Price – Steve Tesich

Publié le par Papillon

 

Rentrée littéraire 2014

 

« Le problème avec l’amour, reprit-il autant pour lui que pour moi, c’est que c’est à la fois un poison et un antidote – et qu’on ne sait jamais vraiment lequel des deux on avale. »

 

Sixieme-dossier 20140903 175959

 

En 2012, les éditions Monsieur Toussaint Louverture (qui ont le don de dénicher des pépites) nous avaient régalés avec Karoo de Steve Tesich, portrait alcoolisé et baroque, bourré d’autodérision et d’humour, d’un scénariste de cinéma spécialisé dans la destruction des chefs d’œuvre. Cette année, elles récidivent avec le premier roman du même Tesich, qui met en scène cette fois un adolescent.

 

Daniel Price a dix-huit ans et termine le lycée. Ce qui signifie que dans quelques mois il lui faudra trouver un boulot, un vrai boulot, pas un de ces petits jobs d’été dont il a l’habitude. Car il n’y aura pas d’études supérieures pour Danny : il a grillé sa seule chance d’obtenir une bourse en perdant la finale du tournoi de lutte. Et les perspectives d’avenir ne sont pas des plus réjouissantes en cette année 1961 dans cette petite ville d’East-Chicago dans l’Indiana, que dominent les sinistres réservoirs de la Standard Oil Company. Il est probable que Danny finira là-bas, comme son père. Or le père de Danny est un homme profondément malheureux qui ne s’entend plus avec sa femme, n’aime pas son boulot, ni même sa vie, et traîne sa triste existence d’un matin à un autre. Pas de quoi faire rêver son fils. Alors, pour ne pas penser à un futur qui l’angoisse, Danny traîne dans les rues avec ses deux meilleurs copains, Larry le révolté et Scott le résigné. La vie de Danny bascule le jour où il rencontre Rachel, qui vient de s’installer en ville avec son père. Rachel est belle, sauvage et énigmatique, Danny tombe amoureux avec la fougue de ses dix-huit ans, au moment même où il apprend que son père est très malade.

 

« Il semble prêt à se jeter du haut d’une falaise juste pour tomber amoureux. »

 

Avec ce roman très inspiré de sa propre adolescence, Tesich nous offre un superbe roman d’apprentissage, sombre mais pas désespéré, où un jeune ado naïf se débat dans les affres de l’amour et l’angoisse de la mort. Pendant la durée d’un été tour à tour brûlant et glacial, à l’image de sa relation avec Rachel, Danny Price emprunte le chemin difficile de la perte de l’innocence et de la perte tout court. Le jeune homme apprend la douleur et le manque dans un crescendo de tension dramatique qui culmine dans une scène que n’aurait pas renié Tennessee Williams.

 

Ce premier roman de Tesich a une tonalité bien différente de Karoo. L’auteur y décrit la difficulté d’être jeune dans un monde où les jeunes n’ont aucun espoir en l’avenir, rien que la promesse d’une vie banale et médiocre. Ils ont tous l’impression qu’avec la fin de leurs études, le meilleur de leur vie est passé. Les adultes, dans cette histoire, sont tous des vaincus. Et alors même que Danny tente désespérément de se détacher de l’image de son père, il prend douloureusement conscience qu’il lui ressemble beaucoup.

 

« Nous étions les martyrs d’un amour que nous avions placé entre les mains de femmes cruelles. »

 

Mais à la différence de son père, Danny va s’inventer un avenir et peut-être un destin.

 

J’ai eu un coup de cœur absolu pour ce roman et son jeune héros en colère, et même si ce billet ne leur rend pas totalement hommage, je vous conseille vivement de les découvrir à votre tour.

 

 

Chez le même éditeur :

- Le dernier stade de la soif de Frederick Exley

- Le linguiste était presque parfait de David Carkeet,

- Une putain de catastrophe de David Carkeet.


 

Traduit de l’américain par Jeanine Hérisson.

Editions Monsieur Toussaint Louverture, 2014 (1e éd. 1982), 544 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sous les galets 05/01/2015 18:24


C'est incroyable, j'ai lu hier le billet de Coralie qui est aussi enthousiaste que toi (vous avez d'ailleurs beaucoup de goûts en commun je trouve) et c'est un plaisir immense de commencer mon
année de blog avec tes pépites. Monsieur Toussaint Louverture semble vraiment éditer le beau de la littérature américaine, je retiens ta très belle phrase "la difficulté d'être jeune dans une
société ou les jeunes n'ont aucun espoir en 'avenir". Je te remercie beaucoup de ta participation aux pépites, ça fait du bien autant d'enthousiasme littéraire.

Papillon 06/01/2015 20:42



C'est un plaisir d'ajouter mes romans chouchous dans tes pépites. C'était une très belle rentrée de ce côté-là.



sylire 06/10/2014 13:21


J'avais beaucoup aimé Karoo (lu en audio). Je suis donc très intéressée par celui-ci  (surtout après ton billet).

Papillon 06/10/2014 19:53



Il est très bon, très fort. Il a un vrai ton, cet auteur, j'ai vraiment adoré.



A_girl_from_earth 05/10/2014 00:08


Toujours pas lu Karoo... Visiblement un auteur qui vaut le détour. Il va falloir que j'arrive à le caser prochainement !

Papillon 05/10/2014 15:01



Un auteur que j'aime beaucoup et je conseille vivement !



jerome 04/10/2014 08:32


Je me suis promis de lire "Karoo" depuis qu'il est sorti en poche mais je me demande si je ne ferais pas mieux de commencer par ce 1er roman.

Papillon 04/10/2014 14:37



Ils sont tres bons tous les deux dans des genres tres différents. On peut imaginer que le jeune Price est devenu l'affreux Karoo...



Mobylivres 03/10/2014 11:13


Très très bon roman ! 


Monsieur Toussaint Louverture fait toujours de très belles publications !

Papillon 04/10/2014 14:35



C'est un édiyeur que je suis de près !



Aifelle 02/10/2014 12:53


Je n'ai toujours pas lu Karoo, du coup je ne sais pas par lequel commencer

Papillon 02/10/2014 19:35



Peu importe, ils sont bien tous les deux ! 



keisha 02/10/2014 09:11


Tu te doutes que ce titre est sur ma liste "à liste quand ce sera à la bibli)(j'ai vérifié, il y sera)


Puisqu'on en est à Toussaint Louverture, tu as lu Et j'ai comme une grande idée? Allez, zou! (chef d'oeuvre)

Papillon 02/10/2014 19:33



Il vient aussi d'arriver dans ma bibliothèque mais je n'avais pas le courage d'attendre !


Mais je vais voir s'ils ont celui que tu me cites.



Louise 02/10/2014 08:58


Karoo et Price seront mes prochains achats. Super de bonnes lectures en perspectives.

Papillon 02/10/2014 19:32



Karoo est sorti en poche en plus ! Je les aime tous les deux même s'ils sont très différents.



Cuné 02/10/2014 05:43


Tu donnes très envie. Y a plus qu'à :)

Papillon 02/10/2014 19:31







saxaoul 01/10/2014 20:21


La couverture ets vraiment belle je trouve. Elle donne envie de s'intéresser à ce livre. Et en plus, tu en rajoutes dans ton billet :) !

Papillon 01/10/2014 20:33



Oui, cet éditeur a de très belles couvertures et le roman est excellent !