Des maisons, des mystères - Germaine Beaumont

Publié le par Papillon


C’est Clarabel qui a, la première, attiré mon attention sur ce roman mais je ne sais pas si je me serais lancée dans
la lecture de ce gros pavé si je n’avais pas découvert incidemment que son auteure, Germaine Beaumont, avait été la productrice de l’émission de radio Les Maîtres du mystère qui fit frissonner les dimanches soir de ma jeunesse. Et c’est donc de mystères qu’il est encore question dans les trois romans regroupés dans ce recueil.


 

Dans La Harpe irlandaise, deux cousines tombent en panne de voiture alors qu’elles se rendent dans la maison de campagne de l’une d’elles. Tandis que Flore, la pragmatique, s’occupe de trouver un garagiste, Laura, la rêveuse, est la proie de sensations irrationnelles qui lui font voir son défunt mari et se sentir étrangement attirée par un grand arbre. Elle découvre ainsi une maison à vendre. L’auteure nous plonge alors dans une atmosphère semi fantastique : un livre choisi au hasard dans une bibliothèque, quelques mots soulignés, une boite de peinture achetée chez un antiquaire, un bouquet de petits signes ramènent inexorablement Laura à cette maison, et vont la forcer à fouiller le passé.

 

Les Clefs démarre sur le même motif : une panne de voiture, un garage, une affiche proposant une maison à vendre. Et voilà comment Frédérique Marshall achète une maison qu’elle n’a jamais vue dans une ville où elle ne connaît personne. Ce qui ne manque pas d’attirer l’attention et de déchaîner la curiosité de ses voisins, les Chauvel. On ne peut s’empêcher à la lecture de cette histoire, de penser à Rébecca de Daphné de Maurier, tant la tension psychologique est intense et monte en crescendo jusqu’à l’insoutenable. Mais il y a aussi du Balzac et du Maupassant dans cette description au vitriol d’une province étriquée et d’une famille avare, avide et cupide.

 

Enfin, dans Agnès de rien, une jeune femme débarque dans la famille de son mari, qu’elle ne connaît pas. Dans une grande maison isolée et vaguement délabrée règne un étrange silence qui couvre quels mystères ?

 

Dans chacune de ces histoires délicieusement démodées, une vieille demeure joue le premier rôle. Quant aux mystères, ce sont bien souvent des secrets de famille, des drames enfouis, des mensonges noyés dans la poussière et sous les toiles d’araignée. Ce sont toujours des femmes qui enquêtent, fortes ou fragiles, souvent seules et abandonnés, puisque les hommes chez Germaine Beaumont ne sont souvent que des fantômes falots, lâches, menteurs et infidèles. On y trouve des mères aussi, malades souvent, protégées par leurs filles, voire maintenues à l’écart de la réalité du monde. Germaine Beaumont a une plume de peintre, capable de décrire avec une précision clinique, et pourtant toute poétique, une buisson de roses en deux pages. Et on trouve dans son œuvre des références aux auteurs anglais qui ont été ses premiers maîtres : poussière à la Dickens, tempêtes à la Brontë, analyse psychologique à la Virginia Woolf. Pas de meurtres, donc, ni de sang mais des frissons garantis. Une très agréable découverte.


 

Elles l'ont lu : Florinette - Sylvie - Lily - Gachucha - Clarabel



Omnibus, 2006. – 831 p


Commenter cet article

Lou 03/09/2008 16:08

Peut-être que tu aimerais alors "Le triomphe de la nuit" d'Edtih Wharton ou les "selected ghost stories" de Roald Dahl. J'ai ce roman en attente et tu me donnes diablement envie de le sortir au plus vite de ma PAL !

Papillon 03/09/2008 21:09


Je note celui d'Edith Wharton, car c'est un auteur que j'aime beaucoup !


florinette 21/05/2008 10:58

J'ai adoré ce livre et je suis bien tentée de lire celui qui vient de sortir chez le même éditeur, mais, à ce qu’il paraît, il y a beaucoup de longueurs...

sylvie 16/05/2008 14:49

tu me donnes envie de le lire. Les histoires construites autour des maisons me tentent toujours... je note.

Choupynette 14/05/2008 22:56

je l'avais repéré chez florintette, et elle fait partie des auteures que je voudrais découvrir...mais lesjournées ne font que 24heures!

Papillon 15/05/2008 21:53


Ah oui ! C'est un problème !!!!!


Gambadou 14/05/2008 11:14

Ce genre de livre me fait trop peur !!! je passe

Papillon 15/05/2008 21:52


Les deux derniers romans du recueil sont assez angoissants, c'est vrai, mais pas le premier.


Gachucha 14/05/2008 07:54

Un très bon souvenir de lecture, et une écriture fine, en nuances.

Papillon 15/05/2008 21:51


Ce gros recueil est intéresant pour ça : les trois romans sont très différents dans leur écriture.


cathulu 14/05/2008 06:05

Je copie sur Karine ! :)

Papillon 15/05/2008 21:49


Il y a 3 romans dans ce gros pavé : vous pouvez n'en lire qu'un...
Le problème, avec ces gros bouquins c'est pour les transporter dans les transports !


Karine 14/05/2008 01:12

Ca semble bien intéressant mais les 831 pages me font un peu peur!!  Un peut-être, donc!