Plus jamais d'invités ! - Vita Sackville-West

Publié le par Papillon


sackville.jpgPour ce week-end de Pâques, Rose et Walter Mortibois ont décidé d'inviter famille et amis dans leur maison de campagne. Lucy, la soeur de Rose, est du nombre, avec son mari Dick et leur fils Robin. Il y a aussi Gilbert Mortibois, le frère de Walter, sans oublier l'excentrique et lègère Lady Quarle. Les deux soeurs Rose et Lucy sont ausi proches que différentes. Rose est jolie, fine et élégante, Lucy est quelconque et insipide. Lucy a épousé un modeste employé de la city avec lequele elle mène une vie un peu étriquée, mais dont elle est très amouresue. Au contraire, Rose a fait un beau mariage en épousant Walter Mortibois, baronnet et brillant avocat, qui lui offre une vie luxueuse et parfumée, mais leur maraige repose plus sur un contrat de bonne entente que sur un engagement romantique. Aux yeux de tous, Walter est un homme froid qui n'a qu'un amour : son chien, Svend. Walter va connaître un week-end mouvementé qui va lui donner un peu d'humanité.

Voilà un roman très british qui commence avec légèreté et humour, mais tourne très vite (et pour son plus grand malheur) au roman philosophique : le sens de la vie, la religion, l'humanité... Et le lecteur se demande où l'auteur veut en venir, sans jamais avoir de réponse claire. Sachant que Vita Sackville-West avait fait partie de fameux groupe de Bloomsbury, je m'attendais à quelque chose de léger et de brillant et j'ai été bien déçue. Il y a dans ce roman un postulat de base (le contrat de mariage conclu entre Rose et Walter) qui m'a paru totalement incrédible, puis une scène d'une incroyable cruauté (à propos du chien) qui me semble tout aussi peu crédible. Ajoutez à cela un fin improbable et vous comprendrez pourquoi ce roman m'a paru complètement raté.

defi_classique.jpg

Traduit de l’anglais par Micha Venaille
Le livre de poche, 2009 (1ere édition 1953). – 214 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K

Je veux lire cette auteure... mais si ya de la cruauté envers un chien, je laisse faire.  Je ne suis pas très animaux (je suis trop allergique) mais je peux pas supporter...


Répondre
K

Je note les deux titres cités en commentaire, car on m'a conseillé de lire cet auteur, amie de VW...


Répondre
P

On me l'avait conseillé aussi...


C

cruauté envers les animaux..., manque de crédibilité, je fuis!


Répondre
P

En fait, la cruauté n'est pas envers l'animal mais envers son maître, mais la scène m'a vraiment déplu...


P

Comme je suis mitigée. Une vraie envie de découvrir cette auteur, mais je crains de ne pas choisir le bon titre ! Je note ceux indiqués par Karen et je passe celui-là... thanks !


Répondre
P

Je te laisse les découvrir : tu nous raconteras !


J

Je commençais à saliver mais arrivée dans ton billet à "roman philosophique", j'ai reçu une douche froide ... je passe donc !


Répondre
P

Et tu fais bien, à mon avis ;-)


K

Vita Sakeville West n'est pas une auteure drôle ou légère (mais Jane Austen, Edith Warhon, jane Eyre ...Non plus), elle a été la maîtresse de Virginia Woolf qui n'était pas d'une grande
gaité! Mais ses descriptions de la société aristocratique qu'elle dénonce ne manquent pas de finesse et d'humour noir. Je vous recommande "Toute Passion abolie" et "haute société" Si vous
aimez la littérature anglaise il est impossible de ne pas aimer Vita Sackeville West.
Pour mémoire Le groupe de Bloombury n'était pas une association de comiques ;-)


Répondre
P

Bonsoir Karen, je ne m'attendais pas vraiment à quelque chose de comique, en effet mais j'espérais quelque chose de plus
ironique, de plus mordant, de plus spirituel (c'est l'image que je me fais de Bloomqbury...) Je note quand même les titres que vous me signalez !


C

J'avais abandonné un autre roman de cette auteure n'y trouvant pas mon compte d'humour...


Répondre
P

Non seulement l'humour fait défaut mais l'histoire ne tient pas debout !


M

J'adore ton humour, un commentaire assez critique pour un livre catalogué "j'adore les classiques"


Répondre
P

Les classiques sont parfois décevants mais je les aime quand même !