Persuasion - Jane Austen

Publié le par Papillon

 

austen.jpg

 

Mon remède miracle en cas de panne de lecture (et je traverse une grave panne de lecture), c'est de revenir aux basiques et de relire une valeur sûre. Me voici donc en train de relire Jane Austen, en commençant par la fin, puisque Persuasion est son sixième et dernier roman, écrit peu avant sa mort.

 

Son héroïne, Anne Elliot, est la fille cadette d'un baronnet uniquement préoccupé de lui-même, qui n'accorde d'intérêt qu'à sa fille aînée. Agée de vingt-neuf ans, Anne nous est présentée comme déjà un peu "défraîchie". Elle a autrefois aimé une jeune officier de marine sans fortune, sans famille et sans relations. Mais sur les conseils de sa marraine, seule personne de son entourage à lui témoigner un peu d'affection, elle a renoncé à une union jugée hasardeuse et rompu ses fiançailles, choisissant la raison aux sentiments. Huit ans plus tard, Frederick Wentworth, que sa carrière dans la marine a enrichi, revient au pays natal et son chemin croise à nouveau celui d'Anne Elliot. Les retrouvailles sont glaciales. Le jeune homme n'a jamais pardonné à son ancienne amoureuse de s'être laissée persuader de l'abandonner. C'est pour lui la marque d'une faiblesse de caractère. Mais un incident va survenir qui va lui montrer que suivre un conseil avisé peut être parfois judicieux.

 

Comme toujours chez Jane Austen, ce n'est pas tant la fin qui importe, que la manière d'y parvenir. Nous savons d'avance que tout finira par un mariage, mais il est passionnant d'assister à la victoire de l'un et la défaite de l'autre. Chez Jane Austen, l'amour se gagne après une série d'épreuves qui fait grandir. Anne Elliot n'est pas une héroïne flamboyante comme Austen les affectionne. Elle n'a ni la vivacité d'une Elizabeth Bennett (Orgueil et préjugés), ni la fougue d'une Marianne Dashwood (Raison et sentiments), ni l'imagination d'une Emma Woodhouse (Emma). Elle est discrète, gentille et modeste. Tellement modeste que personne ne semble lui prêter attention, sauf pour lui confier quelque corvée. Et pourtant elle nous touche par sa constance et sa générosité. On se dit qu'elle mérite bien cette seconde chance qui passe. Et cette petite personne presque terne va donner en toute simplicité une magnifique leçon à un homme fier qui a parcouru le monde et gagné des batailles. Cette idée est déjà fort plaisante. Mais en plus l'homme en question va se rendre dans une scène absolument sublime. Même à la enième lecture, j'en suis encore tout émue...

 

Et voici à quoi ressemble mon exemplaire d'avoir été lu et relu, prêté et reprêté (encore un argument pour le numérique ?) :

 

persuasion.jpg


Traduit de l'anglais par André Belamich.

10/18, 1996 (1e éd. 1817). - 254 p.


Commenter cet article

Theoma 12/03/2014 10:19


Exactement, en relisant Austen, je découvre toujours quelque chose de nouveau.

keisha 18/02/2014 08:13


C'est la mêem fin, que ton coeur se tranquillise! Mais pas les mêmes ingrédients pour y arriver (juste 20 pages)

Alice 15/02/2014 13:39


Mon préféré...

Papillon 17/02/2014 20:29



moi aussi !



Kathel 15/02/2014 07:54


Tiens, je l'ai à lire en numérique, justement... les pages resteront en ordre, au moins !

Papillon 17/02/2014 20:28



Ah oui, mes poches vieillissent bien mal ! C'est écrit tout petit et il a fallu que je le lise page à page, il fallait vraiment que ce soit jane austen, sinon je ne sais pas si j'aurais eu le
courage...



Hélène 14/02/2014 09:36


Je viens de le relire aussi, et j'ai éprouvé tout autant de plaisir que toi ! j'ai eu envie de relire tout Jane Austen par la suite !

Papillon 17/02/2014 20:26



Pareil pour moi ! Juste après j'ai relu Emma et Northanger Abbey, avec le même plaisir !



keisha 13/02/2014 08:29


Lu relu aussi, mais pas dans cet état. Mon exemplaire en VO propose aussi une fin alternative de l'auteur elle même, qui l'avait rejetée (mais qui n'est pas mal du tout)(d'autres auteurs s'en
seraient contenté) Quand je dis alternative, cela ne signifie pas que les tourtereaux partent chacun de leur côté (sortez les mouchoirs) mais que cela se dénoue autrement qu'avec le fameux
passage auquel tu fais allusion...Mon petit coeur romantique en redemande, de toute façon.

Papillon 17/02/2014 20:26



Une fin alternative ? tiens, je ne savais pas qu'il y en eut une... Mais j'aime tellement cette fin-ci que je préfère ne pas savoir !