Légende - Sylvain Prudhomme

Publié le par Papillon

Rentrée littéraire 2016

 

"Quand on veut vraiment quelque chose, on finit toujours par l'obtenir. Tu verras c'est vrai."

 

 

La nostalgie était l'essence du précédent roman de Sylvain Prudhomme, pour lequel j'avais eu un gros coup de cœur il y a deux ans, et c'est encore la nostalgie qui traverse son dernier opus, pourtant fort différent, moins lointain et moins exotique. C'est dans la Crau qu'il nous emmène cette fois-ci, plaine désertique et caillouteuse aux portes d'Arles et aux pieds des Alpilles, pays de moutons, de bergers et de bergeries.  Nel y a grandi, fils et petit-fils de bergers, devenu photographe et fasciné par ce champs de cailloux. Et c'est sur un amour partagé  pour cette terre fascinante d'aridité et de sauvagerie que c'est construit son amitié avec Matt, un anglais récemment installé, entrepreneur et cinéaste amateur. Matt a un projet de film autour d'une célèbre boite de nuit de la région, la Churascaia dite la Chou, lieu mythique de la jeunesse et de la fête depuis cinquante ans. Alors qu'il commence une enquête auprès de ceux qui ont fréquenté l'endroit dans leur jeunesse surgissent du passé les figures quasi légendaires de deux frères, Fabien et Christian Guyraud, qui se trouvent être les cousins de Nell, disparus depuis plusieurs années. Et peu à peu l'intérêt du cinéaste va se déplacer, par le biais notamment des souvenirs de Nell, d'un lieu à une famille assez originale.

 

"De raconter comment deux êtres s'étaient consumés. D'en faire des sortes de martyrs, de témoins - des héros de leur temps, à leur façon, incarnant une vérité des années qu'ils avaient traversées."

 

Même si je fus moins envoutée par ce roman que par le précédent, il se confirme que j'aime vraiment beaucoup la voix et l'univers de Sylvain Prudhomme, une voix qui ne raconte pas une histoire, mais peint un paysage par touches brèves et pudiques. En croisant le présent et le passé, Sylvain Prudhomme parvient à évoquer une région et son histoire. Se croisent la modernité et la tradition, la France et l'étranger, la ville et la campagne, autour de ces années de transition que furent les années 80. D'un côté la rude vie des bergers et le rite de l'estive, de l'autre la jeunesse flamboyante d'Arles et ses folles nuits. Pour Matt, ces deux frères sont emblématiques d'une époque, fils de l'insouciance des années 70, élevés dans la plus grande liberté par des parents désinvoltes (partis chasser les papillons à Madagascar), ils ont payé l'addition dans les années 80, les années paillettes qui furent aussi celles de la drogue et du sida. L'un était un dandy esthète et impertinent, héros lumineux d'une bande de copains, l'autre rebelle taiseux, violent et solitaire. Tous deux eurent une fin prématurée.

 

Et si l'évocation des années 80 en elle-même ne m'a pas vraiment touchée, j'ai aimé comment l'auteur parvient à faire surgir ses personnages du passé, par le biais de récits, de photos, en multipliant les voix ; j'ai aimé comment il réconcilie Nel avec son propre passé, comment il nous montre comment nous nous construisons toujours sur le passé, même quand nous croyons le renier.

 

"Une pensée l'avait traversé que la pluie était là précisément pour ça : empêcher qu'il photographie. Les désarmer Matt et lui. Les obliger à cesser de capturer, d'immortaliser, de figer. Les forcer à simplement vivre, s'abandonner, être tout entier aux choses."

 

Gallimard, coll. L'Arbalète, 2016. - 292 p.

 

Commenter cet article

Une ribambelle 25/09/2016 08:36

Merci pour l'information car j'avais bien aimé le roman précédent donc je lirai celui-ci. Comme je n'ai pas mis les pieds à la librairie depuis la rentrée littéraire et que j'ai peu parcouru les blogs, je ne suis pas encore bien informée de la rentrée.

Papillon 27/09/2016 20:26

Celui-ci etait un de ceux que j'attendais vraiment, j'aime beaucoup cet auteur.

Yueyin 18/09/2016 09:56

Encore de la tentation!!! Mais euuuuhhh Comment faire pour tout lire ?

Papillon 19/09/2016 20:13

Tu sais bien qu'en cette saison pour ne pas être tentés il faudrait vivre dans une grotte !!!

Delphine-Olympe 17/09/2016 09:22

Je l'ai ce bouquin, il faudrait vraiment que je le lise !

Papillon 17/09/2016 20:27

Toi qui aime le mélange roman / journalisme, tu devrais apprécier !

Eva 16/09/2016 22:21

J'avais adoré Les Grands, roman magnifique sur l'amour, la musique, l'Afrique ... du coup j'ai hâte de lire celui-ci et encore plus depuis que j'ai lu ton billet :)

Papillon 17/09/2016 20:26

Pareil, j'aime beaucoup cet auteur.

Luocine 16/09/2016 17:41

encore une découverte grâce aux blogs ... mais comment vais-je faire pour tout lire. J'aime ce que tu dis de ce livre.

Papillon 17/09/2016 20:26

Oui, c'est un peu le problème des blogs : trop de tentations !

Nicole Grundlinger 16/09/2016 14:53

Je viens de le commencer et je me laisse porter par sa plume, ravie de le retrouver après Les Grands qui avait réussi avec me capter sans que je m'y attende... Un auteur vraiment intéressant.

Papillon 16/09/2016 17:42

Moi aussi je l'ai découvert avec le précédent et j'ai acheté celui-ci les yeux fermés!

jerome 16/09/2016 13:31

Je découvre l'auteur avec ce titre et je suis vraiment sous le charme. D'ailleurs je viens d'acheter "Les Grands" sur les conseils d'Eva ;)

Papillon 16/09/2016 17:41

Les Grands est un roman réellement envoûtant. Je ne doute pas que tu l'aimes !

Laure 16/09/2016 09:01

Il faudrait que je découvre cet auteur, que je ne connais pas. Tu confirmes mon envie, merci :-)

Papillon 16/09/2016 17:40

Je l'aime vraiment beaucoup, une belle plume et un univers vraiment personnel.

Kathel 16/09/2016 08:11

Mon mari est en train de le lire, je pourrai le mettre dans ma PAL ensuite !

Papillon 16/09/2016 17:39

Et tu nous diras si ton mari a aimé ; -)

Aifelle 16/09/2016 07:24

Il me tente depuis sa sortie et le billet de Jérôme en avait rajouté une couche. Le roman précédent c'est "Les Grands" ? Je vois qu'il est maintenant en poche.

Papillon 16/09/2016 17:38

Je pense que c'est vraiment un roman pour toi, en plus !