Les filles au lion - Jessie Burton

Publié le par Papillon

"Elle m'avait expliqué que l'approbation des autres ne devait jamais être mon objectif ; elle m'avait libérée comme je n'avais pas su le faire moi-même."
 

"Vous croyez que la qualité d'un texte va vous donner une auréole ? Dès que quelqu'un le lit, vous ne comptez plus. Il existe en dehors de vous."
 
Pourquoi crée-t-on, pour soi ou pour autrui ? Qu'est-ce qui doit passer en premier : l'œuvre ou le créateur ? Peut-on comprendre une oeuvre sans connaitre le contexte de sa création ? Voici quelques-unes des questions que soulève ce roman dont le principal personnage est un tableau, un tableau qui a vu le jour en Andalousie au début de la Guerre Civile, et qui réapparaît trente ans plus tard à Londres.
 
Lawrie Scott en a hérité à la mort de sa mère, et le fait découvrir à Odelle qu'il vient de rencontrer. Arrivée de Trinidad quelques années plus tôt, la jeune femme rêve de devenir écrivain. En attendant, elle a trouvé un job de dactylo dans une galerie d'art. C'est à son énigmatique patronne Marjorie Quick qu'elle décide de montrer le tableau pour avoir un avis d'expert sur cette toile à la fois envoutante et dérangeante : deux femmes face à un lion. Miss Quick parait troublée par le tableau mais refuse de l'avouer. Odelle va essayer d'en savoir plus sur cette œuvre et son auteur, un mystérieux Isaac Roblès, disparu précocement durant la guerre d'Espagne. Parallèlement l'auteure nous entraîne à Arazuelo en 1936 dans la famille Schloss. Le père est un juif viennois marchant d'art, la mère une britannique fantasque et dépressive, et leur fille Olive une rebelle esseulée qui peint en cachette et n'ose pas avouer à ses parents qu'elle vient d'être admise dans une école d'art londonienne.
 
"J'ai vu ce que le succès fait aux gens, comment il les éloigne de leurs impulsions créatrices, comment il les paralyse. Ils ne peuvent plus faire autre chose que d'horribles répliques de ce qu'ils ont déjà fait, car tout le monde a un avis sur ce qu'ils sont et ce qu'ils devraient être."
 
Jessie Burton a un talent fou pour créer une atmosphère, que ce soit celle du swinging London des années soixante ou celle de l'Espagne républicaine. Et elle attrape très subtilement son lecteur par une construction très habile du roman qui alterne deux époques et deux lieux. Elle pose d'emblée la trame d'un mystère et donne l'opportunité au lecteur d'essayer de démêler le nœud de l'intrigue avant même d'en dérouler le fil. Tantôt il voit juste et tantôt il se trompe, tant cette histoire est tout sauf ordinaire, mélange de désir et de renoncement. Les deux parties de l'histoire, andalouse et londonienne, fonctionnent en miroir et en parallèle : deux histoires d'amour, deux histoires de création, deux très beaux portraits de femmes et d'amoureuses qui se rebellent contre les contraintes de la société, sans jamais abjurer leur passion, à l'image des Saintes Justa et Rufina, sources d'inspiration du tableau et héroïnes d'un vieux mythe chrétien.
 
Même si j'ai trouvé la fin un peu rapide, et le roman moins envoutant que le formidable Miniaturiste, j'ai adoré le symbolisme de cette histoire : même quand on est une faible femme, la passion donne la force de subjuguer un lion... ou de devenir celle que l'on doit être.
 
"A chaque tableau, chaque dessin, je me rapproche, centimètre par centimètre, de l'endroit où mes peintures offriront un meilleur reflet de la personne que je suis, un reflet différent. Et là, je m'envolerai."
 
Merci à Babelio et Gallimard pour la rencontre avec l'auteure à laquelle j'ai eu le plaisir d'assister hier soir. Le temps de trier mes notes, et je rédige un billet parce que c'était vraiment passionnant. En guise de teasing, sachez que Jessie Burton a répondu à l'une des questions que je me posais : "My work is the most important thing, not me."
 
Traduit de l'anglais par Jean Esch.
Gallimard, coll. Du monde entier, 2017. - 490 p.

Commenter cet article

Mimi21 21/04/2017 15:41

A force de lire ici ou là des avis positifs, j'ai craqué et ce livre sera l'une de mes prochaines lectures. J'avais bien aimé son premier roman, sans plus. L'atmosphère étouffante m'avait quelque peu génée...
J'espère qu'il n'en est pas de même pour ce 2ème livre.

Papillon 22/04/2017 12:10

Celui-ci est très différent, notamment dans l'atmosphère : un autre pays, une autre époque, un contexte très différent, je sui sure que tu vas aimer.

Lili 16/04/2017 09:42

Le sujet de ce roman est passionnant. Toujours pas lu "Le miniaturiste" pour ma part, donc je partirais sans point de comparaison !

Papillon 17/04/2017 19:44

Une auteure vraiment brillante !

Eva 02/04/2017 23:06

j'avais beaucoup aimé Le Miniaturiste (mais qui présentait quand même à mes yeux quelques petits défauts) et j'ai hâte de lire ce nouveau roman d'une auteure vraiment très prometteuse! je m'en vais lire le récit de ta rencontre avec Jessie Burton de ce pas!

Papillon 04/04/2017 15:32

Il y a aussi quelques petits défauts dans ce roman-ci, mais il est quand même très bon, et très différent du précédent.

Aifelle 31/03/2017 06:51

Comme les commentaires précédents, je commencerai par "Le miniaturiste", mais je note aussi celui-ci. Apparemment c'est une auteure suivre.

Papillon 31/03/2017 17:00

Le miniaturiste m'avait vraiment beaucoup plu, et dans celui-ci elle a reussi à faire quelque chose de très différent, et de très réussi.

Nicole Grundlinger 30/03/2017 17:20

C'était quand même un chouette endroit où se croiser et un passionnant sujet à partager avec l'auteur :-)

Papillon 31/03/2017 17:04

Ce fut un plaisir de te rencontrer :-) et Jessie Burton est aussi passionnante que son roman.

jerome 30/03/2017 12:52

Je vais en rester à mon envie de lire le miniaturiste pour l'instant.

Papillon 31/03/2017 17:05

Un excellent roman, très original, tu ne devrais pas être déçu.

Kathel 30/03/2017 11:43

Je n'ai toujours pas lu Miniaturiste, mais je ne perdrai pas de vue celui-ci si le premier me plaît !

Papillon 31/03/2017 17:06

Le Miniaturiste vient juste de sortir en poche, du reste ;-)

Dominique 30/03/2017 11:27

j'ai lu le billet un peu en diagonale car le roman m'attend, j'ai peur d'être déçue ayant tellement aimé son premier roman je vois que tu es plutôt positive chouette

Papillon 31/03/2017 17:08

J'ai hâte de voir ce que tu vas en penser :-) Il est très différent du précédent mais très bon.

Delphine-Olympe 30/03/2017 07:08

L'Espagne, des portraits de femmes, la question de la création : il est pour moi, ce roman ! Encore une fois, tu me tentes diablement... AÏe aïe aïe, mais comment vais-je faire ?

Papillon 31/03/2017 17:09

Ah oui, je sais, notre vie est difficile ; -)

Cuné 30/03/2017 07:05

Moi aussi tu me donnes envie !

Papillon 31/03/2017 17:09

Tant mieux !