Les filles de l’ouragan – Joyce Maynard

Publié le par Papillon

 

maynard

 

Quel est le point commun de Ruth Planck et Dana Dickerson ? Elles ne sont pas amies, ni camarades de classe, et se connaissent à peine. Mais elles sont nées le même jour dans la même clinique, ce qui en fait des « sœurs d’anniversaire », comme le dit Connie, la maman de Ruth, qui semble avoir fait une fixation là-dessus à tel point qu’elle va s’efforcer de maintenir un lien entre les deux gamines. Pendant quinze ans, les deux familles se rencontrent donc une ou deux fois par an. Pourtant on peut difficilement imaginer deux familles plus différentes que les Planck et les Dickerson. Les Planck sont fermiers, cultivent la même ferme depuis des générations, et vivent au rythme des saisons et des récoltes. La famille Dickerson est plus bohême, la mère est artiste et le père toujours à l’affut de la super idée qui va le rendre riche, mais ne marche jamais. La famille déménage tout le temps et peine à boucler ses fins de mois.

 

Le roman repose sur la double narration de Ruth et Dana, qui tour à tour nous raconte leur enfance et leur adolescence. Très vite, il apparaît que chacune d’elle est un vilain petit canard dans sa famille. Ruth, peu aimée par sa mère, ne ressemble pas à ses quatre sœurs. Cette fille de fermiers ne pense qu’à dessiner et a une âme d’artiste. Dana non plus ne ressemble pas à ses parents et n’aime que la science et la nature. Le lecteur pressent donc assez vite le secret de ces deux familles, dont les vies paraissent d’autant plus ternes que l’écriture de l’auteur est particulièrement plate. Pourtant j’ai continué ma lecture parce que je tenais à vérifier que mon hypothèse était exacte. Et au bout d’un moment, l’émotion a fini par surgir, parce qu’il y aura des drames dans cette famille, certains liés au passage du temps (maladie, vieillesse), d’autres, plus poignants, à la situation particulière de ces deux familles.

 

Un roman qui se lit sans passion et sans ennui, mais ne me laissera pas un souvenir impérissable, d’autant que le personnage le plus intéressant du roman, Ray Dickerson, le frère de Dana dont Ruth est amoureuse, n’est qu’une silhouette et que la clé de l’énigme, quand elle nous est finalement révélée, paraît un rien tiré par les cheveux.

 

 

C’est Sylire qui m’a donné envie.

 

 

Traduit de l’américain par Simone Arous.  

Editions Philippe Rey, 2012. – 330 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sous les galets 03/11/2014 17:11


Je passe, et pourtant le titre est vraiment tentant...mais je vois quand même le truc venir de loin. 

Papillon 04/11/2014 20:17



Oui, c'est trop cousu de fil blanc, cette histoire, et en plus le style est plat !



Valérie 30/10/2014 21:12


c'est une auteure qui m'a plusieurs fois déçue mais j'ai vraiment aimé ce titre. 

Papillon 01/11/2014 13:52



J'entends dire beaucoup de bien de son sernier roman et je retenterai peut-être l'avanture...



Céline 28/10/2014 11:40


Je lui ai préféré "Long week-end" mais j'ai tout de même plus aimé que toi. L'intrigue n'est pas el plus intéressant dans ce roman je trouve (on devine vite le pourquoi du comment), mais j'ai
trouvé les personnages très touchants. Joyce Maynard a une façon d'écrire qui ne m'ennuie jamais, je me sens bien dans ses livres :-)

Papillon 29/10/2014 18:48



On ne s'ennuie pas mais ce n'est pas exaltant non plus, c'est une plume qui se lit bien parce qu'elle est assez lisse.



jerome 28/10/2014 09:20


Depuis le temps que je dois découvrir cette auteure. Peut-être pas avec ce titre celà dit...

Papillon 29/10/2014 18:47



Non, celui-ci ne me paraît pas vraiment indispensable 



Brize 27/10/2014 20:36


De l'auteur, je n'ai lu que "Long week-end", que je te recommande car je pense qu'il te plairait (mais évite de lire des billets à son sujet, pour ne pas trop en savoir). "Les filles de
l'ouragan" me paraît un peu trop cousu de fil blanc : il suffit qu'on nous le présente pour qu'on se doute du truc ! Du coup, ça perd pas mal de son intérêt et comme ça n'a pas l'air d'en
récupérer par ailleurs ...

Papillon 29/10/2014 18:46



J'avais déjà noté "Long week-end" mais il n'était pas dispo à la biblio. A voir, à l'occasion...



sylire 27/10/2014 20:21


J'aurais préféré que tu aimes . Tu pourras essayer, à l'occasion un autre titre de l'auteure, peut-être ? Son
autobiographie, par exemple "Et devant moi le monde".

Papillon 29/10/2014 18:45



Ce n'est pas très gravae, Sylire , je testerai un autre de ses livres à la biblio à l'occasion (et tout le monde ne
peut pas aimer les mêmes choses !)



Kathel 27/10/2014 18:46


Ben, moi, j'ai bien aimé... mais les avis sont très partagés sur Joyce Maynard, beaucoup plus que sur d'autres auteurs, de manière assez étrange.

Papillon 27/10/2014 19:05



Je n'avais lu que des trucs plutôt positifs, d'où ma déception...



Aifelle 27/10/2014 10:27


C'est drôle tous les avis différents sur Joyce Maynard ; du coup, je ne sais pas par lequel je commencerai quand je m'y mettrai.

Papillon 27/10/2014 19:04



Je commence à me demander si je ne suis pas en train de me lasser de la littérature américaine. Peut-être ne faut-il pas trop te fier à mon avis, sur ce coup-là !



Hélène 27/10/2014 08:53


Je ne pense pas que ce roman me marquera non plus...

Papillon 27/10/2014 19:02



J'ai été d'autant plus déçue que j'avais entendu tellement de bien de cette auteure... Je trouve sa réputation un peu surfaite