Bug, livre 1 - Enki Bilal

Publié le par Papillon

" Il va falloir revenir au papier, à l'encre et à la notion de mémoire... Pas "vive", mais vivante la mémoire... Celle de nos cerveaux...
- Parce que vous croyez qu'on saura encore s'en servir, de nos cerveaux ?"
 
 
Il faut croire que je ne me suis pas fait assez peur avec l'essai de Dugain et Labbé sur le monde de demain, parce que j'ai enchaîné avec une BD de science fiction qui met en scène la même problématique : celle du tout numérique. 
 
Au matin du 13 décembre 2041, le monde se réveille sans internet. Les communications et les ordinateurs fonctionnent toujours, mais toutes les données se sont volatilisées. Le monde, devenu totalement numérique, a perdu sa mémoire. Les avions tombent, les ascenseurs se bloquent, les patients meurent sur les tables d'opération et les coffres-forts des banques ne sont plus protégés : c'est le chaos. Pendant ce temps, à plus de trois cent kilomètres d'altitude, la station spatiale internationale accueille un vaisseau de retour d'une mission sur Mars. Tous les astronautes à bord sont morts, sauf un. Kameron Obb a survécu mais son corps est infecté par un "alien". Plus étrange, il semble avoir récupéré toute la mémoire perdue de l'univers. Inutile de dire que tout le monde va vouloir lui mettre la main sur lui, Américains, Français et Chinois, sans oublier les islamistes, alors que lui n'a qu'une obsession : retrouver sa fille Gemma qui vit à Paris.
 
Difficile de ne pas penser avec cette BD au roman Ravage de Barjavel qui imaginait en 1943 une  gigantesque panne d'électricité plongeant le monde occidental dans l'anarchie. Ici, l'histoire est prétexte à nous montrer concrètement notre dépendance au numérique, tout en imaginant un monde futur où une mosquée voisinerait avec Notre-Dame sur l'île de la Cité et où une femme occuperait le bureau présidentiel à l'Élysée. L'auteur mélange des situations burlesques (des milliardaires adeptes de lévitation bloqués entre ciel et terre) ou dramatiques (des adolescents incapables de communiquer, habitués qu'ils sont à socialiser via des écrans). Pendant que la traque d'Obb s'organise et nous entraîne aux quatre coins du monde, la civilisation est obligée de faire un bond en arrière : presse papier et fautes d'orthographe, télévision hertzienne, avions archaïques et recrutement de vieux (i.e. : nés avant 1980)"On recherche des gens dont le potentiel intellectuel n'a pas été totalement impacté par l'avènement du tout numérique". Histoire de nous faire réfléchir sur le monde que nous sommes en train de construire.
 
Les dessins d'Enki Bilal sont toujours aussi beaux, dans des tons pastels gris bleutés qui nous plongent dans un univers étrange et inquiétant, à la fois proche et lointain, et chaque case mérite que l'on s'y attarde longuement. En revanche, j'ai trouvé que l'éditeur aurait pu faire un effort sur la typographie : la police de caractère est si minuscule que j'ai été obligée de lire avec une loupe, ce qui me donne toujours la désagréable impression d'avoir deux fois moins âge. Ce qui n'a cependant pas réussi à me gâcher le plaisir de cette histoire qui n'est que le début d'une série et où l'auteur ouvre suffisamment de pistes pour enflammer l'imagination du lecteur. Vivement la suite !
 
Casterman, 2017. - 84 p.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

choup 10/01/2018 21:52

Le Dugain me fait envie...et peur en même temps! Je me laisserai bien tenter par celui-ci. Cela fait une éternité que je n'ai lu Bilal. Bonne année :)

Papillon 11/01/2018 21:04

Les deux sont intéressants pour comprendre le monde d'aujourd'hui et où il risque de nous entraîner.

Jerome 10/01/2018 16:51

C'est super ambitieux, il faut que ça tienne sur la longueur maintenant !

Papillon 11/01/2018 21:03

Oui, j'ai hâte de voir si la suite va être à la hauteur...

A_girl_from_earth 09/01/2018 22:35

J'avais entendu l'auteur en parler à la radio, ça m'avait bien intriguée. Un libraire avait déploré aussi la police de caractère. Je ne pensais pas que c'était petit au point qu'il faille sortir la loupe, haha !

Papillon 10/01/2018 08:43

Le Père Noël a du entendre la même émission que toi, parce qu'il l'a glissé dans mes souliers !

elisabeth rimasson 09/01/2018 12:06

quelle bonne idée de départ pour de la science fiction

Papillon 10/01/2018 08:41

Je trouve aussi :-)

Delphine-Olympe 08/01/2018 20:47

Je n'ai pas lu Bilal depuis bien longtemps... Flippant, mais belle thématique ! Je pourrais bien me remettre à le lire...

Papillon 10/01/2018 08:40

C'est une de mes résolutions de l'année : lire plus de BD :-)

Brize 08/01/2018 12:26

J'ai donc bien fait de l'offrir à ma grande fille (qui a été obligée de le laisser chez moi, pour cause de retour aux Etats-Unis ... mais je veux bien garder ses BD, moi ;) ) en grand format (édition limitée), je pense que j'aurais souffert tout comme toi de la police de caractère.
Ceci dit, j'ai apprécié l'album (je ferai peut-être un billet), même si, comme ce n'est que le premier tome (je n'ai pas encore cherché combien de tomes étaient prévus), j'attends de voir ce que l'histoire donnera au final (je suis curieuse de découvrir les tenants et aboutissants, j'avoue que j'ai eu un peu de mal à croire à cette disparition totale des données numériques, y compris sur tous les supports externes, mais bon, why not ?).

Papillon 08/01/2018 19:38

J'ai entendu l'auteur dans une interview dire qu'il ne savait pas lui-même combien il y aurait d'épisodes. Mais j'ai aimé qu'il ait ouvert plusieurs pistes : ça me fait cogiter !

Aifelle 08/01/2018 09:13

Je l'attends avec impatience à la bibliothèque :-)

Papillon 08/01/2018 19:36

J'espère que tu n'auras pas à attendre trop longtemps. Cela dit, c'est une série, donc il y a forcément de l'attente à prévoir!