The perks of being a wallflower - Stephen Chbosky

Publié le par Papillon

 

 

Chbosky.jpg

 

En dernière année de collège, Charlie a connu un traumatisme : son meilleur ami s’est suicidé, et il appréhende beaucoup sa rentrée au lycée. Pour vaincre ses angoisses, il entreprend une correspondance avec un inconnu. Charlie est un ado fragile, aussi intelligent que sensible, qui a du mal à se faire des amis. Heureusement, il a une arme secrète : son grand frère, qui aspire à devenir footballeur professionnel lui a appris à se battre. Et quand il est pris à parti par un camarade qui voit en lui le bouc émissaire idéal, il lui casse la figure et gagne le respect de sa classe.

 

Son professeur de littérature, qui devine son potentiel, commence à lui prêter des livres en dehors de la classe, en lui conseillant d’écrire des notes de lecture, et en lui suggérant de participer davantage à la vie du lycée. Mais c’est quand il rencontre Patrick et sa sœur Sam, que la vie de Charlie commence à changer. Ils sont tous deux en terminale et vont intégrer Charlie à leur bande de copains. Avec eux, le jeune adolescent découvre les plaisirs de l’amitié, des sorties entre copains, des ballades en voiture, mais aussi, bien sûr, le sexe, l’alcool et la drogue.

 

Ce pourrait être un nième roman sur l’adolescence, mais c’est bien plus que ça, parce que Charlie est étonnamment attachant. D’abord, c’est un gros lecteur, dans lequel il est facile de s’identifier. Ensuite, il porte un regard à la fois curieux et ouvert sur le monde, ne s’étonnant de rien, ni de déguster un brownie aux effets hallucinatoires, ni de trouver son meilleur copain dans les bras du capitaine de l’équipe de foot, ni de devoir monter à demi-nu sur une scène de théâtre. A travers sa correspondance, il ne nous cache rien de ses joies, de ses peines, de ses inquiétudes. Nous découvrons également sa famille, depuis ses parents jusqu’aux cousins de l’Ohio, et les relations parfois complexes qui se jouent entre ses divers membres. Au détour des réunions de famille, quelques secrets sont même dévoilés, mettant à jour les failles d’une famille pourtant très ordinaire.

 

Stephen Chbosky semble très bien connaître la nature humaine et imagine des situations d’une grande justesse psychologique. Il soulève l’air de rien des sujets délicats, comme la violence dans le couple ou l’abus sexuel des enfants. L’histoire se déroule dans les années 90, avant internet, le téléphone mobile et le mp3, ce qui donne un charme désuet à ce roman où l’on échange des cassettes, regarde MASH à la télé, et se délecte du Rocky Horror Picture Show. Et je suis tombée totalement sous le charme.

 

 

Pocket Books, 2009. – 232 p.

 

ChboskyFr.jpgExiste en version française sous le titre Le Monde de Charlie

(Traduction de Blandine Longre. Editions Sarbacane, 2012)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

céline 01/02/2013 10:57


Tu m'as donner envie de le dénicher en anglais... Histoire de me replonger dans l'univers de l'adolescence et pratiquer un peu cette langue :-)

Iluze 24/01/2013 09:30


C'est étonnant de voir un garçon si introverti aussi ouvert au monde finalement. J'ai également aodré cette lecture.

Papillon 25/01/2013 20:21



Il est très réticent au début, sur la réserve mais il s'apprivoise et c'est chouette à voir (même si j'aurais préféré voir moins de drogue, d'alcool et de cigarettes !)



Emereaude 23/01/2013 21:53


J'ai très envie de découvrir et le livre, et le film!

Papillon 25/01/2013 20:19



Le livre est vraiment formidable.



Aifelle 23/01/2013 11:08


Le film ne m'a pas tentée du tout, par contre le roman a l'air nettement plus intéressant.

Papillon 25/01/2013 20:19



Apr-s avoir lu le roman j'avais très envie de voir le film, au contraire, mais il ne passait plus dans mon quartier...



erzie 23/01/2013 11:04


Le film était terriblement ennuyeux à mes yeux, mais sans doute parce qu'il y a beaucoup de raccourcis - le prof de littérature, par exemple, pense que Charlie est un génie parce qu'il a su citer
Charles Dickens... pour moi, c'est un peu mince !


Du coup, malgré ton bel avis pour le livre, ça ne m'a pas donné envie de m'y plonger, parce que je n'y ai vu personnellement que des stéréotypes. Tant pis !

Papillon 25/01/2013 20:18



Je n'ai pas vu le film, en fait... Dans le livre, le prof (qui est très jeune et débute dans le métier) pense que Charlie a du "potentiel" parce qu'il lui donne un B à son premier devoir. Mais
surtout il comprend combien Charlie est solitaire à cause de son amour des livres, et cette analyse m'a beaucoup touchée parce que je crois que c'est vrai, que les gros lecteurs sont souvent très
solitaires. C'est Bill (le prof) qui pousse Charlie à se faire des amis au lycée.



S. 23/01/2013 09:05


(Et oui, c'est du vrai luxe ton RTT gros roman, j'adore :)))

Papillon 25/01/2013 20:15



Jeffrey worth it !


(Je me RE-GA-LE !)



S. 23/01/2013 09:04


J'ai acheté et abandonné la VF au tiers, tu me donnes des regrets, je vais voir si je peux m'accrocher un peu :))

Papillon 25/01/2013 20:15



C'est peut-être parce que je l'ai lu en VO, mais je suis tombée amoureuse de Charlie (en plus je n'ai pas d'ado à la maison, ne suis donc pas lassée de leurs bizarreries :-)))