Rose, sainte-nitouche - Mary Wesley

Publié le par Papillon

 

wesley2

 

A soixante-sept ans, Rose perd son mari. Elle avait épousé Ned cinquante ans plus tôt, avant la guerre, alors qu'elle avait dix-sept ans et était amoureuse de Mylo. Elle se remémore sa rencontre avec son mari, son mariage et les mois qui ont suivi. Et l'on découvre que pendant cinquante ans, et à l'insu de tous, Rose a vécu une double vie entre son mari qu'elle avait promis de ne jamais quitter et son amant Mylo, véritable amour de sa vie. Mais à dix-sept ans Rose avait choisi la sécurité à l'amour, en suivant les conseils de sa famille et en épousant un homme fortuné et plus âgé.

 

A travers les amours de Rose, l'auteur nous restitue les moeurs des années trente, époque guindée des mariages plus ou moins arrangés, de l'absence totale d'informations sur la sexualité, des couples qui se détestent en silence, comme celui des parents de Rose. Puis la guerre éclate avec son urgence à vivre, les convenances qui s'effondrent, les femmes qui s'émancipent. C'est la guerre qui donne à Rose l'occasion de retrouver régulièrement son bel et fougueux amant, mais c'est le veuvage qui libère sa mère, qui ne craint pas d'avouer à haute voix qu'elle a autant détesté la sexualité que la maternité.

 

Il y a, chez Mary Wesley, un goût certain pour la transgression, autant dans le langage qu'elle emploie que dans le sort qu'elle réserve à ses personnages : amours adultères, liaisons éphémères, mère célibataire. C'est un roman d'une étonnante modernité, en forme de romance, qui est cependant plus profond qu'il n'y paraît avec le beau portrait d'une femme qui essaie de trouver le bonheur dans une vie apparemment bien balisée par le mariage et la maternité. C'est surtout une magnifique histoire d'amour, délicieusement transgressive, qui traverse les années et les épreuves malgré l'absence et la distance.  

 

 

D'autres avis : Clarabel - Laure - Antigone 

 

 

Lu dans le cadre du Mois Anglais

mois anglais

 

 


Traduit de l'anglais par Michèle Albaret.

Editions Héloïse d'Ormesson, 2009 (1e éd. 1989). - 463 p.


Commenter cet article

Karine:) 24/06/2014 22:24


Oh, un billet sur Mary Wesley!  Ca me fait un grand plaisir de lire ça.  Je l'ai lu l'an dernier et je l'avais beaucoup aimé.   en fait, j'ai tout aimé d'elle, je pense... et je
suis ravie qu'il m'en reste quelques uns à lire!

Papillon 25/06/2014 20:09



Moi aussi, je la découvre peu à peu et c'est un régal.



Shelbylee 17/06/2014 22:36


Je ne connaissais pas ton blog mais j'adooooooore tes choix pour le mois anglais. Tu m'as vraiment donné envie de lire Mary Wesley. Je suis en train de lire Le pays du Dauphin Vert. J'ai adoré
Rebecca et je suis aussi une grande fan Des grandes Espérances...J'ai Possession dans ma PAL. J'adore Trollope.  Vivement tes prochains billets :-) 

Papillon 18/06/2014 21:00



Nous avons les mêmes goûts ! J'ai adoré Possession (un billet bientôt j'espère) et Trollope ne cesse de me réjouir. 



Margotte 11/06/2014 17:45


C'est une nouveauté ou un livre déjà ancien ?

Papillon 12/06/2014 20:18



Il a été publié en 2009 en France mais date des années 80 en VO.



Céline 10/06/2014 14:44


J'ai d'autres titres de cet auteur sur ma liste, mais je n'en ai encore lu aucun... Pourquoi pas commencer par celui-ci ;-)

Papillon 10/06/2014 20:50



Tous ses romans sont  très agréables, très british.



FondantOchocolat 09/06/2014 13:26


J'avais bien aimé "Les raisons du coeur" de cette auteure ; ce roman-ci me tente également !!

Papillon 10/06/2014 20:48



Mon préféré de cet auteure reste La pelouse de camomille, mais je ne connais pas les raisons du coeur.



cathulu 09/06/2014 11:46


j'adore l'aspect gentiment subversif de cetet auteure !

Papillon 09/06/2014 11:49



Moi aussi ! J'ai l'impression qu'il n'y a qu'une anglaise pour faire ce genre de chose...