Le linguiste était presque parfait - David Carkeet

Publié le par Papillon

 

carkeet.jpg

 

L'institut Wabash est un très sérieux centre de recherche qui étudie les processus d'acquisition du langage chez les jeunes enfants. De très sérieux intellectuels y cohabitent avec de jeunes bambins, dont le vocabulaire se limite à quelques onomatopées : "Beuh, Bô, Bah". Jeremy Cook y est linguiste, passionné par son métier, mais pas totalement heureux car persuadé que ses collègues le détestent. Ce n'est pourtant pas lui qui est retrouvé assassiné dans son propre bureau, mais son collègue Stich. Les circonstances du meurtre font de Cook le suspect idéal aux yeux du gros inspecteur Leaf, peut-être moins obtus que son rire gras ne le laisserait penser. Cook va donc décider de mener sa propre enquête en analysant ce qu'il connait le mieux : le langage.

 

"En tant que linguiste, Cook, lui, savait que chaque jour, dans presque chaque phrase, les gens livraient régulièrement (quoique souvent par inadvertance) des informations à leur auditoire sur ce qu'ils savaient."

 

Voici un délicieux polar loufoque qui analyse les rapports humains compliqués qui règnent dans le milieu professionnel, et le décalage, souvent douloureux, entre l'image que l'on a de soi et celle que les autres nous renvoient. La victime étudiait justement l'expression de ces rapports amour-haine. Et l'affaire se complique vicieusement quand il apparaît que le coupable ne peut être que l'un des sept linguistes survivants, transformant l'enquête en jeu de la vérité assez cruel. Ce sera finalement un petit gars de dix-huit mois qui livrera la clé de l'énigme, fidèle à la maxime qui veut que "la vérité sorte toujours de la bouche d'un enfant."

 

Charmant roman, drôle et sans prétention, et bien plus profond qu'il n'y paraît.

 


Traduit de l'américain par Nicolas Richard.

Monsieur Toussaint Louverture, 2014 (1e éd. 1980). - 214 p.


Publié dans Polars & Co

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karine:) 06/04/2014 23:25


Oh, mais ça me tente, ça!   Dès qu'il est question de langage, je suis tentée


 

Papillon 07/04/2014 20:26



C'est là, c'est des beuh-bah-booo, mais c'est intéressant quand même



Aifelle 28/03/2014 06:57


Je l'avais noté chez Clara je crois, le commentaire de Keisha me refroidit un peu. Je verrai bien si je le trouve à la bibliothèque.

Papillon 28/03/2014 20:15



il na faut pas le lire comme un polar, sinon on est déçu.



Kathel 26/03/2014 09:02


Tout à fait d'accord... la profondeur sous la loufoquerie, c'est ce que j'ai aimé !

Papillon 27/03/2014 20:23



Oui, c'est très très plaisant. Je ne regarde plus mes collègues de la même façon



keisha 26/03/2014 08:32


J'ai rencontré l'éditeur dimanche. Ce roman est plaisant mais sans plus, je ne me souviens même plus du nom des morts (et pourquoi ce second mort?), bref, je suis restée un peu à côté. 

Papillon 27/03/2014 20:21



J'ai réalisé bien après l'avoir fini que le 2e meurtre n'est pas expliqué... Mais on s'en moque, le meurtre est un prétexte... Même le flic a l'air de s'en foutre totalement. Ce roman est comme
une expérience scientifique : mettez 6 collègues dans un bocal, provoquez un évènement déstabilisant, et observez ce qui se passe.



clara 26/03/2014 07:27


J'ai aimé ce livre!

Papillon 27/03/2014 20:19



J'en suis ravie : il le mérite !