L'île des chasseurs d'oiseaux - Peter May

Publié le par Papillon

"Le monde, Marsali, c'est comme le temps. On ne le change pas. Et on ne le façonne pas. C'est lui qui nous façonne."
 
 
Après quelques gros pavés très littéraires, et entre une tranche de foie gras et un verre de champagne, j'ai eu envie de quelque chose de noir et de serré : j'ai sorti un polar de ma PAL, un polar écossais qui m'a emportée dans la sauvagerie glacée des îles Hébrides.
 
Flic à Édimbourg, Fin Macleod se remet difficilement de la mort brutale de son petit garçon. Pour le remettre en selle, son patron l'envoie sur l'île de Lewis dont il est originaire, et où vient d'être commis un meurtre atroce qui a la particularité de ressembler à une affaire sur laquelle Fin a enquêté à Édimbourg : un homme a été retrouvé pendu et éventré dans un hangar à bateaux. Cet homme, Fin le connaissait bien, il était un peu le salaud du coin que tout le monde avait une bonne raison de détester. 
 
C'est peu de dire que j'ai été déçue par ce polar qui n'en est pas un. Je voulais du noir et du sanglant, une enquête, des indices et une chasse au meurtrier. Rien de tout ça ici. Certes cela commence avec un meurtre particulièrement cruel, mais d'enquête il n'y en a guère. Car cette affaire est surtout un prétexte pour Fin à revenir sur les pas de son enfance et de sa jeunesse, et de revoir toutes les figures de son passé : amis et amours. La narration alterne ainsi des chapitres à la première personne où le flic revisite le passé et nous raconte les épisodes marquants de son histoire, et des chapitres à la troisième personne où ce même flic retrouve les lieux et les gens, tout en essayant de faire la lumière sur les faits. 
 
On découvre à travers son récit une île sauvage où la population a longtemps vécu sous le joug pesant de la religion et de la tradition, où l'on parle encore le gaélique, où il ne semble y avoir ni gaité ni avenir. On se rend compte peu à peu que le crime d'aujourd'hui prend racine dans de vieilles rancunes d'hier, et Fin mettra assez facilement la main sur l'assassin (merci l'ADN). Je n'ai pas du tout aimé les retours en arrière, qui accumulent les clichés paupérisants. On peut difficilement se confronter à plus de malheurs dans une vie que Fin n'en a connus dans la sienne. Rien ne lui a été épargné. Quant à son amour de jeunesse, je l'ai trouvé particulièrement fade et sans consistance. Sans parler de cette coutume totalement archaïque du massacre rituel des gugas (les petits des fous de Bassan), qui doit faire un homme de chaque garçon du village. Restent les beaux paysages et la vie rude des Hébrides où le temps semble s'être figé, mais cela ne m'a pas suffi. Mauvaise pioche.
 
The Blackhouse, traduit de l'anglais (Ecosse) par Jean-René Dastugue.
Babel noir, 2011. - 428 p. 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La chèvre grise 30/12/2017 01:05

Ah c'est sûr que si tu attends des courses poursuites, du sang, et du suspense, ce n'est pas du tout une bonne pioche ! Mais qu'est ce que j'ai pu aimé cette trilogie de mon côté. Quelle ambiance, quel décor !

Papillon 31/12/2017 11:37

Je suis d'accord pour le décor : on s'y croirait.

Karine 29/12/2017 18:59

On me l'a tellement recommandé, celui-là! Du coup, je l'ai et je le lirai un jour... mais en ayant des attentes différentes.

Papillon 31/12/2017 11:35

Ce n'est pas un polar traditionnel, il vaut mieux le savoir.

Moka 29/12/2017 16:16

Ah mince. On me l'a chaudement recommandé !

Papillon 31/12/2017 11:33

Moi aussi, mais ce n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais.

Luocine 28/12/2017 16:18

une lecture que je ne ferai donc pas, merci!

Papillon 29/12/2017 14:10

Pas si tu veux un bon polar, non.

Nicole Grundlinger 27/12/2017 18:43

Ah mais que vois-je... ça n'a pas collé avec mon copain Finn ? Arrgh... Bon, effectivement si tu t'attendais à du noir bien serré, ce n'était pas la bonne pioche. Mais quand même... le voyage vaut le coup je trouve, rien que pour l'ambiance, le climat, tout ça quoi... :-)

Papillon 29/12/2017 14:10

Je n'ai pas réussi à le trouver sympathique, pourtant le voyage commençait bien, mais j'ai trouvé que les différents personnages manquaient de finesse (trop de clichés, trop de malheurs, etc.)

Une ribambelle 26/12/2017 18:57

Dommage. Au moins, je suis prévenue.

Papillon 29/12/2017 14:08

Je précise que mon avis sur ce roman est assez minoritaire.

Kathel 26/12/2017 18:15

Je comprends, quand on commence à noter les clichés qui s'accumulent, c'est mauvais signe... quand on est pris par l'histoire, on ne les remarque pas. J'ai bien aimé l'atmosphère de ce roman, et du suivant de la trilogie, un peu moins le troisième. Par contre, j'ai achoppé sur Les fugueurs de Glasgow, avec d'autres personnages, qui m'a ennuyée...

Papillon 29/12/2017 14:07

En fait, je n'ai pas réussi à m'attacher à ce flic et à son histoire, donc tout le reste a été grossi par mon peu d'empathie.

Marilyne 26/12/2017 17:52

Ah oui, pour le noir et serré, c'est plutôt raté. J'avais bien accroché pour l'ambiance et l'île, sans poursuivre la trilogie ( les scènes de chasse des oiseaux m'ont quelque peu dégoûtée ).

Papillon 29/12/2017 14:06

Moi aussi, je dois dire, et tous les personnages excessifs : l'obèse, l'alcoolique, le handicapé, le pauvre garçon battu par son père, etc. Too much !

Valérie 26/12/2017 17:48

J'aime bien l'atmosphère des polars de May mais je ne suis jamais totalement emballée.

Papillon 29/12/2017 14:04

Ce n'est pas suffisant pour moi, le style est plat et les personnages à la limite du cliché.

Aifelle 26/12/2017 17:31

Ah mince ! Je l'avais bien aimé moi, pour son atmosphère ; aucune chance donc que tu lises la trilogie.

Papillon 29/12/2017 14:03

Je crois que tout le monde a aimé sauf moi. Je n'ai pas accroché au personnage principal, donc aucune envie de poursuivre la trilogie, en effet.