Le mythe de la liberté et la voie de la méditation - Chögyam Trungpa

Publié le par Papillon

 

trungpa.jpg

 

Moine tibétain, Chögyam Trungpa dirigeait un monastère quand les chinois envahirent son pays. Obligé de  fuir, il se réfugia d'abord en Inde puis aux Etats-Unis, où il renonça à ses voeux pour devenir enseignant laïc. Il est considéré comme l'un des plus grands penseurs bouuddhistes du XXe siècle, et a joué un rôle essentiel dans la propagation du bouddhisme tibétain en occident.

 

Dans Le Mythe de la liberté, condensé des conférences que Trungpa donna aux Etats-Unis au début des années soixante-dix, il se propose de montrer que la véritable liberté est intérieure, et s'obtient par la voie bouddhiste, qui repose en grande partie sur la pratique de la méditation.

 

Ce qui m'a frappée, dans ce livre, c'est la quantité de concepts empruntés à la psychanalyse : névrose, répétition, refoulement, projection... Le bouddhisme, comme on sait, est une religion sans divinité qui se présente comme une philosophie basée sur une analyse de la psychologie humaine. Mais, là où la psychanalyse propose une cure par la parole et une attention portée au "moi", le bouddhisme propose une cure par le silence et la disparition de l'ego. Car le constat premier du bouddhisme est à la fois simple et rude : le vie humaine n'est que souffrance et cette souffrance, cette insatisfaction n'est pas due aux autres (parents, famille, patron, autorité,...) mais à nous-mêmes, à cause du point de vue inapproprié que nous portons sur le monde, un point de vue trop égocentrique.

 

La pratique de la méditation doit nous aider non seulement à être plus présents à chaque moment de notre vie (au lieu de toujours vouloir être ailleurs et désirer autre chose), mais surtout à adopter sur les évènements de la vie un regard innocent, débarassé des préjugés, des projections et des a priori. C'est la voie qui mène à la vraie compassion, qui est l'essence du bouddhisme.

 

Ce livre est une excellente introduction au bouddhisme tibétain. Il est très abordable, à l'exception des derniers chapitres plus ésotériques. Il a en partie répondu à mes questions sur la pratique de la méditation. Pourqui méditer ? Pour atteindre l'Eveil. Mais, comme disent les bouddhistes "Le meilleur moyen d'atteindre l'Illumination est de ne pas chercher à atteindre l'Illumination."


 

Traduit de l'américain par Vincent Bardet.

Points Seuil, 1979. - 187 p.


Publié dans Essais - Documents

Commenter cet article

Emereaude 20/11/2012 21:52


voilà un billet concis qui répond très simplement et clairement à la question que je me suis souvent posée concernant le bouddhisme, qui m'a toujours attirée sans trop savoir pourquoi. Merci
papillon d'avoir éclairé ma lanterne. Et évidemment, je note le titre, comme quasiment tout ceux dont tu as parlé dernièrement sur le zeno-bouddhisme-oriental !:-)

Papillon 25/11/2012 14:43



J'en ai lu plusieurs autres récemment, mais les billets ne sont pas faciles à écrire...



Aifelle 31/10/2012 11:11


J'ai retrouvé les références : Vicki Mackenzie "un ermitage dans la neige". Il a l'air de se monnayer beaucoup trop cher en "j'ai lu" sur les sites d'occasion. S'il t'intéresse, je te l'envoie.

Papillon 01/11/2012 11:31



Je vais assayer de voir si je le trouve à la bibliothèque.



Dominique 30/10/2012 09:47


Heureuse de trouver une lectrice intéressée par la méditation, je note ce livre et en échange je te recommende Kabat Zin auteur de plusieurs livres sur la méditaiton et son utilisation à des fins
de santé mais tu connais sans doute déjà

Papillon 30/10/2012 20:38



Je connais Jon Kabat-Zin pour acoir suivi le programme MBSR qu'il a inventé mais je ne l'ai pas encore lu.



Aifelle 30/10/2012 06:31


Maître très controversé que celui-ci .... j'ai lu il y a quelques années le livre d'une femme nonne boudhiste, d'origine anglaise, qui parlait de la place des femmes dans le boudhisme, notamment
de son passage auprès de Chogyam Trungpa. C'était très intéressant, je vais rechercher les références.

Papillon 30/10/2012 20:37



Oui, un vrai gourou avec tout ce que cela a d'ambigu.