Les reflets d'argent - Susan Fletcher

Publié le par Papillon

 

" J'ai aimé les histoires toute ma vie. Au début, je les ai choisies parce que je les préférais - elles valaient mieux, bien mieux, que la réalité. Je n'avais pas de famille et j'emplissais ce retentissant vide intérieur d'une succession de contes étranges. Je me servais de mon imagination pour faire comme si j'avais des amis."

 

fletcher2.jpg

 

C'est une petite île, battue par les vents et protégée par un phare bienveillant, si petite que tous se connaissent, sont presque cousins. Si bien que lorque l'un d'entre eux disparaît, tous sont blessés. C'est ce que raconte cette histoire : l'absence, la douleur de la perte, le deuil impossible à faire. Mais sur cette île, on aime beaucoup les histoires, les mythes et légendes, les contes qui rassurent, les fables qui embellissent la vie. Comme celle de l'Homme-Poisson, créature hybride qui abnadonne parfois ses nageoires pour faire un petit tour sur la terre ferme, apportant toujours "espoir et enchantement". Aussi quand Sam Lovegrove découvre sur la plage un homme échoué, les habitants de Parla ne sont pas loin de penser que l'Homme-Poisson est de retour. Cet homme, grand et barbu, est amnésique. Nul ne sait d'où il vient, mais on l'apprivoise avec espoir, curiosité ou méfiance, selon les cas. Il ne restera pas longtemps sur l'île de Parla, mais en quelques semaines bien des choses auront changé.

 

Susan Fletcher écrit des histoires à la manière d'un peintre, avec une infinité de légers coups de pinceau très délicats, et une attention extrême portée aux détails les plus infimes. De sa plume impressionniste, elle dessine un paysage, suggère des odeurs, des sons et des couleurs. Et peu à peu le lecteur devient un habitant de l'île de Parla, découvrant l'histoire de la famille Bundy, riche en secrets, en drames et en non-dits, une famille qui pleure depuis quatre ans le meilleur de ses fils. Tristesse de la veuve, colère de la mère, culpabilité du grand frère, désespoir de la nièce : l'auteur décortique avec justesse et bienveillance tous ces sentiments qui agitent ceux qui restent. Et l'étranger que la mer a apporté et qui semble sortir d'un conte, va cristalliser tout ça et les aider à tourner la page.

 

L'histoire peut paraître improbable, mais elle est si joliment racontée, si pleine de sensiblité, de vagues, de cris de mouette et d'amour, que l'on s'en voudrait de gâcher son plaisir.

 

"Qui peut expliquer cette histoire ? Ou toute autre histoire humaine ? C'est un monde extraordinaire - plein d'amour, de chagrin, de coïncidences - et nous ne le comprendrons jamais. Nous ne devrions jamais essayer. Nous devrions nous contenter de lui être reconnaissant. Oui, nous ferions mieux d'aimer, de respirer, de dire tout ira bien et d'y croire. Et nous ferions mieux de partager nos meilleures histoires, aussi souvent que possible."


 

Traduit de l'anglais par Stéphane Roques.

Plon, 2013. - 450 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K

Il semble tres très beau, celui-là... je n'ai aucun problème avec l'improbabilité!
Répondre
C

C'est vrai, les histoires vraiment belles peuvent se passer d'être crédibles... Note tentante !
Répondre
D

je l'ai noté car ton avis est bon et puis j'avais bien aimé un des romans précédents
Répondre
P


Mon préféré reste "Un bûcher sous la neige", mais j'aime tout ce qu'elle fait, elle a un univers vraiment très presonnel et ne refait jamais le même livre.



T

comme Clara, immense coup de coeur :)
Répondre
P


Très bon roman, très belle plume !



C

Un gros coup de coeur pour moi ! 
Répondre
P


M'étonne pas



C

Jolies citations en plus ! :)
Répondre
P


C'est un roman qui exalte vraiment la magie des histoires.