Mitsuba - Aki Shimazaki

Publié le par Papillon

 

shimazaki2.jpg

 

 

Dans le Japon des années 80, Takashi Aoki est très fier de la compagnie pour laquelle il travaille comme commercial, une société qui, à l'image du pays tout entier, est en pleine expansion et ouvre chaque année de nouvelles succursales à l'étranger. Takashi revient justement de Singapour où il était chargé de réaliser une étude de marché. Son patron le félicite et lui promet une mutation à Paris. Pour occuper ce futur poste il serait bon que le jeune homme se marie, mais il a toujours refusé le traditionnel miaï, le mariage arrangé. Il n'en a d'ailleurs pas besoin, puisqu'il vient de rencontrer une jeune fille qui lui plaît beaucoup. Yûko fréquente le même cours de français que lui et travaille dans la même société comme hôtesse d'accueil. Il décide de lui faire très vite sa déclaration. Mais Yûko, qui est très jolie, plaît à beaucoup d'autres hommes, et les deux jeunes gens vont découvrir que les intérêts de la société priment sur ceux des salariés.

 

Ce roman est glaçant en ce sens que, l'air de rien, avec une plume toute en simplicité, sans grands effets, Shimazaki nous raconte une histoire tragique qui semble sortir tout droit du Moyen-Age. Elle nous montre comment dans le Japon moderne un salarié ne vaut pas mieux qu'un esclave puisqu'il appartient corps et âme à la société qui l'emploie, jusqu'à la mort parfois. En quelques mois, Takashi comprend comment cette compagnie dont il était si fier abuse de ses emplioyés pour son intérête propre. Avec lui nous découvrons les traditions perverses de la vie professionnelle au Japon, qui donne l'impression que le salarié est un samouraï des temps modernes, qui doit être prêt à se sacrifier pour la réussite de l'entreprise.


Un roman qui montre un aspect déplaisant du Japon mais qui est aussi une belle histoire d'amour.

 

 

Leméac / Actes Sud, 2006. 156 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Très bonne critique.


Comme les autres commentateurs, j'ai beaucoup aimé son style dans ses autres livres (surtout la série qui raconte la vie tragique d'un famille du point de vue de différentes personnes)
Répondre
P


Celui-ci est très différent mais aussi bon !



L

Je viens de l'acheter en poche, j'ai hâte de me replonger dans cette écriture quz j'avais tant aimée !
Répondre
P


Je crois que tu ne seras pas déçue.



G

ton post me remet en mémoire cette lecture que j'avais beaucoup apprécié
Répondre
P


Je suis tombée dessus par hasard chez ma libraire et je n'ai pas résisté tant j'avais aimé sa série "Le poids des secrets"



T

Très belle couverture pour ce roman nettement moins drôle, semble-t-il, que "Stupeur et tremblements" qui dénonçait déjà ce malaise japonais.
Répondre
P


Les couvertures des romans de Shimazaki sont toujours superbes et l'atmosphère de ce roman très différente en effet de ce que l'on trouve chez Nothomb.



M

Comme toujours cette auteure par son écriture nous fait rêver, même si le propos est un cauchemar
Répondre
P


C'est fou ce talent qu'elle a de nous raconter des trucs horribles avec autant de délicatesse !



A

J'ai tellement aimé sa première série, que j'espère bien découvrir celui-ci.
Répondre
P


J'y ai retrouvé le même charme.