Le roman du mariage - Jeffrey Eugenides

Publié le par Papillon

 

« Elle attendait d’un livre qu’il l’emmène dans des endroits où elle n’était pas capable d’aller toute seule. Elle considérait qu’un auteur devait se donner plus de mal pour écrire un livre qu’elle-même pour le lire. »

 

eugenides

 

Le propos annoncé de ce livre est de réinventer le roman du mariage qui a fait les beaux jours de la littérature classique anglaise des XVIIIe et XIXe siècles. Pour ce faire, Jeffrey Eugenides utilise un très classique trio d'amoureux, dans le cadre très fermé d'une université américaine.

 

Mitchell, très sérieux étudiant en théologie originaire du Midwest, tombe amoureux dès la première année de la jolie et très WASP Madeleine, passionnée de littérature victorienne. Mais Madeleine ne trouve aucun charme au terne et timide Mitchell qu'elle n'en finit plus de repousser. Après quelques piteuses tentatives amoureuses, elle tombe en amour pour le brillantissime et très charismatique Leonard qui étudie la biologie.

 

C'est dans un cours de sémiotique que Madeleine et Leonard se rencontrent, deux innocents dans un débat de spécialistes, qui a pour objet de déconstruire tout ce que le passé a construit, à l'aide de vigoureux marteaux nommés Derrida, Deleuze et Baudrillard. Et c'est une Madeleine fascinée par les Fragments d'un discours amoureux de Barthes, qui se prend de passion pour Leonard, avant de découvrir que le jeune homme doit affronter une autre sorte de déconstruction, bien plus tragique. Et pendant que Madeleine s'applique à reconstruire son couple et son avenir, Mitchell fuit en Inde à la recherche d'une hypothétique illumination spirituelle.

 

De nos jours, ni les différences sociales ni l'opposition des parents ne sont plus un obstacle au mariage. Le chemin n'en est pas plus facile pour autant : d'autres obstacles surgissent. Perdus dans le labyrinthe des sentiments et du désir, nos trois héros vont découvrir que l'amour n'est pas l'unique sens de la vie, que Dieu est sourd, et que la vraie vie est ailleurs. Jeffrey Eugenides explore l'infinie métamorphose du sentiment amoureux dans une prose spirituelle et limpide, bourrée de références littéraires, et qui dévoile avec la même aisance la recherche sur les levures ou la mystique de Sainte Thérèse d'Avila.

 

Un roman brillant et magnétique, qui revisite à la fois le roman d'amour et la French Theory, et démontre que l'amour est une soupe amère de fantasmes littéraires, de sciences naturelles et de mysticisme béat.


 

Traduit de l'américain par Olivier Deparis.

Editions de l'Olivier, 2013. - 552 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fjmollot 22/02/2013 00:04


à Lou Sorel;


oui, j'aimerias bien lire ton roman, si tu veux me le faire parvenir en .pdf:


fjmollot@yahoo.ca


D'autre part, je suis en train de lire Le roman du mariage (245 pages lues) et j'aime beaucoup ce que je lis.


 


mercio!

Lou Sorel 17/02/2013 22:05


Bonjour,


 


Voilà un billet qui me donne envie de lire ce roman aperçu en librairie. Mais je viens vers vous pour une autre raison : blogueuse depuis plus de sept ans sous
pseudonyme, je me lance à présent dans la publication de mes romans. Après une course infructueuse auprès des éditeurs, je me dirige vers l'autoédition, d'où ce mail.


 


En avant-première de la publication de mon roman prévue le 13 mars 2013, je vous propose l'envoi gratuit de "Heurter la solitude"
sous son format pdf ou livre.


 


Mon roman en quelques mots :


 


Deux voix s’expriment au moyen d’un journal, celles de deux personnages qui s’engagent dans la vie adulte, avec une appréhension telle qu’ils la retournent avec
violence contre eux-mêmes. La jeune femme sera moi, le jeune homme sera toi. L’un pourrait être un personnage fictif, l’autre réel. Mais où s’arrête la réalité ? Et où commence la
fiction ?


 


En espérant avoir attisé votre curiosité,


Bien à vous,


Lou Sorel.

Tania 17/02/2013 19:08


Je ne lis que des critiques positives de ce livre, voilà qui confirme - c'est noté.

Manu 03/02/2013 11:26


J'ai adoré Middlesex et Virgin Suicide. Donc, ton avis conforte mon envie de lire ce roman.

In Cold Blog 30/01/2013 13:56


"l'amour est une soupe amère de fantasmes littéraires, de sciences naturelles et de mysticisme béat"... avec une
petite dose de masochisme


Après le génialissime Middlesex, je ne peux qu'avoir envie de lire la dernière fournée
d'Eugenides.

Papillon 31/01/2013 21:24



Tu as raison : j'ai oublié le masochisme qui n'est pourtant pas absent du romen. Maintenant il faut donc absolument
que je lise Middlesex (le thème me faisait un peu peur...)



kathel 30/01/2013 11:24


J'aime bien ta dernière phrase ! Ayant adoré Middlesex, ce roman me faisait forcément de l'oeil. Tu confirmes, tant mieux ! 

Papillon 31/01/2013 21:23



Je n'ai pas encore lu Middlesex, shame on me !



keisha 30/01/2013 11:14


Evidemment il me fait envie, celui ci, mais patience...J'aime la citation de trollope aussi!

Papillon 31/01/2013 21:22



C'est un roman avec plein de littérature anglaise inside !



S. 30/01/2013 11:01


Elle est dure ta conclusion, non ? :))))


Mais roman brillant, OUI !

Papillon 31/01/2013 21:22



Tu crois que je me suis laissée emporter par mon propre scepticisme à l'égard de l'amour ?


Mmmm... N'empêche que la fin du roman n'est pas optimiste !



clara 30/01/2013 08:30


Je l'avais répéré et  tu confirmes ! Super !!!!

Papillon 31/01/2013 21:21



Très bon roman, à dévorer.



Mimi 30/01/2013 06:37


Je suis en train de le lire et j'adore ce livre. C'est un chef-d'oeuvre d'intelligence dans lequel on ne s'ennuie jamais. Bravo Monsieur Eugenides !!

Papillon 31/01/2013 21:20



Et 500 pages c'est trop court !