Americanah - Chimamanda Ngozi Adichie

Publié le par Papillon

"Moi-même je ne me sentais pas noire , je ne suis devenue noire qu'en arrivant en Amérique."

 

 

Americanah, c’est le nom que les Nigérians donnent à leurs compatriotes qui reviennent au pays après un long séjour aux Etats-Unis. Et c’est ce qu’est Ifemelu qui, après treize ans passés en Amérique, décide brusquement de rentrer chez elle.

 

Ifemelu a grandi à Lagos dans une famille de la classe moyenne, dans un pays pauvre dont l’histoire et la politique sont marqués de soubresauts parfois violents. Quand son père est licencié (pour avoir refusé d’appeler sa patronne « Mummy » !), la situation de la famille devient plus difficile mais heureusement il y a la tante Uju, richement entretenue par le Général, homme puissant du régime. Et les difficultés financières n’empêchent pas Ifemelu de faire des études. Au lycée, elle rencontre Obinze, qui sera le grand amour de sa vie. Obinze est un amoureux de l’Amérique, dont il adore la littérature et qui le fait rêver depuis son plus jeune âge. Ifemelu et Obinze s’inscrivent à l’université mais leurs études sont perturbées par les grèves incessantes des professeurs. C’est alors qu’Ifemelu décide de partir pour les Etats-Unis, pour y poursuivre ses études. Bien sûr, son installation à Philadelphie chez sa tante (qui a du émigrer après la mort brutale de son riche amant) est un vrai choc culturel. Mais surtout, pour la première fois de sa vie, elle prend conscience qu’elle est noire et découvre les problèmes raciaux qui sont l’un des fondements de l’Amérique. Elle finira par tenir un blog sur la question.

 

A travers les différents épisodes de la jeunesse d’Ifemelu et d’Obinze, l’auteur dresse un panorama de la question de l’immigration et du racisme. Elle aborde tous les aspects de la question (les préjugés, la ségrégation, la discrimination) sans langue de bois, mais sans acrimonie. C’est un constat, le regard sur la société américaine par une Noire non américaine, comme Ifemelu se décrit dans son blog. Elle y montre parfaitement tous les efforts que font les nouveaux venus pour s’intégrer : gommer leur accent, discipliner leurs cheveux, éclaircir leur peau… sans jamais parvenir à faire oublier l’essentiel : la couleur de la peau. Elle y dissèque froidement les questions d’« échelle de races » aux Etats-Unis, comment la tonalité de la peau attribue une place dans l’échelle sociale, dont il est quasiment impossible de sortir. Et, à travers le destin d’Obinze qui tente sa chance à Londres faute d’avoir pu obtenir un visa pour les Etats-Unis, elle nous fait partager le quotidien hasardeux d’un sans-papier obligé de travailler sous un faux nom.

 

Ce roman est absolument indispensable. Et j’aimerais pouvoir dire que je l’ai adoré, pourtant ce n’est pas tout à fait le cas. Il y a quelque chose du documentaire dans cette histoire, quelque chose d’un peu trop démonstratif pour moi (mais peut-être est-il nécessaire d’être démonstratif pour aborder ce genre de question ?), comme si tous les épisodes de la vie d’Ifemelu et d’Obinze avaient été conçus pour montrer un aspect de la question : on voit Ifemelu et Obinze galérer pour trouver un boulot alors qu’ils sont tous les deux diplômés de l’université, on y voit Ifemelu obligée de s’abaisser pour gagner cent dollars, on la voit ensuite vivre successivement avec un jeune homme blanc (très riche) puis avec un jeune homme noir américain (très cultivé), on la voit en butte à tout un tas de préjugés sous prétexte qu’elle vient d’Afrique, et on la voit aussi affronter l'absurde du politiquement correct. Tout est passionnant dans ce roman, pourtant je n’ai pas réussi à être vraiment émue, sauf quand nos deux amoureux finissent par se retrouver et que le roman tombe un peu dans le convenu…

 

 

C'est Clara qui m'a donné envie

 

 

Du même auteur : L'autre moitié du soleil

 

 

Traduit de l'anglais (Nigeria) par Anne Damour.

Gallimard, coll. Du monde entier, 2015. - 528 p.

 

Commenter cet article

Jackie Brown 21/03/2015 17:43

Evidemment, c'est Chimamanda que l'on retrouve dans le personnage d'Ifemelu, mais j'aurais aussi aimé un roman où Obinze émigre aux Etats-Unis. Il est si passionné par ce pays qu'il aurait été intéressant de le voir confronté à la réalité. J'ai noté comme toi le côté démonstratif et peu naturel (finalement) de certaines situations.

Papillon 21/03/2015 20:29

C'est juste, mais tout le passage où Obinze est à Londres m'a paru d'une grande justesse, même si là aussi c'est bati pour nous montrer une autre face de l'immigration.

yueyin 12/03/2015 21:50

je suis en plein dedans et je dois dire que je suis complètement fasciné, c'est vrai que l'auteur de tombe jamais dans l'émotion adoptant plutôt un mode distancié mais ça me plait comme ça, je crois que je n'aurais pas supporté de pathos dans une histoire pareille :-) j'ai lu 400 page en 24 heures et j'ai hâte de lire la suite :-)

Papillon 13/03/2015 19:59

Moi aussi je l'ai lu très vite. Je crois que j'avais lu tellement d'avis dithyrambiques que je suis restée un peu frustrée, même si ça reste un très bon bouquin sur la question raciale aux Etats-Unis (et ailleurs, du reste, parce qu'on peut transposer plein de choses chez nous...) J' ai hâte de lire ton billet :-)

sous les galets 08/03/2015 15:11

ET ben dis donc, tu dois être le premier avis divergeant que je lis car les blogueurs ont vraiment tissé un tapis de louanges sur ce roman, qui j'en suis sûre le mérite. Mais tu pointes ce que je craignais: que toutes les étapes de la vie des deux héros soient des prétextes à démontrer tel ou tel aspect...Mais je le lirai quand même je pense quand il sera en poche.

Papillon 08/03/2015 19:27

J'ai écouté les Bibliomaniacs cet après-midi, et elles les mêmes bemols que moi, meme si elles le conseillent vivement aussi. Le sujet est passionnant mais il y a des longueurs et l'écriture est quand même très banale. Mais il faut quqnd même le lire.

A_girl_from_earth 06/03/2015 22:16

Je ne te lis pas trop, je suis dedans, et si au début, j'étais dubitative (c'était bien mais sans plus), en ce moment, je me régale et je savoure (j'en suis au tiers...). Je vois le mot "bémol" plus bas, et "platitude du style" dans les commentaires. Je le lis en anglais, ça passe plutôt bien, je trouve que de façon très simple, sans fioriture, sans être en mode démonstration, elle exprime des vérités qui claquent, ça me plaît assez.

Papillon 07/03/2015 13:58

Le roman peine un peu à démarrer, mais dès qu'elle arrive en Amérique, c'est passionnant et tellement juste, même si le personnage d'Ifemelu ne m'a pas vraiment touchée...

Delphine-Olympe 05/03/2015 20:42

Ton avis me rassure tant les éloges pleuvent sur ce roman. En ce qui me concerne, je l'ai trouvé très intéressant. C'est un témoignage certainement inspiré d'expériences réelles, les extraits de blog sont passionnants, mais très honnêtement, je l'ai trouvé trop long. J'ai déjà mis plus de 100 pages à rentrer dedans et ensuite, comme toi, je n'ai jamais été émue, je n'ai quasiment jamais ressenti d'empathie avec les personnages. Je n'ai même pas eu très envie de faire une chronique dessus. Je n'avais en effet pas envie d'en dire du mal, car c'est un livre très riche mais, littérairement parlant, je n'ai pas été convaincue...

Papillon 06/03/2015 20:07

J'ai été gênée aussi par la platitude du style. Et je suis d'accord avec toi : le débur est long, ça ne décolle vriament que lorqu'elle arrive aux Etats-Unis. C'est la partie qui parle du blog qui m'a aussi le plus intéressée. Je trouve que c'est un des meilleurs romans que j'ai lus que la question du racisme aux USA, mais littérairement un peu faible, en effet.

céline 05/03/2015 16:38

Ce roman est bien noté, même si ton bémol me freine un peu, en effet le côté "documentaire" me gêne dans les romans. Mais le sujet m'intéresse beaucoup.

Papillon 06/03/2015 20:05

C'est un incontournable sur le sujet du racisme aux USA, à mon avis.

clara 05/03/2015 07:40

Un indispensable oui !!!!

Papillon 06/03/2015 20:04

Oui, malgré ses quelques défauts.

Kathel 04/03/2015 14:37

Tu en parles beaucoup mieux que moi, j'ai été très paresseuse sur ce coup ! ;-)

Papillon 04/03/2015 19:57

J'ai quand même eu bien du mal à écrire mon billet et j'ai l'impression de ne pas lui rendre totalement hommage.

Aifelle 04/03/2015 13:16

Je prends note de ton bémol, je n'en attendrai pas la perfection, mais je le prendrai dès que possible à la bibliothèque.

Papillon 04/03/2015 19:56

Il se lit tres bien de toute façon, mais j'en avais lu tellement d'éloges que j'ai été un peu déçue de ne pas l'aimer plus :-)

Laure 04/03/2015 11:53

Je suis entièrement d'accord : imparfait, mais indispensable

Papillon 04/03/2015 20:03

C'est assez bien résumé :-)