Syngué Sabour : pierre de patience - Atiq Rahimi

Publié le par Papillon



Rentrée littéraire 2008


Quelque part en Afghanistan, un homme gît sur une modeste couche, dans une modeste chambre, les yeux ouverts mais sans conscience : pas encore mort mais plus tout à fait vivant.
Auprès de lui, sa femme veille.
Auteur d’eux la guerre gronde, sonore et invisible.
Et la femme prie, soigne, caresse et tempête.
Car elle lui en veut, à son homme, de ne plus pouvoir la protéger sans pour autant la libérer.
Elle lui en veut, car il a toujours préféré la guerre à sa famille.
Elle lui en veut pour avoir été si peu présent en dix ans de mariage.
Elle lui en veut pour tout ce qu’elle a eu à subir, en temps que femme, de la part des hommes : leur égoïsme, leur lâcheté, leur mépris et leur violence.
Alors, face à ce corps inerte qui ne lui répond plus, elle déverse pour la première fois sa colère, ses frustrations et ses secrets de femme.
Elle se libère par la parole.
« Cette voix qui émerge de ma gorge, c’est la voix enfouie depuis des milliers d’années. »
Et elle transforme son homme en syngué sabour, cette pierre magique à laquelle on peut confier ses chagrins, ses malheurs et ses souffrances, jusqu’à ce qu’elle éclate…

C’est un livre magnifique et dur.
Dès les premières lignes, j’ai été séduite par la poésie et le rythme des phrases.
C’est une mélopée qui raconte le quotidien d’une femme dans l’un de ces pays où les femmes n’ont aucun droit, dans l’un de ces pays où la violence est banale et la guerre un décor que l’on remarque presque plus, de même que l’on ne fait plus attention à la guêpe qui se fait piéger par l’araignée. Le langage de cette femme est souvent rude, voire cru, comme sa vie est rude. C’est un monde sans romantisme et sans espoir, mais non sans poésie. Dès les premières lignes, on est saisi par l’émotion du texte, par cette voix de femme, par ce monde qui s’effondre autour d’elle dans la plus parfaite indifférence.
C’est un texte bouleversant et c’est mon premier coup de cœur de cette rentrée littéraire.

Atiq Rahimi est un poète afghan né à Kaboul, qui vit désormais en France et écrit en français.

P.O.L., 2008. – 155 p.

Commenter cet article

sylvie 08/02/2009 22:35

oh!!! j'ai pas trouvé leurs billets!je vais aller les lire:)

sylvie 08/02/2009 19:56

ah? je n'ai trouvé que deux avis mitigés sur la bolobulle...

Papillon 08/02/2009 21:28


Fashion n'a pas du tout aimé et Amanda n'a pas pu le finir.


sylvie 06/02/2009 21:05

J'ai beaucoup aimé aussi. Style sobre, très dur. Tu le dis d'ailleurs : "magnifique et dur"...Nous sommes tous unanimes sur cette lecture:)

Papillon 08/02/2009 18:58


Un grand souvenir de lecture ! mais il y a eu aussi des avis défavorables...


Emmanuelle Caminade 02/11/2008 09:44

C'est un livre marquant sur l'aliénation, sur l'enfermement des femmes afghanes, brisées par la domination masculine , mais aussi des hommes, ployant sous l'obscurantisme religieux.Atik Rahimi apporte un regard neuf, celui d'un homme donnant parole à une femme tout en permettant de comprendre son bourreau, en mettant l'islam en cause.J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce livre magnifique en raison du style (que je n'ai pas trouvé poétique) : la narration est totalement extérieure, impersonnelle , sèche et quantitative, comme un constat clinique, et contraste avec la langue violente et crue du monologue de l'héroïne.(J'ai consacré une critique à "Syngué Sabour" sur mon blog "L'or des livres")

Jules 13/09/2008 14:30

J'aime beaucoup lire ce genre de livre qui nous apprend beaucoup de choses sur les autres cultures et la condition de la femme ailleurs dans le monde...

Papillon 13/09/2008 18:22


Alors, ce livre est fait pour toi !


Naina 12/09/2008 21:56

@ Papillon : Atiq Rahimi est francophone depuis l'enfance puisque lorsqu'il vivait en Afghanistan, il était élève du Lycée français. Sa famille est francophile.

Papillon 12/09/2008 22:25


je comprends mieux alors sa parfaite connaissance de la langue ! Merci pour cette info.


Naina 12/09/2008 09:13

Ce livre a rejoint ma PAL. C'est le premier livre qu'il écrit en français, les précédents l'étaient en persan. Même si ces textes sont poétiques, Atiq Rahimi est écrivain et cinéaste.

Papillon 12/09/2008 21:53


Oui et j'ai trouvé que pour un premier livre écrit en français, c'était très réussi, du point de vue de la musicalité de la langue.
J'ai écrit "poète" parce que c'est souvent comme cela qu'on le qualifie sur les sites "officiels" et je trouve que ce qualificatif  convient bien à ce texte magnifique...


Moustafette 12/09/2008 08:40

Et écrit par un homme ? il reste donc un peu d'espoir pour les femmes de ce pays !

Papillon 12/09/2008 22:00


C'est exactement ce que j'ai pensé ! Mais cet homme a justement choisi de quitter son apys, il ne sera donc pas très utile aux femmes de son pays...