Ma famille et autres animaux - Gerald Durrell

Publié le par Papillon

 

Trilogie de Corfou /1

 

durrell.jpg

 

Dans les années 30, la famille Durrell, ne supportant plus le "maudit climat" anglais, décide de se transporter sous des cieux plus cléments, en l'occurrence l'ïle de Corfou. Vingt ans plus tard, le cadet de la famille, devenu naturaliste, tire de ces années ensoleillées un savoureux récit, mélange de chronique familiale et de documentaire animalier.

 

La famille Durrell a cette particularité d'être totalement excentrique. Ils sont cinq et chacun a une marotte : la mère aime la cuisine et le jardinage, le fil aîné Larry (qui deviendra Lawrence Durrell) ne vit que pour la littérature, Leslie aime la chasse et les armes à feu, Margo les jolies toilettes, et le petit dernier Gerry se passionne pour toutes les créatures animales, à poils ou à plumes, volantes, rampantes ou trottinantes. L'île va devenir pour lui un immense terrain de jeux et d'expérimentations.

 

Il passe se temps par monts et par vaux, apprivoisant tout ce qui peut s'apprivoiser et le reste, ne reculant ni devant le nid de la mygale, ni devant celui du scorpion. Il rapporte, bien sûr, ses trouvailles à la maison, ce qui donne lieu à toutes sortes d'incidents plus comiques les uns que les autres : l'invasion de la table de la salle à manger par une famille de scorpions, un combat entre un gecko et une mante, la dévastation du bureau de Larry par deux pies, au grand dam du Larry en question qui se révèle à la fois le plus spirituel et le moins tolérant de la famille à l'égard de ce zoo familial, contrairement à la mère de famille qui fait preuve d'une équanimité sans pareille.

 

Tout ce petit monde passe son temps à se baigner, se promener, organiser des repas de fêtes. C'est la vie de bohême, les vacances éternelles, un paradis bucolique et ensoleillé, même si Gerry se voit de temps en temps affublé d'un précepteur, généralement aussi extravagant que le reste de la famille. Gerry, dont la curiosité à l'égard du monde animal est à la fois universelle et insatiable, n'en possède pas moins un grand talent d'écrivain, nous régalant de dialogues absurdes, de réflexions piquantes sur sa famille ou de pages superbement poétiques sur les beautés de Corfou.

 

« Au dehors, l’île était tachetée de noir et d’argent par la lune. Très loin en bas de la colline, dans les sombres cyprès, les hiboux se lançaient l’un à l’autre de réconfortants appels. On eût dit le ciel noir tapissé d’une douce fourrure constellée d’étoiles. Le magnolia étendait au-dessus de la maison ses bouquets de fleurs blanches qui semblaient être le reflet de centaines de petits astres. Leur senteur lourde et sucrée enveloppait la terrasse,  et la magie de ce parfum langoureux nous emportait dans la campagne mystérieuse baignée de clair de lune. » 

 

Ce récit est un délice d'excentricité, de drôlerie et d'enthousiasme juvénile. 

 

Tout le monde semble l'avoir déjà lu : plein d'avis sur Babelio.

 

Lu dans le cadre du Mois anglais

mois anglais

 

 

 

 

 

 

 

Traduit de l'anglais par Léo Lack.

Editions de la Table Ronde, 2014 (1e éd. 1956). - 278 p.


Commenter cet article

keisha 12/08/2014 21:09


J'ai englouti les deux d'affilée. Sans encombres, mais en lisant un autre en parallèle. Mais sans doute vaut-il mieux les lire en laissant du temps (remarque, j'ai mis 4 ans entre le 1 et le 2),
car après : il n'y en a plus et ça c'est moche (bon j'ai ratissé déjà quasiment tout ce que la bibli propose de Durrell G et même en VO.Tu n'en as pas fini!

Papillon 13/08/2014 21:01



Tant mieux ! 



keisha 12/08/2014 16:31


Je viens de lire les deux autres, fonce, c'est du bon!


Je te signale que le deuxième existait, dans les entrailles de ma bibli caverne d'Ali Baba. Le 3 vient d'y arriver (me suis jetée dessus). Tu vas a-do-rer.

Papillon 12/08/2014 19:44



Je n'en doute aps une seconde ! Mais j'attends un peu, Cathulu m'a dit qu'il valait mieux laisser passer un peu de temps entre les volumes. C'est ton avis aussi ?



Grominou 09/06/2014 22:23


J'ai adoré moi aussi! Mais j'ignorais qu'il faisait partie d'une trilogie!

Papillon 10/06/2014 20:49



En fait les 2 autres n'avaient encore jamais traduits en français, ils viennent juste de l'être.



Kathel 05/06/2014 19:18


J'ai adoré ce livre ! Je ne sais pas si la suite de la trilogie est aussi drôle !

Papillon 05/06/2014 19:37



C'est celui-ci le plus connu, en tout cas. Je pense que je tenterai bientôt la suite, comme ça je saurai 



cathe 05/06/2014 16:37


Ah, les romans de Gerald Durrell ! Je les adore tous !!! Ils me mettent en joie !

Papillon 05/06/2014 19:37



C'est un délice, en effet. Certaines anecdotes ont tellement irrésistibles qu'on se dit : "c'est pas possible : il a tout inventé !" Mais au final c'est pas grave, c'est que du plaisir !



keisha 05/06/2014 08:28


Tu peux continuer à lire ses aventures avec les animaux, c'est toujours un régal...

Papillon 05/06/2014 19:35



J'ai vu qu'il avait écrit pas mal de bouquins, en effet. Ma priorité ira à la suite de cette trilogie qui est vraiment un bonbon !