Quelle époque ! - Anthony Trollope

Publié le par Papillon

 

trollope

 

Anthony Trollope est un écrivain anglais de l'époque victorienne, assez peu connu en France et tout aussi peu traduit, alors qu'il était très célèbre et très lu en son temps. Dans ce gros roman, Trollope critique les moeurs de son époque, à travers une galerie de personnages plus ou moins sympathiques.

 

Le héros de cette histoire est un jeune homme frivole et inconséquent. A vingt-cinq ans, Sir Felix Carbury a déjà mangé le petit héritage laissé par son père, et passe ses nuits à boire et à jouer aux cartes, au grand désespoir de sa mère. Que reste-t-il à un jeune aristocrate anglais quand il est au bord de la ruine ? Trouver une riche héritière. Sur les conseils de Lady Carbury, le jeune homme porte son regard nonchalant sur Marie Melmotte, fille d'un riche financier de la City. Mais Augustus Melmotte, qui a débarqué de France quelques mois plus tôt, a très mauvaise réputation : génie pour les uns, escroc pour les autres. Qu'importe ! Il étale son argent lors de grands bals auxquels se pressent les lords et les duchesses, oubliant leurs préjugés dans l'espoir de profiter des largesses et des combines du grand homme. Mais un tel homme acceptera-t-il de donner la main de sa fille unique à un baronnet ruiné et joueur ? D'autant que les prétendants sont légion. Melmotte va profiter de leur avidité pour les associer à ses affaires douteuses et les rouler les uns après les autres.

 

Trollope montre une société décadente, obsédée par le pouvoir de l'argent. Si vous en avez (ou donnez l'impression d'en avoir), on vous en donnera encore plus, on vous fera crédit et le monde sera à vos pieds. Trollope s'en prend à toutes les classes de la société : les financiers qui s'enrichissent sur le dos des naïfs crédules, les aristocrates qui dilapident leur patrimoine en futilités, trouvent normal de ne pas honorer leurs dettes et méprisent les hommes d'affaire dont ils sont pourtant prêts à épouser les filles ; les politiciens prêts à tous les compromis pour gagner un siège au parlement ; la presse qui renonce souvent à l'impartialité pour se vendre au plus offrant ; et jusqu'au monde des lettres avec des écrivains prêts à toutes les bassesses pour obtenir un bon papier (rien de nouveau sous le soleil...) Le monde que décrit Trollope est celui du mensonge et de la tromperie à tous les étages.

 

Cette vaste fresque, drôle et ironique, qui multiplie les personnages secondaires et les intrigues parallèles, est donc d'une étonnante modernité. J'ai beaucoup pensé en la lisant à  La foire aux vanités de Thackeray, même si la plume de Trollope n'a pas le mordant de celle de son contemporain et ami. Et son roman souffre de nombreuses longueurs et répétitions. Il a d'abord été publié en feuilleton et ça se sent. Et l'auteur devait être payé à la page, car il prend plaisir à faire durer le suspense par de faux rebondissements, notamment dans les trois ou quatre histoires sentimentales complexes qui se trament en arrière-plan. C'est dommage, car Trollope est un formidable conteur au style brillant et un fin connaisseur de la nature humaine.

 

 

Traduit de l'anglais par Alain Jumeau.

J'ai Lu, 2012 (1e édition 1875). - 818 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karine:) 27/03/2012 22:19


Je suis justement en train de le lire.  Ça me plaît beaucoup à date (mais je suis au début) et ça me fait aussi beaucoup penser à Thackeray.  Que j'ai le goût de relire!

Papillon 29/03/2012 20:51



Alors je vais guetter ton billet !



Céline 25/03/2012 15:59


Malgré tes quelques réserves, il me tente énormément ...

Papillon 27/03/2012 21:09



Tu as raison, c'est un roman qui mérite d'être lu quitte à sauter quelques pages vers la fin, come je l'ai dit plus haut.



choupynette 23/03/2012 18:00


oui! avec David Suchet, Matthew Mcfadyen entre autres!

Theoma 23/03/2012 15:11


je me suis inscrite au challenge Trollope et je pensais commencer par celui-ci. Tume fais hésiter.

Papillon 23/03/2012 22:46



Il ne faut pas hésiter, mais sauter quelques pages dans la deuxième partie.



choupynette 22/03/2012 17:40


j'ai adoré ce roman! vraimetn adoré! il analyse finement et sans concessions l'humain dans toutes ses faiblesses et ses rares forces. un vrai régal! et l'adaptation BBC est géniale aussi!

Papillon 22/03/2012 21:38



Il existe une adaptation BBC ? Il faut que je mette la main dessus !



Annie 20/03/2012 16:07


Il me semble bien avoir lu un livre de Trollope, il y a bien longtemps et j'en garde un excellent souvenir. C'est le genre de livre dans lequel j'ai envie de me plonger, car d'une certaine façon,
je suis rarement déçue. J'ajoute ce titre à ma liste. Merci !

Papillon 20/03/2012 21:49



Se plonger : c'est exactement ça ! Plein d'intrigues, de personnages, une belle plume, tout un univers !



keisha 19/03/2012 17:50


La foire aux vanités...Lu le roman, vu le film (un machin indien, j'adore!)


Quant à Trollope, tu te rends compte, on le trouve plus facilemetn que Dickens, si ça continue... Quelle époque est très moderne avec ses histoires d'actionnaires... Je viens de lire Phinéas
Finn, pas mal non plus.

Papillon 20/03/2012 21:48



Cela dit, je n'avais jamais entendu parler de Trollope avant de voir un challenge circuler sur la blogosphère et je n'ai pas l'impression que beaucoup de ses (gros !) romans soient traduits en
français et je ne crois pas que j'aurai le courage de le lire en VO...



Joelle 19/03/2012 12:16


C'est amusant parce qu'au fur et à mesure que je lisais ton billet, je pensais à La foire aux vanités et vlan, voilà que tu cites ce roman ;) Je connais Anthony Trollope de nom parce qu'il a
écrit beaucoup mais je n'ai jamais rien lu de lui ... il faudrait que je tente un de ses romans à la biblio ! Et puis, il faut aussi que je lise le Thackeray (je n'ai vu que le film) mais là, je
crois qu'il n'est pas à la biblio !

Papillon 20/03/2012 21:46



Pour moi, Thackeray est un cran au-dessus de Trollope (on le trouve en poche), mais Trollope reste très intéressant à lire (quitte à sauter quelques pages vers la fin !)