Le fils – Philipp Meyer

Publié le par Papillon

 

Rentrée littéraire 2014


meyer

 

« Nous étions éternels, nous étions le Peuple Elu, l’écho de nos noms retentirait sous les étoiles bien après notre disparition de cette terre. »

 

Premier roman de cette rentrée littéraire et premier coup  de cœur, avec ce roman-fleuve qui retrace presque deux siècles d’histoire du Texas, à travers l’histoire des Mc Cullough, riche famille de ranchers. Trois voix tissent tour à tour le récit de la saga familiale, trois générations de Mc Cullough, trois temps narratifs qui alternent pour bâtir une chronique à plusieurs facettes.

 

Celui que tout le monde appelle le Colonel, depuis qu’il a combattu avec les Confédérés, est à la fois le patriarche de la famille, un héros local, et l’homme le plus puissant du comté. Né en 1836, l’année même où le Texas rejoint l’Union, il avait à peine treize ans quand il fut capturé par les Indiens. Les trois années passées dans une tribu comanche marqueront son destin à jamais. Quand il retourne chez les Blancs, il ne tarde pas à comprendre que seuls richesse et pouvoir lui apporteront cette liberté dont il a fait l’expérience et dont il ne peut plus se passer, et il va tout faire pour les conquérir.

 

Le Texas est alors un territoire riche mais vide que se disputent Américains, Indiens et Mexicains. La vie d’Eli Mc Cullough est marquée par la violence, les morts prématurées, la lutte pour la survie. Au fil des ans et des épreuves, l’adolescent courageux et généreux se transforme en un vieil homme impitoyable, à l’image de ce pays de violence qu’est le Texas, où seule règne la loi du plus fort. A part sa fidélité à sa famille comanche, sa seule loi est la sienne. Cette conscience qu’il a perdue sur le chemin de la richesse, c’est son fils qui va l’incarner.

 

Peter est l’opposé de son père : sensible et cultivé, mais complètement écrasé par cet homme tout puissant. Bien que conscient de sa lâcheté, il est incapable de s’opposer à l’ambition dévorante du Colonel. Il va laisser son père commettre ce qui apparaît comme un épouvantable crime, qu’il ne lui pardonnera jamais, tout en en portant toute sa vie la culpabilité. Son opposition tacite à son père va faire de lui le paria de la famille.

 

Mais rien n’est jamais blanc ou noir sous la plume de Philipp Meyer, qui balaye sans complaisance tout ce que l’on croyait savoir sur la conquête de l’Ouest. Tout comme les Indiens n’étaient pas les barbares que l’on a longtemps voulu voir, Eli Mc Cullough se révèle un homme bien plus attachant qu’il n’y paraît de prime abord, un homme qui assiste, impuissant mais sans larmes, à la fin de la nation indienne. Avec ce western épique et familial, l’auteur nous offre un très grand roman, magnifique et rude, qui ne nous cache rien de la construction de ce Texas qui, plus qu’un état du Sud, se vit comme une véritable nation, renvoyant dos à dos le « Vieux Sud » et les yankees, méprisant tour à tour Mexicains et Afro-américains.

 

Un roman à la fois dostoïevskien où le fils subit le châtiment (et la rédemption) du crime commis par le père, et philosophique qui s’interroge à l’infini sur le sens de la vie et questionne la place de l’homme dans l’Histoire, cet éternel recommencement.

 

« Tous [ces indiens] furent éliminés par les Apaches, éliminés à leur tour – au Texas du moins – par les Comanches. Eux-mêmes éliminés par les Américains. Un être humain, une vie – ça méritait à peine qu’on s’y arrête. […] Et pourtant, elle était là. A respirer, à penser tout cela. Le sang qui coulait à travers les siècles pouvait bien remplir toutes les rivières et tous les océans, en dépit de l’immense boucherie, la vie demeurait. »


Traduit de l’américain par Sarah Gurcel.

Albin Michel, coll. Terres indiennes, 2014. 688 p.

 

 

Ce roman est mon pavé de l'été 

pavédelété



Commenter cet article

Louise 24/09/2014 12:26


Je le note pas spécialement pour moi, mais pour mon homme qui adore les westerns (moi pas) et qui aime lire aussi. Et comme il me demande toujours des conseils pour ses lectures... grâce aux
différents blogs j'arrive à fournir.

Papillon 26/09/2014 19:55



Et c'est vraiment un super western !



Theoma 03/09/2014 17:31


Avec Sandrine, vous êtes toutes deux sacrément tentatrice. Noté et surligné !

Papillon 03/09/2014 18:18



Tant mieux ! Ce roman merite les plus grands eloges  Et de trouver des tas de lecteurs.



Karine:) 02/09/2014 01:17


Je ne suis pas très western normalement.  Mais tu es fort convaincante!

Papillon 03/09/2014 18:17



J'ai adoré.  J'aime tout ce qui a trait aux indiens d'Amérique et là j'ai été servie !



Brize 31/08/2014 22:37


Intéressant ... mais je ne sais pas si l'histoire me motive assez pour me lancer dans un tel pavé.

Papillon 03/09/2014 18:15



Comme je l'ai dit plus haut il ne faut pas s'arreter au nombre de pages tellement ce roman se lit bien. Je l'ai trouve trop court pour ma part et j'ai franchement ralenti vers la fin !



yueyin 28/08/2014 16:29


je le note celui-là, il a tout pour me plaire :-)

Papillon 28/08/2014 18:33



Superbe roman quand on aime l'Amérique et les amérindiens.



clara 28/08/2014 15:04


les westerns et moi ça fait deux.. 

Papillon 28/08/2014 18:32



Pas la peine d'insister, alors 



Aaliz 28/08/2014 14:56


J'adore déjà la littérature américaine à la base mais ce roman-ci a tout pour m'attirer. Je viens en plus de terminer un court recueil sur les amérindiens qui m'a donné très envie d'approfondir
le sujet. Et puis tu as trouvé les mots qu'il fallait pour me convaincre d'ajouter immédiatement ce titre à ma liste d'envie !

Papillon 28/08/2014 18:32



Je le conseille absolument !



Aifelle 27/08/2014 13:20


C'est une bonne collection "Terres Indiennes". Le nombre de pages pourrait me faire reculer, mais avec ce que tu dis, je le note quand même.

Papillon 28/08/2014 09:14



Excellente collection, en effet, qui ne m'a jamais déçue, je crois bien. Quant au volume de ce livre : ça se lit super bien et je l'ai même trouvé trop court !



Une ribambelle 26/08/2014 19:57


Je trouve déjà le thème de l'histoire plutôt original, tout comme le lieu du récit. 


Il me tente mais je me pencherai dessus plus tard vu la floppée de livres qui m'attendent.

Papillon 26/08/2014 20:25



Je trouve que c'est un livre incontournable pour tous ceux qui aiment l'Amérique.



jerome 26/08/2014 13:49


Le coté pavé me refroidit mais c'est vraiment un roman qui a tout pour me plaire !

Papillon 26/08/2014 20:20



Je l'ai trouvé trop court, en ce qui me concerne, j'étais tellement bien dans ce récit que j'ai ralenti avant la fin pour ne pas finir très vite !