Solaire - Ian McEwan

Publié le par Papillon

 

mcewan

 

Dans sa jeunesse, Michael Beard fut un brillant chercheur, auteur d’une découverte suffisamment importante pour lui valoir un Prix Nobel de physique à quarante ans. Depuis, il s’est endormi sur ses lauriers, dirige vaguement un centre de recherche dédié à l’exploitation des énergies renouvelables et gagne beaucoup d’argent en donnant toujours la même conférence. Sa vie privée comptabilise cinq épouses et quelques dizaines de liaisons, mais quand il découvre que son épouse n°5 le trompe, il en est profondément humilié. Une invitation à participer à un voyage d’étude dans le grand Nord (pour voir de ses propres yeux les dégâts du réchauffement climatique) va lui offrir un dépaysement rude mais bienvenu. Ce voyage aura des conséquences imprévues qui vont donner une nouvelle direction à sa vie.

 

Avec Michael Beard, Ian McEwan dessine un personnage des plus antipathiques : lâche, menteur, trompeur, voleur et prétentieux. Et à travers ce personnage, l’auteur conspue tous ces pseudo-scientifiques qui font mine de s’intéresser au sort de notre pauvre planète malade, pour mieux engranger les profits. C’est uniquement par intérêt et pour redorer un peu son blason terni de physicien, que notre héros se lance dans le développement de l’énergie solaire : sauveur de l’humanité côté face, caisse enregistreuse côté pile.

 

L’histoire s’étire de 2000 à 2009, et pendant toutes ces années nous voyons Beard de plus en plus empêtré dans ses histoires sentimentalo-sexuelles, de plus en plus gras, de plus en plus alcoolique et de plus en plus sale. L’antipathique Michael Beard est le symbole parfait de cet homme occidental qui est tellement obsédé par la consommation et par la satisfaction de ses plaisirs qu’il fonce droit dans le mur où il ne va pas tarder à s’écraser. Le propos est intéressant mais j’ai trouvé vraiment fastidieuse la lecture de toutes ces pages dédiées à sa vie sexuelle. Mais Michael Beard sera puni par où il a pêché : l’auteur a eu la perversion de lui coller un mélanome, cancer lié à une trop forte exposition au soleil, et qui va probablement le tuer. Bon débarras !

 

D'autres billets : Ys - Fabienne - Jostein - Keisha

 

Traduit de l’anglais par France Camus-Pichon.

Gallimard, 2011. – 389 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J


Vu qu'entre cet auteur et moi, ce n'est pas l'amour fou, je vais passer mon tour sur ce titre ... et sans regret en plus ;) mdr !



Répondre
P


bah ! Un de perdu, dix de trouvés !



K


Autant j'ai pu adorer la seule lecture que j'ai fait de l'auteur, autant je ne parviens pas à me décider à lire autre chose.  Et je ne pense pas que je lirai celui-ci!



Répondre
M


Les romans de McEwan sont tellement différents les uns des autres qu'on ne sait jamais à quoi s'attendre.



Répondre
L


J'ai quelques appréhensions concernant ce livre, mais de toute façon il est dans ma PAL, et McEwan ne m'a jamais déçue, alors...



Répondre
P


Si tu es une inconditionnelle, tu aimeras sans doute.



K


Tu n'as pas l'air euphorique mais j'ai quand même envie de lire ce roman. J'adore cet auteur.



Répondre
P


celui-ci est différent de sa prose habituelle (pour ce que j'en connais...)



Z


Je trouve intéressant ces livres au personnage antipathique. Difficile de s'identifier au personnage et de bien rentrer dans le livre mais en même temps, ça peut être savoureux. J'ai en tous cas
bien envie de découvrir ce livre même si ton avis semble quand même plutôt mitigé...



Répondre
P


Quelques longueurs....



K


Mouarf! Ah oui, quel personnage détestable! je me suis bien amusée quand même...



Répondre
P


Il y a en effet quelques scènes hilarantes, mais quelques longueurs aussi (sans doute parce que le héros m'a été antipathique dès le début.