Lucy Gayheart - Willa Cather

Publié le par Papillon

 

 

cather.jpgA dix-huit ans, Lucy Gayheart est la plus populaire des filles de la petite ville de Haverford, dans la vallée de la Platte. On aime la voir marcher d’un pas vif dans les rues de la ville, semblant toujours poursuivre quelque chimère, ou patiner sur le lac gelé en compagnie de son vieux copain Harry Gordon, qui aimerait bien lui passer la bague au doigt. Lucy est la fille de l’horloger, qui dirige aussi l’harmonie municipale, et Lucy joue du piano. C’est pour poursuivre ses études musicales qu’elle part pour Chicago, où elle découvre la liberté sans rien perdre de son goût pour la beauté.

 

« D’une seule pensée, elle avait touché cette étoile, qui lui avait répondu, l’éclair d’une mutuelle reconnaissance. Quelque chose savait, donc, dans l’ignorant désert de ces espaces : quelque chose avait toujours su, savait de toute éternité ! Cette joie d’adresser un salut à ce qui se trouve loin au-dessus de soi était une joie éternelle, pas seulement quelque chose qui était arrivé à sa propre ignorance, à son imbécile de cœur. »

 

Lucy a vingt ans quand sa vie bascule. Son professeur de piano la présente à un célèbre baryton français, Clément Sébastian, dont elle va devenir l’accompagnatrice pour quelques semaines. Avec Sébastian, elle découvre une autre facette de la musique, celle qui bouleverse et vous met en état de grâce. Et Lucy va tomber éperdument amoureuse de cet homme beaucoup plus âgé qu’elle. Bien loin de repousser cet amour, Sébastian, qui est obsédé par la mort et la fuite du temps, l’encourage, entraînant la sensible Lucy dans une tragédie.

 

Avec un nom pareil (« cœur joyeux »), Lucy semblait tout avoir pour être heureuse, mais elle va être victime d’un excès de sensibilité. Elle est comme l’oisillon qui s’envole trop tôt du nid et se fait dévorer par le chat. C’est un roman sur la magie de la musique, le pouvoir du maître sur l’élève et la perte de l’innocence, un roman très mélancolique et très émouvant qui brise le cœur du lecteur.

 

challenge-100-ans-litte-ame.png


Traduit de l’américain par Marc Chénetier.
Rivages, 2010 (1e édition 1935). – 233 p.


Commenter cet article

anjelica 17/06/2010 21:27



je le note. J'aime les romans qui me brisent le coeur, au moins il touche quelque chose



Papillon 18/06/2010 21:25



C'est très bien écrit en plus et très délicat.



La plume et la page 12/06/2010 00:00



Malgré la mélancolie que tu évoques je suis tentée par ce livre. Je note!



Papillon 12/06/2010 17:54



Un grand auteur, en tout cas.



Dinge des lebens 08/06/2010 12:53






Merci pour cette information!





cocola 05/06/2010 17:30



Très bonne idée de lecture pour ce challenge... je note :)



Koulou 03/06/2010 22:57



Une nouvelle série BD sympathique et familiale à découvrir ? ici si vous
voulez, bien sûr.

ce que d'autres en ont pensé avant vous

Bonne journée.




choco 02/06/2010 23:09



Je l'ai noté chez je ne sais plus qui et c'était tout aussi positif !



Papillon 09/06/2010 22:06


mais une histoire bien triste...


Restling 02/06/2010 13:45



Je ne connaissais pas du tout ni l'auteur, ni le titre. Mais ton billet me donne très envie de le lire.



Papillon 02/06/2010 21:07



très, très bien écrit, tout en sensibilité.



kathel 02/06/2010 12:30



Il semble que je n'ai jamais lu, ni même noté de lire cet auteur... voilà, c'est chose faite !



Papillon 02/06/2010 21:07



C'est un classique de la littérature américaine, un peu tombé dans l'oubli.



Ys 02/06/2010 09:41



j'ai entendu parler de ce livre à une émission radio, tu confirmes l'excellente impression qu'elle m'a fait.



Papillon 02/06/2010 21:05



Prépare ton mouchoir, parce que c'est triiiisssste !



clara 02/06/2010 08:53



Les dernières phrases de ton billet me donnent envie de le lire...



Papillon 02/06/2010 21:06



C'est une histoire très mélancolique...