/06/2014 13:12



Je te conseille absolument les deux ! 



Theoma 25/06/2014 11:38


J'ai adoré le roman et j'ai adoré la série. Offert tous deux à ma soeur et à ma fille :)

Papillon 25/06/2014 20:10



Toutes mes copines se battent pour avoir le DVD ! J'aime autant le roman que l'adaptation.



Karine:) 24/06/2014 22:06


Ah non, ce n'est pas juste une histoire damour!  Loin de là!  J'adore ce roman!

Papillon 25/06/2014 20:08



Moi aussi ! Ce fut un plaisir de le relire. J'aime encore mieux Mr Thornton que Mr Darcy !



maggie 24/06/2014 10:12


J'avais autant aimé le film que le livre et j'ai hâte découvrir le reste de l'oeuvre de Gaskell !

Papillon 24/06/2014 20:39



Moi aussi, mais ses romans ne sont pas faciles à trouver en français.



Brize 23/06/2014 11:54


J'ai beaucoup aimé le roman, étonnamment moderne dans son approche. Comme toi, je regrette qu'il puisse être réduit à une histoire d'amour car c'est effectivement, avant tout, un roman social.


Je me méfiais beaucoup de l'adaptation BBC, dont je craignais qu'elle donne une version trop romancée et dénature le livre, mais ton avis me donne très envie de la voir.

Papillon 23/06/2014 19:28



L'adaptation est vraiment réussie, je trouve, tout à fait dans l'esprit du roman. Je me suis vraiment régalée.



La chèvre grise 23/06/2014 10:27


Arf, il faut que je découvre ce titre ! J'ai découvert l'auteur avec "Confessions de Mr Harrison" et j'avais apprécié.

Papillon 23/06/2014 19:26



C'est le seul que j'ai lu jusqu'à présent de Gaskell (ses romans ne sont pas faciles à trouver en français) mais j'aime beaucoup !