Une fois deux - Iris Hanika

Publié le par Papillon


hanikaPar une chaude soirée d’été, deux quadras solitaires se rencontrent dans un bar de Berlin. Coup de chaud, coup de foudre, coup de massue. S’ensuit un week-end fougueux et passionné. Puis viennent les premières interrogations. Thomas et Senta sont très différents. Lui, ingénieur informaticien, est pragmatique et posé. Elle, pseudo intellectuelle, un peu prétentieuse, est très compliquée. Elle a dans la tête un tas de schémas prédéfinis de que doit être un amoureux et ne parvient pas à réconcilier le fantasme et la réalité.

Voilà un roman qui sort tout à fait de l’ordinaire, en associant une histoire assez banale à une forme très originale. Iris Hanika invente une nouvelle manière d’interroger la rencontre amoureuse. D’abord le style est très (trop, de mon point de vue..) introspectif. On suit minute par minute seconde par seconde les évènements dans la conscience des deux protagonistes : la rencontre dure exactement quarante-cinq pages, ce qui est quand même très long. Ensuite, l’auteur interrompt régulièrement la narration par des chapitres consacrés à la poétique des larmes, à l’histoire berlinoise, à la théorie informatique, à des considérations psychanalytiques, voire à des conseils érotiques. Tout ça pour quoi, au final ? Nous démontrer (une fois de plus) que les hommes et les femmes ne fonctionnent pas sur le même mode. Et à ce titre, je dois dire que Senta se révèle aussi pénible que le compositeur auquel elle doit son prénom, avec ses larmes, ses interrogations et ses revirements. Bref, même si le style d’Iris Hanika n’est pas dénué d’humour, je n’ai pas du tout adhéré à cette histoire qui m’a semblé interminable, malgré la sympathique balade berlinoise.

Cathulu (que je remercie pour le prêt) a aimé, tout comme Antigone et Cuné. Aifelle est plus réservée.

Traduit de l’allemand par Claire Buchbinder.
Les Allusifs, 2009. – 277 p.

Commenter cet article

cocola 31/01/2010 16:59


Le simple fait que ça se passe à Berlin m'attire, mais vu ton avis mitigé, j'hésite quand même un peu...


Papillon 31/01/2010 21:45


C'est aussi ce qui m'avait tenté dans ce roman mais ça ne m'a pas suffi pour l'apprécier.


kathel 28/01/2010 18:39


Je l'avais noté, ce livre, mais plus je le vois, plus je me dis qu'il ne doit pas être indispensable à... ma culture, mon bonheur, ou je ne sais quoi !


Papillon 28/01/2010 20:44


Non, c'est assez expérimental, mais pas vraiment réussi


Aifelle 28/01/2010 17:08


Tu n'es pas très convaincue non plus. Il y a de bonnes choses dans ce livre, l'humour surtout, mais aussi du grand n'importe quoi. Je demande à voir un autre de ses romans.


Papillon 28/01/2010 20:43


En fait c'est l'humour qui m'a sauvée, sinon je ne seais pas allée jusqu'au bout !


Joelle 28/01/2010 11:32


Ce ne me semble pas trop ma tasse de thé, ce roman ... surtout si tu dis qu'il semble interminable ! Les introspections peuvent être intéressantes mais pas toujours, ce qui semble être le cas ici
;)


Papillon 28/01/2010 20:42


C'est très lent, en fait : il se passe peu de choses mais tout est raconté avec plein de détails...


zarline 28/01/2010 10:54


Ca m'a l'air assez prise de tête, surtout les chapitres sur la poétique des larmes??? Je passe. Par contre, ton résumé m'a fait penser à "Assez parlé d'amour" de Hervé Le Tellier, un autre livre
qui parle d'une relation amoureuse banale mais dont la forme est plutôt originale.


Papillon 28/01/2010 20:40


Je n'avais pas adhéré non plus à "Assez parlé d'amour" du reste...


L'or des chambres 28/01/2010 10:53


Je n'ai pas vraiment adhérée à ce livre là non plus. Trop de longueur et de lourdeur, certaines pages m'ont vraiment ennuyée (les pages interminables sur l'informatique...)


Papillon 28/01/2010 20:39


Au début ces digressions sont un peu marrantes mais ça devient vite pénible !


cathulu 28/01/2010 06:12


C'est vrai que Senta est énervante mais en même temps, si je pense à l'épisode du bol de lait, c'est très drôle , cette influence des magazines sur son comportement !


Papillon 28/01/2010 20:38


L'épisode du bol de lait m'a particulièrement agacée ! Surtout qu'on a l'impression de voir une scène en ralenti et on se dit :"mais qu'est-ce qu'elle est en train de faire ?" J'arais été  la
place de Thomas, j'aurais pris mes jambes à mon cou !!!