La vie secrète de E. Robert Pendleton - Michael Collins

Publié le par Papillon



Bob Pendleton porte un regard amer sur sa carrière : écrivain raté qui n’a rien publié depuis dix ans, professeur raté dont les étudiants désertent les cours et que ses collègues méprisent. Le jour où il est chargé d’accueillir son ennemi personnel, Horowitz, ancien condisciple et auteur de best-sellers venu faire une conférence à l’université, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase de sa dépression. Le professeur Pendleton décide de mettre fin à ses jours. Et bien sûr il se rate et se retrouve dans le coma. L’une de ses étudiantes, Adi Wiltshire, s’installe chez lui pour le soigner et entreprend une thèse sur son œuvre. C’est par hasard qu’elle découvre un roman inconnu de Pendleton, écrit dix ans plus tôt. Elle comprend très vite qu’il s’agit d’un chef d’œuvre et elle décide de le faire publier avec l’aide d’Horowitz. Mais Le Cri raconte le meurtre sordide d’une adolescente et Adi ne va pas tarder à découvrir le rapport avec un vrai meurtre jamais résolu. Pendleton est-il l’auteur de ce meurtre ?

 


Ce roman qui commence comme une énigme littéraire tourne très vite au roman policier et je n’ai pas trouvé le mélange des genres très réussi. D’un côté, un discours pseudo-intellectuel assez rasoir sur la création littéraire, de l’autre une enquête policière carrément sordide. C’est un roman très noir, très pessimiste. L’auteur multiplie les lieux sinistres : aéroport désert, hôpital déshumanisé, motel miteux. Tous les personnages ne montrent que leur face noire : Adi, éternelle étudiante incapable de finir sa thèse, succombe à la drogue devant la complexité de la situation, Horowitz malgré son succès et son argent est un solitaire alcoolique. Quant à Ryder, le flic chargé de l’enquête, il est à la police ce que Pendleton est à l’université : un dépressif qui a accumulé les échecs familiaux et dont la carrière est en panne. C’est pourtant le seul personnage de l’histoire qui ait une réelle consistance, il s’accroche à son enquête pour ne pas sombrer et finira par découvrir une vérité qui lui coûtera très cher. C’est vraiment grâce à lui que je suis arrivée au bout de ce roman qui délivre un message (la culture et le savoir ne servent à rien face au néant de la vie) auquel je n’adhère pas du tout. Bien au contraire.


 

D'autres avis plus positifs : Eireann, Lily, Virginie, Cathulu, Michel

Et des avis qui rejoignent le mien : Joelle, A l'ombre du polar



 

Traduit de l’américain par Jean Guiloineau.

Points, 2008. – 445 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Tiens je viens de l'acheter, j'espère qu'il me plaira quand même (d'autant plus que j'ai pris le risque de l'offrir également à une amie pour son anniversaire)... oops !!
Répondre
P

En tout cas, je lirai ton commentaire avec plaisir !


B
J'ai lorgné sur ce bouquin il y a peu en librairie et je suis ravie de lire ton billet qui m'éclaire sur sa nature : je me félicite  d'avoir passé mon chemin sans céder à ma tentation d'achat !
Répondre
P

je l'ai trouvé très noir et peu intéresant mais il a eu beaucoup d'autres avis très positifs !


K
En lisant le résumé, je me dis "Tiens, tiens, intéressant..." puis en lisant ton commentaire, je me dis "euh... je vais passer"
Répondre
K
Tiens, il était noté, celui-là... je ne suis plus certaine du tout, après ton billet et les comms!
Répondre
M
Je te rejoins totalement Papillon sur ta critique de ce roman ! Sa lecture m'avait (comme Moustafette) complétement déprimée, j'avais vraiment fait un effort pour le finir. Sur le coup je m'étais dit que c'était moi qui n'était pas dans une bonne disposition pour lire ce bouquin !
Répondre
P

Tout à fait d'accord avec Mousatfette et marie : le noirceur de ce roman est déprimante ! Aucune lueur d'espour

Turquoise : peut-être pas une lecture pour les vacances, non...


F
Je crois que je vais me passer de ce roman et savourer mon Dennis Lehane :)
Répondre
T
Ah zut ! Je l'ai acheté il y a 3 jours avec l'idée de l'emporter pour les vacances !! D'après ton billet je n'ai pas fait le bon choix...Je vais peut-être ne pas charger mes bagages avec, alors...
Répondre
M
Ce livre m'avait complètement déprimée !!!
Répondre