Le livre de Yaak : chronique du Montana - Rick Bass

Publié le par Papillon

bass2.jpg 

Dans Winter, Rick Bass racontait son installation dans la vallée de Yaak, vallée sauvage située au Nord du Montana. Vingt ans après, il reprend la plume pour  défendre sa vallée. La vallée de Yaak est la proie des exploitants forestiers. La forêt a besoin d’être coupée régulièrement pour son meilleur développement, mais pas par des coupes à blanc, qui entraînent la ruine des sols et font fuir la faune sauvage. Pour Rick Bass, la vallée de Yaak est un lieu sauvage et doit le rester. Depuis des années, il se bat pour faire classer cette vallée. Dans une série de courts récits, il entreprend ici de raconter cette vie sauvage.

J’ai été moins emballée par ce livre que par le précédent. J’ai trouvé les différents textes assez inégaux. J’aime beaucoup quand Rick Bass évoque sa vie dans cette nature sauvage et ses rencontres avec les animaux du lieu (grizzly, coyotes, cerfs ou lynx) mais il y a un côté très agaçant quand il évoque la « magie de la nature ». J’ai été un peu exaspérée par sa vision spirituelle de la nature (qui n’est pas du tout la mienne) et cette manie de rapprocher sans cesse l’Art de la Nature (à contresens, à mon avis). Par contre, il y a des passages vraiment intéressants sur les écosystèmes, forestiers en particulier.

Donc, j’adhère complètement à son combat pour la défense de la nature sauvage pour des raisons de maintien de la biodiversité, tout en étant assez peu sensible à ses arguments. Pour moi, il n’y a pas de magie dans la nature, mais une organisation très sophistiquée et très fragile à la fois, que nous devons maintenir (c’est la biologiste qui parle).

Traduit de l’américain par Camille Fort-Cantoni
Gallmeister, 2007. – 178 p.

Publié dans Essais - Documents

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K


Coucou,


je suis en train de le lire, j'ai relu ton billet (mais n'aurais pas dû, tant pis, j'écrirai le mien en l'oubliant quand même) mais je suis OK avec toi, je suis crispée en le lisant, craignant de
voir débouler à chaque page le mot magie. grrr... je préfère les passages plus concrets sur des virées nature. Tout ça est un peu délayé, il se répète, avant de compiler des chapitres (?) il
aurait dû se relire. Tu vois je sais être grognon aussi avec un NW Gallmeister..



Répondre
J


Je passe pour l'instant sur celui-là ... je vais d'abord lire Winter qui me tente nettement plus.



Répondre
P


Tu as tout à fait raison : Winter est bien meileur !



C


Ne cherche pas d'excuses !



Répondre
C


Bon, et sinon tu ne veux pas me céder ta bibiothèque personnelle ? Je suis sure qu'elle me conviendrait !



Répondre
P


Celui-ci vient de la bibliothèque municipale...



K


Je tenterai peut-être le premier... parce que là, la vision spirituelle risque de me taper un peu...



Répondre
P


En même temps, le côté "neige, glace et apprentissage de l'hiver", je suppose que tu connais tout ça par coeur !



C


Bon, on lorgnera davantage vers les romans donc...



Répondre
K


Bon, après lecture des commentaires et de tes réponses, je vais voir de plus près ses romans, mais par curiosité peut être ce livre de Yaak, même si je n'en parlerai pas sans doute.



Répondre
P


Merci pour ta réponse ! Je dois bien avouer n'avoir jamais réflechi à la question, mais que ta conception me "parle" spontanément. Et il semble bien qu'à trop vouloir accorder de vertus à la
Nature, Bass ne gagne pas en raisonnement, c'est pour le coup bien dommage !



Répondre
P


Disons qu'à mon sens on n'a pas besoin d'ajouter une dimension mystique ou magique ou artistique à la nature pour pouvoir en apprécier tous les mystères et toutes les beautés.



H


J'ai commencé pour ma part par le magnifique "Là où se trouvait la mer". Et j'ai aussi été déçue par Le livre du yaak mais pas pour les mêmes raisons : je l'ai trouvé vide, c'est un
agrégat de textes sans construction, beaucoup moins percutant dans la défense de sa vallée que ses romans.


Lisez aussi -et plutôt- Platte river ou encore L'ermite.



Répondre
P


Je note ! je crois effectivement qu'il faut que j'essaie de lire ses textes de fiction, très inspirés par la nature.



P


Mon avis sur Winter était déjà mitigé, je ne sais pas si je tenterai le "20 ans après"... mais j'aime beaucoup ta réflexion sur l'opposition Art-Nature. L'art ne peut etre qu'une création de
l'esprit, c'est l'idée ? Dis moi si je me trompe, j'aimerai bien avoir ton point de vue qi je peux me permettre !



Répondre
P


Exactement ! L'Art résulte forcément d'une interprétation plus ou moins personnelle du monde. Appremment Rick Bass trouve son inspiration dans la nature pour son travail d'écrivain, mais c'est un
contresens (selon moi) de dire que l'art est dans la nature.