Le gang de la clef à molette - Edward Abbey

Publié le par Papillon


Ils sont quatre et ont deux points communs : un amour immodéré pour les paysages arides du Sud-Ouest américain et une haine sans limite pour tous ceux qui voudraient les abîmer.

« Face au vent, dans le paysage rouge et crénelé où coule le Colorado, cœur du cœur de l’Ouest américain. Le vent y souffle sans cesse, rien n’y pousse, à part le genévrier rabougri au sommet des falaises, le rare chardon et le cactus nain. Après les pluies d’hiver, lorsqu’elles tombent, et de nouveau après celles d’été, si on ne les attend pas en vain, il y a une très brève éclosion de fleurs. La moyenne des précipitations annuelles est de cinq pouces. C’est le genre d’espace qui fait fuir, épouvanté, le fermier, l’éleveur, le défricheur. Il n’y a pas d’eau, pas de terre, pas d’herbe. Il n’y a pas d’arbres, sauf quelques rares peupliers au fond des canyons. Rien d’autre qu’un squelette de roches, une peau de sable et de poussière ; le silence, l’espace, et les montagnes, au-delà. »



Il y a un chirurgien quinquagénaire, anarchiste et pyromane, sa jeune et jolie petite amie, juive new-yorkaise vaguement baba-cool, un mormon polygame guide de rivière et un vétéran du Vietnam, amateur de bière et d’armes à feu, un peu psychopathe. Le hasard les réunit lors d’une descente du Colorado.

 « La belle lumière du soleil couchant striait le ciel, embrasant les nuages et les montagnes. Presque partout le paysage était dépourvu de routes, inhabité, désert. Ils avaient envie qu’il restât ainsi. Ils feraient tout pour ça. Pour le garder tel quel. »



Mais l’industrialisation est en marche. Jour après jour des autoroutes sont ouvertes, des mines creusées, des centrales électriques installées, des barrages construits. Pour retarder le processus, les quatre amis décident de se lancer dans l’éco terrorisme. Au début leurs sabotages sont artisanaux et poétiques : sable et sirop d’érable dans des réservoirs de bulldozers, engins de chantiers balancés à la flotte. Puis on passe à la vitesse supérieure : explosifs et dynamite, destruction de ponts, de routes et de voies ferrées. Toutes les forces de l’ordre sont à la recherche des quatre pieds nickelés de l’Ouest et une longue traque démarre…



Voilà le roman le plus jouissif que j’ai lu depuis longtemps. Edward Abbey est drôle, méchant, cynique, tendre et humaniste. On ne peut s’empêcher d’aimer ces quatre hors-la loi, fous de grands espaces, déjantés et décalés. L’auteur les plonge dans des aventures burlesques, inventives, où tous les coups (ou presque) sont permis. Il nous fait frémir, blêmir, rougir, soupirer, transpirer, et hurler de rire. Il nous entraîne sur le plateau du Colorado, aux confins de l’Utah et de l’Arizona, dans ce désert de pierres sculpté par les canyons, qui dessine l’un des plus beaux paysages du monde. Il dénonce avant tout le monde (ce roman date de 1975) l’exploitation à outrance des richesses du désert, et la pollution qui en découle, pour apporter un confort futile aux Américains : climatisation à Los Angeles, piscines à Las Vegas, centres commerciaux éclairés a giorno à Tucson et ailleurs. Nous savons bien que le pathétique combat de ces quatre révoltés est dérisoire, ils n’en sont que plus attachants, dans leur course folle contre le reste du monde.

Un roman jubilatoire que je conseille à tout le monde : écolos ou pas, amoureux ou non des grands espaces, parce que c’est aussi un excellent thriller.



D'autres avis : So - Keisha


Traduit de l’américain par Pierre Guillaumin.
Préface de Robert Redford.
Gallmeister, 2005. – 486 p.

 

Commenter cet article

hélène 03/08/2014 17:47


Un récit décapant !

Papillon 03/08/2014 20:35



C'est le mot ! J'en garde un excellent souvenir (mais je suis totalement fan d'E Abbey)



Daniel Fattore 24/08/2009 16:17

Ca fait longtemps que j'ai noté le titre, et rien que pour ça, je sauterais volontiers dessus. Ce que vous en dites ne peut que me rapprocher encore de ce récit.

Papillon 24/08/2009 20:41


Un grand livre, très drôle !


Theoma 22/08/2009 20:05

Il a tout pour me plaire celui-ci. Les photos que tu as choisies sont magnifiques, que de beaux souvenirs !

Papillon 23/08/2009 21:35


Ce livre m'a vraiment rappelé mes vacances là-bas, c'est peut-être pour ça qu'il m'a autant plu !


keisha 22/08/2009 08:12

Sympa les photos! Je suis contente que tu aimes ce livre!je compte bien lire la suite (après un petit temps quand même) , et je viens juste de lire Désert solitaire du même auteur, plus autobiographique mais toujours autant "j'aime le désert", je ne m'en lasse pas!

Papillon 22/08/2009 08:27


Désert solitaire est vraiment le prochain que je veux lire ! Il en parle tellement bien du désert !


La pyrénéenne 19/08/2009 19:01

Je l' avais déjà noté quelque part ... et je suis en train de trier des photos de balade chez moi pour les mettre sur le blog ( l' autre , celui des chambres  ) et il y en a qui ressemblent presque à la première !!!

Papillon 19/08/2009 19:59


La première photo c'est le Colorado et le souvenir d'un rando où j'en ai particulièrement bavé !!!


amanda 18/08/2009 20:51

j'ai commencé par la suite. Bien aimé, souvent souri (surtout avec un certain évèque), mais il me manquait quelque chose : des références, un passé pr ces personnages... mais quel amour de l'Arizona ;)

Papillon 19/08/2009 19:59


Quel amour du désert en général ! Je m'y voyais ! J'ai prévu de lire le suite mais je vais attendte un epu (qu'il fasse très froid
par exemple !!!)


Michel 18/08/2009 19:37

je partage ton opinion, pourtant... je ne me suis jamais décidé à acheter la suite. est ce grâve ?

Papillon 18/08/2009 20:25


Peut-être par peur que ça ressemble trop à celui-ci ? Je me rends compte que je ne suis pas pressée non plus


Aifelle 18/08/2009 13:50

Il est sur ma LAL depuis un moment, dès que j'ai un creux, je le prends à la bibliothèque

Papillon 18/08/2009 20:22


J'espère que tu l'aimeras !


Alex-Mot-a-Mots 18/08/2009 09:17

Bon, je le rajoute à ma LAL...

Papillon 18/08/2009 20:20


Oui oui oui ! C'est un roman qu'il faut lire !


cathe 18/08/2009 09:14

De cet auteur j'avais littéralement adoré "Désert solitaire", magnifique récit de voyage et hymne à la nature !

Papillon 18/08/2009 20:20


C'est le prochain Abbey que je lirai, je crois.
J'ai failli l'acheter en anglais l'an dernier aux USA : il était en vente dans tous les visitor centers des grands parcs nationaux ! Mais j'ai moins de plaisir quand je lis en anglais...