Le convoi de l'eau - Akira Yoshimura

Publié le par Papillon


Un convoi d’hommes se dirige vers une vallée isolée du Japon. Ils ont pour mission de commencer les travaux de terrassement nécessaires à la construction d’un barrage. C’est une vallée sombre et étroite, noyée de brouillard et où court un torrent. Sur le flanc de cette vallée, ils découvrent un village perdu: quelques hautes maisons de bois aux toits couverts d’une épaisse mousse verte. Il est évident que ce village vit à l’écart de la civilisation depuis des années. Et les villageois vont se tenir à l’écart des ouvriers. Chaque communauté observe l’autre avec méfiance et curiosité.

Le narrateur est l’un de ces ouvriers. Il sort de prison où il a purgé une peine de prison pour le meurtre de sa femme infidèle. Il a accepté ce travail dont il sait qu’il va être dur pour mener une vie tranquille loin de sa ville et de ses tentations. Il a peur de la violence qu’il sent en lui. C’est un homme en quête de rédemption. Il va la trouver dans ce village d’une manière tout à fait inattendue.

C’est un texte d’une beauté glaciale. Dès le début l’auteur installe une atmosphère mystérieuse et humide. C’est ce que j’aime chez cet auteur : ce mélange de poésie, de mystère et de fantastique. Il pose ses phrases avec précision comme on dessine un chemin avec des pierres, et écrit un texte intemporel. Ces deux communautés figurent le combat de la modernité et de la tradition. La modernité avec ses machines et ses explosifs va transformer le monde de la tradition qui s’accroche à ses ancêtres et à ses rituels. La modernité va l’emporter mais la tradition se retire avec beaucoup de dignité.


Ys est moins enthousiaste que moi.

Traduit du japonais par Yutaka Makino.
Actes Sud, 2009. – 174 p.

----------------------------------------

D'autres romans d'Akira Yoshimura :
- La jeune fille suppliciée sur une étagère,
- Naufrages.


Publié dans Littérature asiatique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Un très beau Akira Yoshimura !
Répondre
P


J'aime beaucoup cet auteur. Ses thèmes ne sont pas très gais mais c'est vraiment un bon auteur.



J

J'ai adoré ce livre qu'une amie m'avait suppliée de lire ! Je suis restée comme elle, envoûtée par cette sorte de conte philosophique. Je n'ai pas trouvé que c'était glacial. Nous vivons dans un
monde qui objectivement peu nous glacer le sang, heureusement qu'il y a des gens qui ont une certaine humanité, comme le narrateur.


Répondre
P

Oui ,ce qui est intéressant dans ce roman c'est le contraste entre l'humanité du narrateur et la froideur du monde autour.


L

Je viens de le finir. C'est vrai qu'il est particulier, mais au final j'aime beaucoup le rapport à la nature qu'ont les japonais.


Répondre
P

C'est un roman qui m'a vraiment marquée ! comme tous les romans de Yoshimura.


N
Oh, oui. ce récit est bien particulier. Mais il a un charme. Il faut juste se sentir un peu solide si on souhaite le découvrir.
Répondre
P

oui tous les romans de Yoshimura sont assez tristes mais j'aime bien.


Y
Oui, moins enthousiaste c'est vrai, car j'ai trouvé ça plus glacial que beau, en tout cas, difficilement cernable...
Répondre
L
Il est dans ma PAL. Je verrai si mon avis te rejoint ou rejoint celui de Ys.
Répondre
P

J'ai hâte de connaître ton avis


N
J'ai noté ce livre dans ma LAL mais avec l'indication "attendre sa parution en poche" car tous les romans de cet auteur finissent par sortir en poche. De cet auteur, je ne connais que "La Guerre des jours lointains" que j'ai beaucoup aimé.
Répondre
P

C'est un titre que je ne connais pas : je note


E
Le style glaçiale ne m'attire pas trop...peut-être si je le trouve à la bibliothèque.
Répondre
P

C'est vraiment un auteur très particulier, en effet !


K
Je reste un peu hésitante vis-à-vis de ce roman... j'essayerai plutôt de le trouver à la médiathèque.
Répondre
P

Il faut bien aimer la littérature japonaise pour aimer ce genre, je crois


A
Ce livre se trouve dans ma LAL. J'aimerai bien qu'il sorte en poche car je le trouve un peu cher dans cette version.
Répondre
P

Je l'ai pris à la biblio, en fait