Melancholia - Lars von Trier

Publié le par Papillon

 

Melancholia.jpgJustine se marie. Pour l'occasion, sa soeur Claire organise une réception dans son luxueux manoir campagnard. La soirée est aussi fastueuse que traditionnelle ; n'y manquent ni les couverts en argent, ni les règlements de compte familiaux. Mais sous les sourires de circonstance, la belle Justine, talentueuse et admirée, est profondément dépressive. Elle ne va pas réussir à faire semblant bien longtemps et le mariage va tourner au fiasco, sous les yeux navrés et agacés de Claire, qui ne comprend pas pourquoi sa soeur ne parvient pas à être heureuse, comme elle : "Si j'y arrive, pourquoi pas toi ?"

 

Et pendant ce temps-là, la fin du monde approche, sous la forme d'une planète, Melancholia, qui fonce à grande vitesse vers la terre. Parviendra-t-elle à l'éviter ? Le mari de Claire, qui se pique d'astronomie, se prépare à passer la soirée de sa vie. Mais les deux soeurs vont avoir un comportement diamétralement opposé face à cet évènement. Plus la date fatidique approche, plus Claire est terrifiée, plus Justine est sereine et apaisée.

 

Sur le plan esthétique, ce film est absolument sublime. Il s'ouvre sur un prologue en forme de puzzle symboliste, qui en résume le contenu, porté par la musique tout aussi sublime de Richard Wagner. Ensuite, avec la scène du mariage, aussi grandiloquent que ritualisé, Lars von Trier, dénonce la comédie sociale, comédie à laquelle Justine est bien incapable de participer (il faut dire qu'elle a une mère qui a arrêté de faire semblant depuis bien longtemps). Puis, on va voir les rapports entre les deux soeurs subtilement s'inverser. Quand Justine est terrassée par sa propre Melancholia, interne et personnelle, Claire la prend par le bras pour la maintenir debout. Mais quand la planète Melancholia menace de détruire la terre et tout ce que Claire possède, c'est Justine qui, pour une fois, va lui tendre la main.

 

Qu'est-ce le bonheur, au fond ? La capacité à apprécier les choses futiles : une promenade à cheval, un sourire d'enfant, un panier de mûres. Mais le bonheur ne nous prépare pas à lutter contre l'adversité.

 

Un film magistral, dont la scène finale est à couper le souffle.


Film danois (2011) de Lars von Trier,

avec Charlotte Gainsbourg, Kirsten Dunst, John Hurt.

Genre : drame ; durée : 2h10.


Publié dans Cinéma

Commenter cet article

EQuinOX 09/11/2011 08:35



Je partage votre avis sur ce film. Je me permets de laisser un petit commentaire car j'admire vos jugements très personnels sur les deux ou trois articles que j'ai pu lire. Longue ie à votre
Journal !



nath 17/08/2011 18:02



Voilà un billet qui donne bien envie d'aller le voir, avais déjà repéré l'affiche, et suis désormais encore plus enthousiaste ;-)



Papillon 17/08/2011 20:22



Je conseille ce film sans réserve (je n'arrête pas d'y penser depuis que je l'ai vu, c'est dire !)



Joelaindien 15/08/2011 19:15



Hello !
bel article et blog super intéressant !
bonne soirée



Papillon 15/08/2011 22:07



Merci à vous !



pyrausta 14/08/2011 12:04



tout comme dans la litterature scandinave je ne parviens pas à entrer dans l'univers de ce realisateur.Les images de la bande annonce montre un esthetisme qui loin de me plaire me derange. A
reflechir.



Papillon 14/08/2011 20:16



L'esthétique est quelque chose de très personnel qui ne se discute pas. Mais dans ce film, il y a aussi une belle histoire de deux soeurs très différentes. leure relation est très belle.



Midola 14/08/2011 10:50



J'aime beaucoup les films de Lars Von Trier. J'avais repéré celui-ci et ton avis me donne encore un peu plus envie de le voir !



Papillon 14/08/2011 20:14



Vas-y les yeux fermés ! (si j'ose dire : il vaut quand même mieux les ouvrir pour déguster ce magnifique film !)



Thomas Grascoeur 13/08/2011 17:44



Oui mais en sachant qu'il ne peut durer...



Papillon 13/08/2011 18:02



Et c'est une vision que je trouve assez juste : soit on se contente de ces bribes et l'on est heureux comme Claire, soit on tombe dans le néant comme Justine.



Thomas Grascoeur 13/08/2011 16:55



Oui, bonheur qu'on ne parvient d'ailleurs pas même à goûter, au final...



Papillon 13/08/2011 17:40



Il y a quelques scènes, avec les 2 soeurs, où l'on goûte ce bonhuer tranquille, quand même...



In Cold Blog 13/08/2011 16:15



Lorraine, de ChezLo, vient justement de publier un billet sur ce film. Elle
s'y montre aussi enthousiaste que toi. Malgré cela et le casting alléchant, le simple nom de von Triers m'effraie toujours. A tel point que le DVD de Dogville acheté il y a maintenant plusieurs
années est toujours sous cellophane ! Call me stupid.



Papillon 13/08/2011 17:39



Je reconnais que Lars von Trier a fait des trucs zarbis parfois (Dogville, par ex, je n'essaierais même pas !), mais ce n'est pas le cas ici. C'est une très beau film, de facture assez classique
(à part le prologue)



emeraude 13/08/2011 09:53



c'est le 2è avis positif que je lis ! Je pense donc aller voir rapidement ce film qui m'attirait déjà rien que par son affiche !



Papillon 13/08/2011 13:29



C'est l'histoire des deux soeurs qui m'avait tentée et j'y suis allé avant de lire trop de critiques et j'ai bien fait : un super film !