Pour trois couronnes - François Garde

Publié le par Papillon

 

« Une vie, ce n’est pas seulement la somme des choix que l’on a fait. Elle est cette somme multipliée par le regard des autres, et divisée par le coefficient imprescriptible du hasard. »

 

garde.jpg

 

Américain d'origine libanaise, Philippe Zafar vit à New York, où il s'est inventé un métier : curateur aux documents privés, qui consiste à trier et classer les archives des défunts, pour épargner un supplément de peine à la famille endeuillée. Alors qu'il s'occupe des archives de feu Thomas Colbert, milliardaire d'origine française, propriétaire d'une grosse compagnie maritime, il tombe sur un document singulier. Une note manuscrite raconte comment un jeune marin reçut trois couronnes d'or pour coucher avec une femme masquée. Anecdote fictive ou vrai souvenir ? Et cette transaction aurait-elle eu pour objet de produire une grossesse ? La veuve, qui n'a pas d'héritier, charge Zafar de trouver la clé de l'énigme.

 

Ce roman est à la fois une enquête minutieuse sur un personnage aussi secret que puissant, et un roman d'aventures qui nous emmène dans les mers australes. Le narrateur s'accroche à tous les indices pour remonter le fil de l'histoire : des couronnes en or, un roman de Karen Blixen, un tableau de Géricault, interrogeant, de Seattle à Dijon, les témoins vieillissants d'une époque disparue, fouillant des archives, publiques ou privées. Sa traque le mène sur une île tropicale, ancienne colonie française totalement imaginaire, qui se remet à peine d'une violente guerre civile. Ce contexte ramène Zafar à sa propre histoire et à sa naissance dans un Liban déchiré. A travers la quête d'un rejeton hypothétique, le narrateur cherche l'image de son propre père, brutalement disparu.

 

J'ai beaucoup aimé le côté enquête généalogique qui, de vieux papiers oubliés, fait jaillir des personnages de chair et de sang, avec leurs rêves, leurs désirs et leurs frustrations, et comment derrière des façades bien proprettes se cachent des histoires tumultueuses, des secrets inavouables, des destins contrariés. Un roman qui interroge très finement la question de la filiation, pose de vraies questions politiques, et déroule une multitude de petites histoires, toutes plus ou moins imbriquées les unes dans les autres. C'est passionnant, joliment écrit et parfaitement construit.

 

J'ai tellement aimé que je me suis précipitée à la bibliothèque pour emprunter le premier roman de l'auteur, Ce qu'il advint du sauvage blanc, qui avait reçu le Prix Goncourt du premier roman en 2012.

 

 

Gallimard, 2013. - 295 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Céline 14/01/2014 13:28


J'ai beaucoup aimé aussi, et je me suis laissée surprendre par le style assez particulier de l'auteur. Tu me donnes envie de lire son premier roman du coup !

Papillon 14/01/2014 20:25



Son premier roman est excellent aussi, dans un genre bien différent. Moi aussi, j'aime beaucoup son style.



cuné 15/08/2013 08:13


Toi aussi tu nous avais manqué, ravie de te lire à nouveau ! :)

Papillon 19/08/2013 20:27



Merci, c'est gentil. Espérons que je vais survivre à la v3 d'over-blog... Je suis en train de réfléchir à un plan B, mais tout est si compliqué !


 



Meg 14/08/2013 21:30


J'ai moi aussi beaucoup aimé ce titre. Je trouve que c'est rare de nos jours de lire des romans contemporains si... élégant. J'avais beaucoup aimé "ce qu'il advint du sauvage blanc". François
Garde est un auteur à suivre !

Papillon 19/08/2013 20:26



Et ce n'est pas courant non plus un auteur françois qui ne tourne pas autour de son nombril... J'en ai ras le bol de tous ces livres sur le père, la mère, les enfants, la jeunesse d'auteurs qui
n'ont rien à dire !



cathe 14/08/2013 12:58


Comme mes camarades, je suis contente quand un petit 1 s'affiche à côté de ton blog dans mon Netvibes :-)


Et je note ce roman qui me parait très intéressant :-)

Papillon 19/08/2013 20:24



Merci Cathe. Oui, ce roman est très bien. Quand je l'ai eu termine=é, je me suis dit : il faut absolument que j'en parle sur mon blog



kathel 14/08/2013 09:09


Le passage au deuxième roman est réussi, alors ? Tu devrais aimer "ce qu'il advint du sauvage blanc" ! 

Papillon 19/08/2013 20:23



Je te dirai ça bientôt puisqu'il est sur ma table de nuit !



In Cold Blog 13/08/2013 17:32


Heureux de te voir de retour, et avec ce roman qui me fait de l'oeil.
Entretemps, je devrais lire "Ce qu'il advint du Sauvage Blanc" pendant mes vacances, que j'ai trouvé il y a peu en bouquinerie.
Bon courage pour le ménage et la poussière !!!!

Papillon 13/08/2013 20:35



Je ne sais pas encore si c'est un vrai retour, écrire est devenu quelque chose de très difficile, mais vous m'avez tous tellement manqué que je me force !



keisha 13/08/2013 08:15


Si c'est aussi bien écrit que "Le sauvage blanc", je fonce!


Bon retour, au fait!

Papillon 13/08/2013 20:33



Je peux pas comparer puisque je n'ai pas lu le premier mais tu peux foncer quand même : c'est très bon !



Mimi 13/08/2013 07:01


Très heureuse de te retrouver .... Ton absence a sûrement permis de faire de belles découvertes littéraires. Bel été à toi !!

Papillon 13/08/2013 20:32



Merci Mimi. Non, en fait les voups de coeur ont été assez rares ces derniers temps...