Les enfants de Dynmouth – William Trevor

Publié le par Papillon

 

« Son cerveau ressemblait à une poubelle, débordant de toutes sortes d’ordures que sa bouche finissait par vomir. »

 

trevor.jpg

 

Dynmouth est une petite ville balnéaire d’Angleterre, avec ses églises, son parc, son pasteur et sa fête annuelle. Timothy Gedge est un adolescent de quinze ans négligé par sa famille et qui s’ennuie. C’est un gamin curieux et fouineur qui met son nez partout. Il aime suivre les gens, épier par les fenêtres ou regarder par-dessus les haies. Alors, bien sûr, il découvre la vie souterraine de la ville : liaisons adultères, désirs inavoués, petites lâchetés ou grands désespoirs. Il est à la fois affable et menteur, voleur et manipulateur, excentrique et volubile. Or il conçoit un grand projet : présenter un sketch comique au concours des « Nouveaux talents » de la kermesse. Il a besoin d’aide pour atteindre son objectif et se révèle prêt à tout pour l’obtenir : il va commencer à distiller tous les secrets qu’il a découverts (ou inventés ?) Avec une persévérance qui tourne à l’obsession, il harcèle les victimes qu’il s’est choisi et commence à créer autour de lui une atmosphère de malaise et d’angoisse.

 

Il y a quelque chose de tout à fait pymesque dans cette histoire : une petite ville avec ses secrets, ses rumeurs et ses ragots. Sauf que chez William Trevor on n’est pas du tout dans le registre de la satire et du comique. Peu à peu, il installe une ambiance délétère en nous montrant les dessous d’une ville bien tranquille, à travers le regard d’un gamin qui est d’autant plus inquiétant qu’il est froid comme un poisson mort. Aucun autre sentiment que la soif de réussite n’anime Timothy Gedge. Chantage, menaces, intimidation, il ose tout et avec le sourire, comme une véritable petite tête à claques qu’il est. Et le lecteur se demande avec angoisse qui saura l’arrêter dans son projet de destruction.

 

C’est formidablement bien mené et bien construit, dans un subtil et inquiétant crescendo, qui nous fait basculer du banal dans le cruel, et nous mène à une fin surprenante et étonnamment humaine.

 


Traduit de l’anglais (Irlande) par Marie-Odile Fortier-Masek.

Phébus, 2014 (1e éd. 1976). – 238 p. 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kathel 02/08/2014 09:10


De William Trevor, j'ai lu Lucy, une histoire qui se passe dans les années 20, et j'ai trouvé que cet auteur avait beaucoup de talent. Je note celui-ci !

Papillon 03/08/2014 20:34



J'en lirai d'autres de lui, c'est sûr, j'ai aimé comment il fait basculer ce livre vers autre chose, et enore autre chose.



Mélopée 01/08/2014 14:19


Tiens, c'est marrant, je l'ai fini y a deux jours ce livre ! Et je suis tout à fait d'accord avec ton avis. Il faut maintenant que je m'attelle à un propre avis.

Papillon 01/08/2014 18:40



Je vais guetter ton billet !



Aifelle 01/08/2014 12:54


Très tentante cette histoire, surtout avec ce que tu dis de la fin.

Papillon 01/08/2014 18:39



C'est la première fois que je lisais Trevor mais j'ai vriament aimé !