La promenade des russes - Véronique Olmi

Publié le par Papillon


Rentrée littéraire 2008

Sonia a treize ans, vit à Nice et passe beaucoup de temps chez sa grand-mère, Baboutchka. Et la vie chez Baboutchka, Sonia la trouve très étouffante, entre les copines qui se réunissent autour du samovar pour papoter en russe et les angoisses de Baboutchka qui craint, dans l’ordre : les chutes, la police de Brejnev (nous sommes en 1974) et les risques d’enlèvement pour sa petite-fille. Non seulement Babouchka cultive soigneusement la nostalgie russe, mais elle a une obsession : écrire au directeur de la revue Historia pour lui raconter sa vérité sur le mystère Anastasia. Sonia, elle, rêve du soleil, de la mer et voudrait que sa mère lui dise « je t’aime ».

Ayant moi-même beaucoup fantasmé, à la même époque, sur  le  « mystère Anastasia », comme je l’ai aimée cette petite adolescente mal dans sa peau qui aurait tant voulu s’appeler Camille Dubois et avoir une famille comme les autres, et qui s’endort tous les soirs en rêvant de Manderley. Cet été-là fera date dans la vie de Sonia, elle va découvrir le vrai visage de sa grand-mère et se réapproprier, en quelque sorte, son histoire, sa famille et ses origines, en même temps qu’elle découvre la liberté, l’amitié, et le monde qui l’entoure. La plume de Véronique Olmi est un vrai bonheur qui mêle instants dramatiques et réflexions drolatiques et restitue parfaitement la voix d’une gamine de treize ans. Elle nous offre ici un beau roman sur la famille, qui vous fera immanquablement penser à votre grand-mère.

Un roman qui fait battre le cœur en nous faisant rire et pleurer à la fois.

Leiloona, Lily et Clarabel ont aimé aussi.

Grasset, 2008. – 249 p.

--------------------------------------------------------


Sur le thème de l'émigration russe et de la nostalgie : tous les romans de Nina Berberova.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Je n,ai jamais lu l'auteur (on dirait que pour une raison subliminale, elle me fait peur... weird...) mais le thème de ce roman me tente beaucoup.  J'ai fait des soooo serious études au sujet d'Anastasia à l'âge vénérable de 13 ans, mou-a!!!
Répondre
P


Pareil pour moi ! Il faut dire que son premier roman était très sombre, je crois, ça m'a fait fuir...


Celui-ci a beaucoup de charme...



E
Je l'ai lu le mois dernier et j'ai beaucoup aimé aussi. D'ailleurs, il faudrait que je pense à le chroniquer sur mon blog ^^
De cet auteur, j'avais lu le très court Numéro 6, très bien écrit également :)
Répondre
P

Je vais essayer de lire d'autres romans de Véronique Olmi parce que j'ai bien aimé sa plume.


A
Je le note d'autant plus que je n'ai pas encore découvert cette auteure
Répondre
P

C'est l'occasion, alors !


L
Un bien joli moment, oui ! :D
Répondre
P

Et l'envie de lire ses autres livres.


M
Berberova... AH berberova... une douce lecture   
Que de très bons petits livres
Répondre
P

Entièrement d'accord ! Et son autobiographie est formidable aussi.


A
Déjà noté. Je n'ai pas encore lu cet auteur et celui-ci me tente beaucoup.
Répondre
P

Je n'avais pas encore testé parce que ses romans me semblaient bien sombres... Mais ce ,'est pas le cas de celui-ci.


F
J'ai déjà des livres de cette auteure qui m'attendent sagement dans ma PAL, je verrais bien ensuite...
Répondre
P

Attends qu'il sorte en poche...


J
Je ne connais cette auteure que de nom ... jamais lue ! Ce titre me parait très bien pour commencer :)
Répondre
P

C'est exactement le cas !


G
J'aime beaucoup cette auteur, je note qu'elle ne décoit pas avec son dernier ouvrage
Répondre
P

Pour moi, c'était une découverte et j'ai été enchantée !


G
J'aime beaucoup cette auteur, je note qu'elle ne décoit pas avec son dernier ouvrage
Répondre