Nos fantastiques années fric - Dominique Manotti

Publié le par Papillon


Voici un manotti-copie-1.jpgpolar qui nous ramène vingt-cinq ans en arrière, dans les clinquantes années quatre-vingt. 1985 : le premier septennat de Mitterrand s’achève péniblement, et le PS est au bord de perdre les élections de 1986. Quatre français sont otages au Liban depuis des mois, mais la clé de leur libération est à Téhéran. Pour inverser la tendance électorale, François Bornand, conseiller privé de Mitterrand et patron de la cellule antiterroriste de l’Elysée, décide de négocier avec les iraniens et de leur envoyer une cargaison d’armes, au mépris de l’embargo, et avec la promesse d’une grosse commission à la clé. Mais cette vente d’armes n’est pas du goût de tout le monde et l’avion qui les transporte explose en plein vol. Le lendemain, une call-girl de luxe est retrouvée assassinée sur un parking, une jeune fliquette débutante mais persévérante mène l’enquête.


Il y avait bien longtemps que je n’avais pas lu de polar politique, depuis que j’ai plus ou moins abandonné James Ellroy, en fait. Ce n’est pas le genre que je préfère. Il n’est pas question ici de savoir qui a fait quoi, mais de montrer les dessous d’un système. Et les dessous de la politique, c’est rarement plaisant. On a un peu l’impression de fouiller dans de vieilles poubelles et ça pue. Corruption à tous les étages, manipulations et mensonges en tous genres, sexe et drogues à gogo, sans oublier le cynisme :


«  Vous vous croyez à gauche, vous ? Regardez-vous. Il n’y a que votre montre-bracelet et votre chevalière en or qui soient à gauche chez vous. Et moi ? Qu’est-ce que ça veut dire ; à gauche pour moi, vous pouvez me le dire ? Moi, je suis au pouvoir, c’est tout. »


J’ai donc eu un peu de mal à entrer dans cette histoire complexe aux très nombreux personnages, mais j'aime beaucoup le style de Dominique Manotti : très efficace, bref, sans fioritures. Son roman est très rythmé, sans temps morts, et nous présente tour à tour le point de vue de la plupart des protagonistes, ce qui permet de voir que chacun dans cette histoire a quelque chose à perdre. L'auteur mêle assez finement d’un côté les hautes sphères de la politique, et de l’autre une jeune beurette devenue flic par hasard pour qui cette enquête est un défi. Au final, ce roman s'achève comme un vrai thriller, et ce n’est pas désagréable de voir un de ces puissants (très pourri, quand même...) tomber de son piédestal, à cause d’un grain de sable. Ce roman achève de me convaincre que la cupidité humaine est bien le pire des maux sur terre.

 

L'avis de : Choco


Rivages, 2001. – 187 p.

Publié dans Polars & Co

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Nymphette 10/05/2010 16:19



Mais y croit-on vraiment au puissantqui tombe? N'a t-il pas été choisi par ses comparses, parce que plus visible que les autres? En tous cas, ce que tu décris (fange et puanteur) me donne envie
de m'y plonger, maso, moi? Je ne sais pas, mais si il me passe sous le nez à la bibli, hum, je me laisserai tenter!



Emeraude 09/05/2010 17:35



Je ne l'ai pas lu mais j'ai vu le film adapté au ciné il y a quelques mois : un très bon polar. Par contre, de Manotti j'ai lu son dernier "bien connu dans les services de police" et si tu aimes
son sytle, avec celui là tu seras servie ! J'ai vraiment beaucoup aimé, il faudrait que j'en lise d'autres !



Choupynette 06/05/2010 11:28



comme tu le dis: on a l'impression de faire les poubelles et ça pue. J'ai vu hier Green zone au ciné sur la guerre en Irak, et c'est un peu l'impressioin que j'ai eue aussi.



Marc Lefrançois 04/05/2010 10:14



Il y aurait aussi beaucoup à dire sur le monde littéraire!



Papillon 04/05/2010 20:21



Je préfère ne pas savoir !



Sofaheld 03/05/2010 09:38






Merci pour cette information!





Jean-Marc 01/05/2010 10:23



Pour ceux et celles qui veulent découvrir Dominique Manotti, je conseillerais :


Sombre sentier, son premier, très dense, et excellent qui se situe dans le milieu des ateliers de confectino du ... Sentier.


Lorraine Connection, très politique comme celui-ci, mais plus explicite dans la description des conséquences sur le "pauvre peuple" des magouilles qui se jouent à très haut niveau.


Et dans un style un peu différent, au raz du bitume, le dernier, Bien connu des services de police.



Papillon 04/05/2010 20:19


Merci pour ces précisions !


choco 27/04/2010 22:51



Non non pardon ! ça ne m'ennuie pas ! C'est juste que j'ai vu mieux comme avis ! Mais merci de l'apprécier malgré tout !



choco 27/04/2010 17:30



c'est sympa de mettre en lien mon avis absolumment pas constructif de jeune blogueuse de l'époque ! Je devrais penser à les retirer, j'ai un peu honte tout de même...



Papillon 27/04/2010 20:41



C'est un commentaire bref, mais juste et qui dit bien ton ressenti, mais si ça t'ennuie je peux supprimer le lien...



Marc Lefrançois 27/04/2010 13:42



Je ne peux qu'être d'accord avec la citation du jour!



Papillon 27/04/2010 20:39



Une citation très juste, hélas !



kathel 27/04/2010 12:09



J'ai vu le film qui en a été tiré... je recherche le titre, voilà : Une affaire d'état et c'était en novembre dernier http://lettres-expres.over-blog.com/article-une-affaire-d-etat--39911745.html


Il m'a donné envie de lire cet auteur.



Papillon 27/04/2010 20:38



je ne suis pas sûre que ce soit son meilleur roman, mais c'est une plume à suivre.