Love Song - Philippe Djian

Publié le par Papillon

djian.jpg

Dans son dernier roman, Philippe Djian, qui écrit des chansons depuis des années pour Stéphane Eicher, se met dans la peau d'un  musicien célèbre.

A cinquante-trois ans, Daniel est au sommet de sa carrière : des millions de disques vendus, des milliers de fans à chaque concert, et des paparazzi partout sur sa route. Mais huit mois plus tôt, il a failli être brisé par le départ de sa femme avec l'un de ses musiciens. Il s'en remet à peine et commence à travailler à son nouvel album tout en subissant la pression de son producteur qui exige qu'il écrive des chansons moins mélancoliques, plus commerciales. Et voilà que Rachel rentre à la maison, enceinte d'un autre homme...

Dès les premières lignes de cette histoire, on est ennivré par la petite musique de Djian : son ironie feutrée,  ses dialogues ciselés, ses drolatiques ellipses temporelles. Son personnage de musisien a tout pour nous séduire : l'élégance du désespoir, la dépendance totale à sa femme, le génie musical et la modestie du vrai talent. Mais cette histoire, où Djian règle son compte à l'industrie musicale qui s'est vendue aux financiers, ne tient pas debout, même si elle réserve un ou deux scènes hilarantes (dans le domaine de la mise en scène, Djian n'a peur de rien, et surtout pas du ridicule). Les personnages secondaires sont inexistants, surtout la belle Rachel, dont on ne sait pas au juste si c'est une vraie garce ou une fausse ingénue.

Et ce livre m'a fait le même effet que celui de Véronique Ovaldé : plaisant  à lire, mais totalement insipide.

Gallimard, 2013. - 236 p.

Commenter cet article

krol 29/11/2013 18:15


Moi j'ai bien accroché, comme d'habitude !

Papillon 01/12/2013 10:54



Tant mieux !



cuné 28/11/2013 06:56


Raaaaa, mais pourquoi nous font-ils ça, nos chouchoux ? :)


Est-ce que tu as lu Doggy bag, maintenant, au fait ?

Papillon 01/12/2013 10:53



Bon disons que cela doit être dur de se renouveler sans cesse sans perdre en émotion ? (ce qui est plus pardonnable pour Djian que pour Ovaldé...)


Mais ça reste tout à fait lisible, Djian a une voix, rien à dire là-dessus... Et toujours pas lu Doggy bag, mais tu as raison de m'en reparler, ça m'était un peu sorti de la tête :-)



kathel 25/11/2013 18:03


Comme Cathulu, je ne pensais pas l'acheter de toute façon, la bibliothèque, ce sera très bien "pour voir"...

Papillon 25/11/2013 19:47



J'espère toujours retomber sur un bon Djian à l'ancienne, mais non... Mais cela reste tout à fait lisible.



chinouk 25/11/2013 08:50


il me tentait, masi bon... Du coup ej crois que je vais passer mon tour sur celui-là.

Papillon 25/11/2013 19:45



Cela dit, ça se lit bien, mais ça s'oublie aussi vite.



cathulu 25/11/2013 06:42


tentée quand même, mais j'attendrai qu'il soit à la médiathèque

Papillon 25/11/2013 19:45



C'est d'ailleurs parce que je l'ai trouvé à la biblio que j'ai lu...