Adam et Cassandra – Barbara Pym

Publié le par Papillon

 

pym3

 

Un petit village du Shropshire. Cassandra est une jolie jeune femme que tout le monde s’accorde à trouver parfaite. Elle est marié à Adam, obscur poète et écrivain, qu’elle dorlote parce qu’il adore jouer les génies tourmentés. Il ne se passe pas grand-chose à Up Callow. On va boire le thé chez le pasteur ou jouer au bridge chez Mr Gay, vieux garçon qui n’a jamais réussi à trouver la femme (riche) de ses rêves. Le moindre incident, la plus petite nouveauté déclenchent curiosités et bavardages. Aussi quand un étranger s’installe au village devient-il l’objet de toutes les conversations. Il s’agit d’un beau hongrois, célibataire de surcroit, qui attise l’appétit de Miss Gay, demoiselle de trente ans, qui cherche désespérément un mari. Mais le bel étranger se met à faire une cour assidue à Cassandra. Celle-ci n’est pas intéressée, mais aimerait bien déclencher la jalousie de son mari qu’elle trouve un peu trop tiède, un peu trop sûr de sa fidélité…

 

Ce roman (écrit en 1936, mais publié de façon posthume cinquante ans plus tard) est l’un des plus réussis de Barbara Pym : délicieusement railleur et très, très drôle. L’auteure y analyse très finement les relations sociales au sein d’une petite communauté fermée : convoitises, jalousies, ragots, et nécessité absolue de respecter les convenances. Elle se moque sans vergogne de tous ses personnages et de leurs quêtes désespérées : respectabilité pour les uns, amour pour les autres, compagnie pour d’autres encore. A travers le personnage d’Adam, intellectuel de pacotille qui cite Woodworth à tous bouts de champs, Barbara Pym se rit d’une certaine forme de littérature1. Et elle raille beaucoup aussi le tempérament anglais, auquel elle oppose la joyeuse spontanéité du visiteur hongrois.

 

Le tout donne un délicieux bonbon anglais, bourré d’humour et riche en personnages si parfaitement british qu’on ne saurait les détester.

 

1 Adam écrit un roman où un jardinier découvre le sens de la vie juste en observant son jardin, et Barbara Pym le ridiculise tellement que je me suis demandée si ce n’était pas une critique déguisée de Virginia Woolf.

 

 

L’avis de Plaisirs à cultiver 

 

 

Traduit de l’anglais par François Dupuigrenet Desroussilles.

Editions Rivages Poche, 1990 (1e éd. 1987). – 236 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sous les galets 03/08/2014 17:03


C'est Aifelle qui m'a donné envie de me pencher sur B. Pym, si j'arrive à trouver celui-ci (il me semble qu'ils sont pour la plupart épuisés), je commencerais pas lui. Le mois anglais a
terriblement accru mes envies de littérature anglaise ;-)

Papillon 03/08/2014 20:35



Comme je te comprends : je crois que mon mois anglais va durer très longtemps. Ce romen de B Pym est vraiment bien pour aborder son oeuvre, il est très réussi.



keisha 31/07/2014 07:39


Depuis quelque temps quand je suis en librairie je cherche ses romans (en vain, j'en ai donc acheté un en anglais, et il n'y avait rien d'autre!) mais je découvre que cet Adam et Cassandra, je
l'ai depuis des années chez moi, en VO, sous le titre Civil to strangers... Voilà voilà...

Papillon 31/07/2014 21:06



C'est vrai qu'elle est peu réédité depuis les années 80, mais la lire en anglais ne doit pas être désagréable ; il faudra que j'essaie !



Aifelle 30/07/2014 20:30


Depuis que j'en ai relu un pour le mois anglais, j'ai très envie de continuer. Elle est inimitable dans sa description de certains milieux anglais.

Papillon 31/07/2014 21:04



Et celui-ci m'a paru particulièrement réussi, très drôle !