Pyongyang - Guy Delisle

Publié le par Papillon

 

delisle2.jpg

 

En 2002, l’illustrateur Guy Delisle a l’occasion d’aller passer deux mois à Pyongyang, pour y superviser la production d’un dessin animé ; Pyongyang, capitale de la Corée du Nord, pays le plus fermé du monde, et seule dictature héréditaire communiste. Pays pauvre, avide de devises étrangères, la Corée du Nord est devenu un gros producteur de dessins animés (ceux-là mêmes qui font la joie des enfants occidentaux à la télé.)

 

Dès son arrivée, Guy Delisle se voit adjoindre un guide et un interprète, qui ne le quittent pas d’une semelle, et seront quasiment les seuls coréens qu’il fréquentera de près. Il est logé dans un énorme hôtel réservé aux visiteurs étrangers et quasi vide puisque les touristes ne se battent évidemment pas pour découvrir la Corée du Nord et que les ONG y sont de moins en moins nombreuses. Son existence se déroule entre son hôtel et le bureau de la production, entre lesquels il circule dans un minibus climatisé en compagnie de ses deux « anges gardiens ». Les rares visites touristiques qui lui sont proposées concernent des bâtiments dédiés à la gloire du fondateur du régime, Kim Il-sung, et à son fils Kim Jong-il (depuis, celui-ci est mort et a été remplacé par Kim Jong-un). Un des traits marquants du régime est en effet le culte de la personnalité : dans chaque pièce de chaque bâtiment, on trouve un portrait du père et du fils, et chaque coréen se doit d’aborder un badge du glorieux dirigeant. Une seule chaîne de télévision qui ne diffuse que de la propagande anti-capitaliste et anti-américaine, et aucun accès internet. Les coréens sont enfermés dans leur pays et soumis à un intense lavage de cerveau.

 

Autant dans Les chroniques de Jérusalem, Guy Delisle adoptait un ton neutre et sans parti pris (tant la situation politique était complexe), autant ici il donne libre cours à un ton ironique, truffant son récit de dessins humoristiques se moquant du régime des Kim. C’est écrit et dessiné sur le mode du récit de voyage mêlant des anecdotes très personnelles à des observations plus générales : comment la ville de Pyongyang brille comme un sou neuf, dissimulant soigneusement ses bidonvilles, comment ses habitants sont complètement robotisés, comment le régime entretient sa propre légende et vit dans la paranoïa. Ce récit met en images tout ce que l’on peut imaginer sur les régimes totalitaires autoritaires, une vision glaçante qui confine pourtant souvent au ridicule, vue de notre démocratie bancale mais bien-aimée.

 

 

L’association, 2003. – 176 p.

Publié dans BD - Mangas

Commenter cet article

Emeraude 22/04/2013 21:39


il faut vraiment que j'approfondisse ma lecture de ce dessinateur/auteur. C'est très intéressant !!!

Karine:) 21/04/2013 18:13


Étant donné le contexte actuel, j'ai bien envie de la lire, cette BD... je suis curieuse de voir comment Delisle a vécu ça. 

Grominou 21/04/2013 08:24


Je te recommande chaudement celui sur la Birmanie!  Et moi il me reste celui-ci et Jérusalem à découvrir, mais ils ne sont jamais disponibles en bibli!

cathe 05/04/2013 12:51


Idem Keisha :-D


Je lis toutes ses BD, elles sont toujours agréables, drôles et avec ce côté "Candide" !

Papillon 06/04/2013 21:09



Et en plus il va dans des endroits surprenants. Maintenant il faut que je trouve les "Chroniques birmanes" (je fais le toure des dictatures !)



kathel 01/04/2013 11:55


Les chroniques de Jérusalem, que j'ai beaucoup aimées, et l'idée de découvrir Pyongyang, de loin, me donnent envie de lire celui-ci. 

Papillon 02/04/2013 20:41



Un très bon cru également.



keisha 01/04/2013 08:19


Un incontournable, bien sûr... Et tu es pile poil dans l'actualité (hélas pour les coréens!)

Papillon 02/04/2013 20:41



Ce qui me faisait rire quand je lisais le bouquin mais en fait ces gens font quand même un peu peur !