Zola Jackson - Gilles Leroy

Publié le par Papillon

leroy.jpg

Zola Jackson est une vieille femme, ancienne institutrice mise à la retraite contre son gré parce qu’elle « faisait peur aux enfants ». Elle vit seule avec sa chienne Lady dans un quartier délabré  de New Orleans. Nous sommes en 2005 et le cyclone Katrina est aux portes de la ville. Les uns après les autres, les habitants fuient. Zola refuse de les suivre. Pour aller où, d’abord ? Chez qui ? Elle n’a plus personne. Et puis, des tempêtes, des typhons, elle en a déjà vus, elle qui vit depuis toujours à New Orleans, « cette ville mal aimée des dieux. » Alors, elle barricade sa maison, fait des provisions d’eau, de nourriture et de bière. Elle est prête à tout et c’est le pire qui arrive : un vent déchaîné qui emporte tout, même les digues, puis l’eau qui monte, envahissant la maison, le rez-de-chaussée d’abord, l’étage ensuite. Dans cette atmosphère de fin du monde, Zola revoit sa vie. Et surtout celui qui fut l’amour de sa vie : son fils Caryl, disparu depuis dix ans. Un fils qu’elle avait élevé pour qu’il devienne Prix Nobel, au moins, ou à défaut président des Etats-Unis. Un fils si différent d’elle, métis alors qu’elle est noire comme le charbon, et dont elle a eu du mal à accepter l’homosexualité…


A travers le récit de la catastrophe que fut l’irruption du cyclone Katrina en Louisiane, Gilles Leroy trace le portrait d’une femme terriblement humaine. Zola est une femme têtue, pleine de préjugés, mais c’est une femme courageuse qui va se battre jusqu’au bout, comme elle s’est battue toute sa vie contre la pauvreté et l’inculture. Même si elle est parfois agaçante, Zola ne peut que forcer notre admiration et notre tendresse, parce qu’elle est une de ces héroïnes du quotidien.

Le roman, aussi bien écrit que construit, dessine en filigrane une ville en voie de perdition, une ville où règne racisme, violence et pauvreté, une ville qui fut littéralement abandonnée par le reste de l’Amérique, et notamment par les autorités, quand survint la catastrophe.

Un roman magnifique, émouvant et très humain.

Plein d'autres avis chez BOB

Mercure de France, 2010. – 140 p.

Commenter cet article

Karine:) 26/03/2010 21:33


Lui, il me le faut!  Bon, je sais, c'est pas très constructif! ;)))


Sophie 21/03/2010 11:30


J'avais lu un extrait dans  LIRE de décembre, il m'avait donné envie d'aller plus loin. Et ce billet confirme mon premier avis donc hop hop il remonte dans ma LAL.


Theoma 18/03/2010 15:46


Lu et chroniqué dernièrement. J'ai bcp, bcp aimé également.


Bénédicte 13/03/2010 10:14


je n'ai encore jamais rien lu de cet auteur mais il faudra que j'y remédie et ton article sur ce livre m'y encourage Bonne journée à toi et à bientôt


erzébeth 12/03/2010 20:46


(oh zut, il faudra qu'on parle d' "Un tramway" la prochaine fois qu'on se verra ! J'en suis sortie assez bouleversée et ça m'intéresserait de connaître un peu mieux ton avis !)

(bon week-end, Papillon !)


sylvie 12/03/2010 09:34


Tentant ce personnage féminin, comme le lieu choisi pour la maison et le moment du cyclone... Pas encore noté, mais... il est tentant!


Frisette 07/03/2010 16:15



Ton commentaire rend ce roman très très tentant.  Je l'avais déjà noté mais là ça devient presque une urgence de le lire!

Changement de sujet, ton bain dans l'eau glacée ne va pas te rendre malade j'espère!  Ça devait vraiment être très froid... 



Papillon 07/03/2010 20:09


C'était glacé !!! mais mon bain n'a duré que quelques minutes et je me suis précipitée sous une douche chaude : même pas un rhume !


Stephie 07/03/2010 11:47


Je l'ai adoré ce roman. Et j'ai eu ensuite la chance de rencontrer l'auteur qui est vraiment passionnant.


Papillon 07/03/2010 20:08


Tu as de la chance !


choco 05/03/2010 21:33


Des commentaires unanimes sur un roman déjà noté ! :)


Papillon 07/03/2010 20:05


Un vraiment bon roman !


Midola 04/03/2010 22:53


C'est un très beau roman sur le coeur d'une mère avec toutes les contradictions qu'il comprend. Mais malgré cela, je n'ai pas été aussi touchée que toi, ou que les autres lecteurs d'ailleurs. 
Mais ça me donne tout de même envie de découvrir "Alabama song".


Papillon 07/03/2010 20:05


Je suis plus réticente pour Alabama Song, dont le thème m'intéresse moins...