Le secret de Jasper Jones - Craig Silvey

Publié le par Papillon

 

Rentrée littéraire 2010
 

 

Corrigan, petite ville minière d’Australie, dans les années soixante. Par une chaude nuit silvey.jpgd’été, deux adolescents découvrent le corps d’une camarade de classe pendu à un eucalyptus. Son visage tuméfié laisse supposer qu’il s’agit davantage d’un meurtre que d’un suicide. L’un de ces deux ados, Jasper Jones, est le mauvais garçon du village. Fils d’une aborigène et d’un alcoolique, il est chapardeur et insolent, on lui attribue toutes les bêtises et on interdit aux garçons de le fréquenter. De peur d’être accusé du meurtre, il décide de dissimuler le corps. Avec l’aide de son copain Charlie, il le jette dans un étang voisin, se promettant de découvrir le vraie coupable.

 

Voici une histoire qui commençait très bien avec la promesse de l’élucidation d’un crime par deux adolescents en vacances. Malheureusement le soufflé retombe très vite. Jasper Jones a déjà une conviction fermement établie sur le coupable. Et l’on constate que lui qui craint tellement d’être victime de préjugés, en est bourré. Quant à Charlie, gamin timide et peu courageux, il est rongé par la culpabilité et la trouille que la police découvre son geste. Il passe son temps à nous répéter qu’il a « un poids sur l’estomac » et que « ses jambes vont le lâcher », et trompe l’ennuie des vacances en jouant au cricket avec son ami Jeffrey, dévorant la bibliothèque de son père et essayant de séduire Eliza. Bref, il ne se passe pas grand-chose jusqu’à ce que « celui-qui-sait-tout-parce-qu’-il-a-tout-vu » ne fasse des révélations dans un épilogue assez peu crédible.

 

Entretemps, l’auteur, qui multiplie les allusions et les références à Mark Twain, Truman Capote et Harper Lee, nous aura dévoilé tous les secrets plus ou moins avouables d’une petite ville de province : adultère, inceste, racisme et jalousie, sans jamais réussir à captiver son lecteur.

 

 

Traduit de l’anglais (Australie) par Marie Boudewyn.
Calmann-Lévy, 2010. – 379 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S


aurait dû être classé.



Répondre
S


Bon, je vais aller lire le billet d'Antigone, mais apparemment mon avis se situe entre les deux. Je te trouve dure tout de même... Moi, j'ai passé un bon moment bien que
je sois d'accord avec certains des défauts que tu cites. L'auteur est tout jeune, ce qui explique un peu les choses. Par ailleurs, j'ai l'impression que la traduction laisse à désirer à
certains moments. Mais je ne me suis pas ennuyée (sauf pendant les matchs de critquet). "Finnigan et moi" est un cran au dessus, pas de doute. Je pense "le secret de Jasper Jones" aurait
peut-être dû est classé en romans ados.


 



Répondre
P


Tu as raison : en roman ados, j'aurais moins été agacée par tous ces défauts. Mais là j'avais sans cesse en tête les référence qu'il évoque lui-même sans arrêt : Harper Lee, Mark Twain et je
trouve qu'il a voulu les imiter sans du tout y arriver...



R


Ah ben zut alors, je viens juste de lire un avis très positif dessus... Mais que faire ???



Répondre
P


Te faire ta propre idée ?



S


Mince, le résumé semblait prometteur !



Répondre
P


Je n'ai pas du tout accroché mais Antigone a beaucoup aimé...



T


Je note donc de ne pas le noter.



Répondre
P






R


Bonjour,


Je viens de découvrir ton blogue et il est fort intéressant ! Je me suis inscrit à ton info-lettre.


Je t'invite à venir découvrir mon blogue ... Peut-être, y feras-tu des découvertes !


Aux plaisirs de la lecture !



Répondre
P


Bonjour richard et bienvenue par ici. J'irai jeter un oeil chez toi.



A


Je ne me suis pas ennuyée une seconde mais mes attentes ont sans doute été comblée par l'ambiance !



Répondre
P


En fait, je m'attendais à un vrai polar, une enigme, des indices, des filatures et tout ça, ce qui explique que j'ai trouvé qu'il ne se passait pas grand chose.



M


Twain, Capote, Harper Lee, ses références sont pourtant bonnes mais si on s'ennuie en lisant ce roman, je n'ai pas envie de le lire!



Répondre
P


On sent qu'il a clairement eu envie de réécrire Huckleberry Finn ou Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, mais c'est complètement raté, à mon avis...



C


Comme je l'écrivais chez Antigone, ça m'évoque un peu trop "Finnigan et moi" et si en plus ton billet n'est aps enthousiaste ma LAL respire!:)


http://antigonehc.canalblog.com/archives/2010/08/16/18764756.html



Répondre
P


Je n'ai (toujours pas) lu Finnigan et  moi donc je ne peux pas comparer, mais je suis ravie pour ta LAL !



C


Je vais attendre d'autres avis ...



Répondre
P


ça me paraît très sage !