Les buveurs de lumière - Jenni Fagan

Publié le par Papillon

"L'amour est ce qui donne un sens aux choses les plus étranges."
 
 
Comment survivre en milieu hostile ? C'est dingue comme cette question se fait prégnante dans la littérature contemporaine... Jenni Fagan nous emmène à la pointe Nord de l'Ecosse, dans un petit village entouré de fermes et de montagnes, bordé par une mer un peu sauvage, aux abords duquel on trouve un camp de caravanes qui semble réunir les gens les plus baroques du monde : un petit garçon devenu fille, une femme-loup amoureuse d'un taxidermiste, des satanistes, une star du porno et un vieil alcoolique amoureux du ciel. C'est là que débarque Dylan, qui a grandi dans un cinéma d'art et d'essai londonien et vient de perdre mère et grand-mère. Il revient sur les lieux de leur naissance et s’installe dans ce qui reste de son héritage : une vieille caravane. Nous sommes en 2020. Suite à la fonte de la calotte glaciaire, le Gulf stream est devenu fou et un froid polaire s'abat sur tout l'hémisphère nord.
 
"C'est à ça que ressemble cet hiver. Comme si tout ce qui avait jadis été en ordre s'était disloqué, si vite que personne n'arrivait à garder le rythme."
 
Tout est tellement froid mais tout est tellement beau. Le roman est rythmé par la chute des températures au fur et à mesure que les mois s'écoulent (-6°, -17°, -35°, -56°), et que l'interminable hiver vire à la catastrophe planétaire. Ailleurs, des gens meurent, des avions sont bloqués, le monde est pris dans les glaces et dans le désespoir. Alors qu'à Clachan Fells, on s'adapte. L'école est fermée, ce qui réjouit Stella, on multiplie les couches de vêtements, on installe on poêle chez le voisin, on boit de l'alcool fort, on sort sur le toit pour admirer le ciel. C'est le temps des aurores boréales et de la parhélie (apparition de trois soleils simultanés), des doigts de givre sur les carreaux, des fleurs et des feuilles de glace dans la forêt, des pèlerins de neige sur la plage. La mer est gelée et un iceberg norvégien dérive vers les côtes écossaises. Les marginaux de ce petit camp de caravanes semblent moins perturbés par la descente des températures que le reste de la population. Stella s'inquiète de ses hormones mâles qui lui font pousser la moustache, Dylan tombe amoureux et découvre un secret de famille, Constance bricole et console. On fait l'amour, on fait son deuil, on fait (presque) comme si de rien n'était et on se promène à ski sur des pentes enneigées par une température glaciale. La beauté et l'amour dominent le monde, encore et toujours, et rien ne sert d'avoir peur.
 
"Dans la partie d'elle la plus secrète - un endroit où elle ira siroter du thé un jour - et pour s'y rendre elle devra traverser les parties les plus sombres d'elle-même - entre les aortes qui palpitent en charriant leurs rivières de sang - jusqu'à son cœur où se trouve une petite porte minuscule s'ouvrant sur l'éternité."
 
A sa manière ce roman, traversé par la belle légende des moines buveurs de lumière, est un hymne à l'émerveillement et trace une belle opposition entre le monde qui se disloque et la beauté toujours renouvelée et jamais épuisable de la nature. Les buveurs de lumière ne sont-ils pas tout simplement ces gens capables d'apprécier les joies simples de l'existence ?
 
C'est (encore !) Cuné qui m'a donné envie.
 
Traduit de l'anglais (Ecosse) par Céline Schwaller.
Métailié, 2017. - 303 p.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cristie 19/04/2020 15:46

Si vous vous y mettez à plusieurs ... ;-)

Daphné 22/12/2017 12:50

Beaucoup de choses m'attirent dans ce livre : son titre, sa couverture, l'édition et maintenant ton article! Ce sera l'une de mes lectures en 2018!
Daphné

Papillon 26/12/2017 13:58

Tant mieux ! Tu vas te régaler :-)

Marie-laure 12/11/2017 20:53

Je note ce titre qui me fait envie! Merci pour ce bel article...

Papillon 14/11/2017 19:18

Un très beau roman, vous ne le regretterez pas :-)

Karine 12/11/2017 15:48

Je suis super tentée par le titre, l'Écosse et le froid... mais j'ai peur du côté fin du monde que ça semble annoncer... faudrait pas me faire auto-freaker! Peut-être, donc!

Papillon 12/11/2017 19:53

Ce n'est pas du tout angoissant je trouve, même quand on n'aime pas le froid, comme moi. Et toi, la neige, la glace, tout ça, c'est un oeu ton domaine!

Bonneil 12/11/2017 08:53

Un article et un livre bien tentants ! Merci !

Papillon 12/11/2017 19:52

Merci à vous. Ce roman est vraiment à découvrir.

Marilyne 11/11/2017 15:47

Bonjour, je me décide à commenter, j'ai tellement aimé ce roman, son humanité. Émerveillement, c'est le mot.

Papillon 12/11/2017 19:51

C'est le genre de bouquin qui laisse des images dans la tête pendant très longtemps. Il aurait presque réussi à me reconcilier avec l'hiver :-)

Delphine-Olympe 11/11/2017 13:50

Tentant ! Et la couv est tellement belle...

Papillon 12/11/2017 19:50

Et le contenu est à l'image de la couverture : vaguement inquiétant, mais tellement beau...

Ariane 11/11/2017 12:44

Je l'ai emprunté à la bibliothèque mais je n'ai pas du tout accroché au style, j'ai fini par abandonner. Mais je crois qu'en ce moment je traverse une mauvaise passe, puisque j'accumule les déceptions et les abandons. Alors mauvais choix ou mauvaise période, je ne sais pas.

Papillon 12/11/2017 19:49

Ah oui c'est étonnant! Ça ne devait pas être le bon moment, tu pourras toujours retenter l'expérience plus tard...

jerome 11/11/2017 09:13

J'avais adoré son roman précédent et celui-ci m'attend. A te lire je me dis que je vais passer un excellent moment.

Papillon 12/11/2017 19:47

Je ne savais pas qu'elle en avait écrit un autre ! Je vais essayer de mettre la main dessus.

Ingannmic 10/11/2017 10:00

C'est vrai que c'est un sujet d'actualité "littéraire", le hasard a voulu que mes dernières lectures (Notre vie dans les forêts" de Marie Darrieusecq, et "Les sables de l'Amargosa" de Claire Vaye Watkins, ma lecture en cours) évoquent ce thème.. ce titre me tente bien aussi, il semble plus optimiste que ceux que j'ai lus...

Papillon 12/11/2017 19:46

"Dans la forêt" de Jean Hegland était optimiste aussi et faisait un très bel éloge de la nature sauvage.