Les grandes espérances - Charles Dickens

Publié le par Papillon

Il y avait bien longtemps que j'avais renoncé à lire Charles Dickens, après avoir été traumatisée dans ma jeunesse par la lecture concomitante de David Copperfield et d'Oliver Twist. Ni les cris d'amour de Karine, ni la dickensmania de Cuné n'avaient réussi à me faire changer d'avis. Et puis j'ai lu Le Chardonneret de Donna Tartt, que j'ai adoré, et dont j'ai lu partout qu'il avait une atmosphère "dickensienne". Il a fallu que je juge par moi-même et je me suis lancée dans la lecture du classique des classiques : Les Grandes espérances.

dickens

Ces "espérances"  sont celles du jeune Philip Pirrip, surnommé Pip. Pip est un petit orphelin qui n'a jamais connu ses parents. Il est elevé par une soeur plus âgée, qui ne lui témoigne aucune tendresse et le considère comme un fardeau. Heureusement, cette mégère est mariée à un brave homme, Joe, le forgeron du village, seul adulte à témoigner un peu d'affection à ce pauvre gamin. Un soir qu'il traîne dans le cimetière, Pip rencontre un forçat évadé qui le force à lui trouver un peu de nourriture. Malgré la peur que lui inspire sa soeur, Pip dévalise le garde-manger. Mais le lendemain, il assiste à la capture du forçat par les soldats. Peu de temps après il est sollicité pour aller tenir compagnie à une vieille femme riche. Miss Havisham vit enfermée depuis des années dans une maison obscure et poussiéreuse, en compagnie de souvenirs et de souris. Elle a une filleule aussi jolie qu'arrogante, dont Pip tombe amoureux au premier coup d'oeil. De ce jour-là, tout change pour le jeune Pip qui se met à rêver de devenir un "monsieur" pour séduire Estelle. Il est exaucé quelques années plus tard, quand un généreux bienfaiteur, qui souhaite rester anonyme, décide de faire de lui un gentleman et l'envoie à Londres pour faire son éducation.

Je ne suis pas sûre d'avoir assez de mots pour rendre justice à un tel roman, magistral et époustouflant. D'abord, Charles Dickens est un formidable conteur, qui n'ennuie jamais son lecteur : pas de longueurs chez lui. Au contraire, comme le roman a été publié en feuilleton, les chapitres sont denses et l'auteur a un talent inouï pour relancer l'attente du lecteur. Ensuite, ce roman mêle tous les genres : autobiographie (écrit à la première personne, il est inspiré par l'enfance de l'auteur); roman d'apprentissage (puisque nous suivons le jeune Pip pendant près de vingt ans et le voyons beaucoup changer) ; satire sociale (avec le portrait d'un jeune homme simple que l'argent va corrompre et la dénonciation d'un certain snobisme de classe) ; roman gothique (chez Miss Havisham, figure inquiétante figée dans un passé aussi moisi que son gâteau de mariage) ; histoire policière (avec la figure récurrente des forçats évadés) ; histoire d'amour, enfin, aussi émouvante que désespérée.

Dickens a un merveilleux don pour créer des décors, des personnages et des atmosphères. Il nous balade d'un village de campagne, avec sa rue commerçante et son auberge, à la prison de Newgate, et des rues sombres de Londres au cabinet d'un homme de loi énigmatique. Il ne cesse de nous surprendre avec des personnages tragiques ou burlesques, ridicules ou émouvants. Il nous fait rire, il nous émeut, il nous fait peur, il nous fait pleurer. On se prend à aimer tous les protagonistes (même si on a bien souvent envie de flanquer une bonne taloche à cet ingrat de Pip !), car rares sont ceux qui sont irrécupérables. Dickens adore ses personnages, il leur donne à tous une seconde chance, il croit en l'être humain, en sa capacité de rédemption. Et après avoir secoué son lecteur pendant 600 pages avec les émotions les plus variées, il lui donne ce qi'il attend au dernier chapitre et lui permet de refermer son livre avec un grand soupir de bonheur.

J'ai absolument tout aimé dans ce livre et suis tombée totalement en amour pour Charles Dickens...

Lu dans le cadre du Mois anglais

mois anglais

Traduit de l'anglais par Charles-Bernard Derosne.

Numeriklivres, 2013 (1e éd. 1861). - 543 p.

 

Commenter cet article

maggie 21/06/2014 08:32


Il faut que je le termine surtout depuis que j'ai vu l'adaptation BBC !!!

Papillon 21/06/2014 15:24



Il y a une adaptation BBC ? Ohlala ! Faut que je la trouve !



Cuné 05/06/2014 19:51


Oh tu vas faire la connaissance de Sam Weller, il est extra !! :)

Papillon 05/06/2014 20:40



Tu me mets l'eau à la bouche !  Je me demande si le plus grand talent de Dickens ce n'est pas, justement, de
créer des personnages aussi vivants, aussi fascinants, aussi attachants ?



Cuné 05/06/2014 07:15


Je me demande si le roman par et avec lequel on entre dans l'oeuvre de Dickens ne devient pas automatiquement notre préféré, celui à l'aune duquel on juge les autres, et on ne retrouve jamais
tout à fait cette magie dans les autres, même si on en adore certains aussi. moi c'était Bleak House, et si j'ai aimé Great expectations, je l'ai aimé moins :)


Mais ceux que j'ai clairement moins aimés, ce sont ses deux romans historiques, Barnabé Rudge (lu récemment, enfin à moitié :/) et Conte de deux villes.


Tous les autres furent des bonheurs de lecture.

Papillon 05/06/2014 19:34



Tu as peut-être raison, j'ai déjà eu ce sentiment avec d'autres auteurs. Je verrai bien ! Le prochain sera Mr Pickwick parce que je veux essayer de les lire dans l'ordre.



yueyin 04/06/2014 17:48


Ah ben j'ai dû rater un truc... je disais donc tout pareil... Oliver Twist ne me tete pas du tout mais je me suis acheté la maison d'âpre-vent... nous verrons pour la suite de mon aventure
dickensienne :-) mais c'est sûr qu'après els espérances, on est prêt à donner une nouvelle chance à Charlie :-)

Papillon 04/06/2014 20:21



J'espère simplement ne pas avoir commencé par le meilleur, sinon je risque d'être un peu déçue...



yueyin 04/06/2014 17:46


est-ce que tu modères tes commentaires (ceci est un test pour voir pourquoi mon comm n'apparait pas :-)

Papillon 04/06/2014 20:20



Non, non, je ne modère rien, mais la technique nous surprend parfois



yueyin 04/06/2014 17:44


Tout pareil, quel bonheur ce livre... il doit falloir choisir ses Dickens avec soin, au moins au début... pour mon prochain, je me suis acheté la maison d'âpre-vent, il parait qu'il est aussi
bien que les espérances :-D

Papillon 04/06/2014 20:19



J'espère que je ne serai pas déçue par le suivant... Pour moi, ce sera Mr Pickwick, parce que j'aimerais les lirs dans l'ordre...



gambadou 03/06/2014 21:44


Je fais de la lecture à voix haute avec ma fille de 13 ans, et je voulais commencer Dickens. J'espère qu'elle ne sera pas traumatisée !

Papillon 04/06/2014 20:18



Si c'est toi qui le lui lis et que tu lui expliques qu'on est plus au XIXe siècle, ça devrait aller !!!


(elle a de la chance, ta fille : c'est génial la lecture à voix haute !)



Titine 03/06/2014 14:04


Je suis une grande fan de Dickens et j'ai un gros gros faible pour Miss Havisham que je trouve absolument incroyable.

Papillon 03/06/2014 20:28



C'est un des trucs qui m'ont vraiment plu dans ce roman : la variété des personnages. Il faut quand même avoir une sacrée imagfination pour créer Miss Havisham et Mr jaggers et Mr Wemmick et la
famille Pocket. Je les aime tous, en fait !



keisha 03/06/2014 08:05


Chic, tu tombes dans la marmite! Tu as encore bien des heures de bonheur, alors;..

Papillon 03/06/2014 20:25



Je l'espère bien !



FondantOchocolat 03/06/2014 06:37


J'ai lu "Oliver Twist" il y a peu, dans une version abrégée... mais j'aurais aimé commencer par ce roman-ci en fait, je le note pour plus tard, assurément !

Papillon 03/06/2014 20:24



Celui-ci est vraiment très réussi, en tout cas.