Le garçon qui voulait dormir - Aharon Appelfeld

Publié le par Papillon

 

appelfeldP.jpg

 

"Nous sommes restés ensemble, même lorque nous avons été séparés un instant. Les camps ont existé, ils ont disparu, mais nous, nous sommes restés ensemble."

 

Erwin est un adolescent juif qui a survécu à la Shoah. On ne sait pas trop comment, d'ailleurs. "Le ghetto, le camp, la forêt", voilà à peu près tout ce qu'il en raconte. Et depuis la fin de la guerre, il dort. Le sommeil lui permet de retrouver ses parents par le biais des rêves. Porté par d'autres réfugiés sur des milliers de kilomètres, il arrive à Naples, où il se réveille plus ou moins, et s'enrôle dans une association sioniste qui se propose d'envoyer de jeunes réfugiés dans les colonies juives de Palestine.

 

Erwin doit suivre un entraînement quasi militaire, apprendre une nouvelle langue, l'hébreu, et adopter un nouveau prénom. Tous ces changements lui causent beaucoup d'angoisses, dont il s'ouvre aux fantômes de ses parents qu'il croise dans ses rêves : peut-on abandonner sa langue maternelle sans trahir le passé, peut-on renoncer à son prénom de naissance sans trahir sa famille ? Erwin est déchiré entre son désir de "retourner à la maison", c'est-à-dire de rester fidèle au passé et aux absents, et celui de commencer une nouvelle vie. Il a très peur d'oublier. Alors il rêve, engage de longues conversations avec père, mère, oncles et tantes, et revisite les lieux lumineux de l'enfance dans les Carpates.

 

Dans ce très beau roman, Appelfeld utilise sa propre histoire pour aborder la question de la mémoire et de la fidélité au passé, et interroge le rôle de la langue dans la construction de l'individu. Autour d'Erwin, tous les camarades du kibboutz cherchent le chemin de la reconstruction, qui par la prière, qui par l'art, qui par la solitude. Il y a même celui qui se suicide, devant l'impossibilté d'une nouvelle vie. Quant à Erwin devenu Aharon, c'est par le biais d'une douloureuse blessure de guerre qu'il découvrira sa voie, et sa voix, celle qui lui permettra d'avancer vers son futur tout en donnant toutes sa place à son passé et à ses racines, autant familiales que géographiques.

 

"J'ai quitté le chemin du hasard et je me dirige vers mon but."

 

Dans une écriture simplifiée à l'extrême, Appelfeld dessine un univers onirique, symboliste et chargé de sens, et signe l'un des romans les plus émouvants que j'ai lu depuis longtemps.

 


Traduit de l'hébreu par Valérie Zenatti.

Editions de l'Olivier, 2011 (Points, 2012). - 297 p.


Commenter cet article

kathel 17/11/2012 18:07


D'après les commentaires, tout le monde semble avoir lu et apprécié autant que toi cet auteur... il faut que je le découvre aussi ! 

Papillon 17/11/2012 20:10



Je suis persuadée que tu aimeras.



Leiloona 17/11/2012 15:19


Déjà que je voulais le lire ... Ta dernière phra se achève de me convaincre. ;)

Papillon 17/11/2012 20:09



A ne pas manquer, vraiment.



cathe 17/11/2012 11:17


Pareil que ma camarade Sylire. C'est vrai qu'il écrit toujours autour du même thème mais quel auteur extraordinaire ! "Histoire d'une vie" avait été une de mes grandes découvertes il y a quelques
années !

Papillon 17/11/2012 20:08



Oui, je suis allée lire tes billets du coup, que Sylire avait mis en lien. J'ai beaucoup, beaucoup aimé la plume et l'univers d'Appelfeld. Je n'en ai pas fini avec lui 



Olivier 16/11/2012 19:00


Le thème du rêve lucide m'a l'air intéressant...

Papillon 16/11/2012 21:18



ça donne un petit côté fantastique à un roman qui pourrait paraître bien sombre...



keisha 16/11/2012 13:31


Je dirais comme sylire. Un bon livre aussi.

Papillon 16/11/2012 21:17



Très bon, même



sylire 16/11/2012 13:03


Le résumé que tu fais de ce livre ressemble beaucoup à celui que j'avais fait de l'un de ses livres précédents "histoire d'une vie". Les deux livres me semblent très proches :


http://sylire.over-blog.com/article-17698570.html

Papillon 16/11/2012 21:17



Oui, je viens de lire ton billet et en effet ça ressemble mais celui-ci est un roman.



Malice 16/11/2012 10:08


Lu moi aussi un très grand livre et j'ai adoré aussi magnifique !!!!

Papillon 16/11/2012 21:16



Absolument. C'est un auteur que je relirai très vite.



S. 16/11/2012 08:29


Décidemment, tu es en grande forme, encore un chouette billet, c'est tout à fait ça, un roman très émouvant pour moi aussi.


Aifelle, "Mensonges" est très très chouette aussi, tu vas aimer :)

Papillon 16/11/2012 21:15



J'ai vraiment beaucoup aimé, le thème et la façon dont il est abordé.



Aifelle 16/11/2012 06:19


J'ai aimé tout ce que j'ai lu de lui, je note celui-ci, j'espère qu'il est à la bibliothèque. Je voudrais lire aussi "mensonges" de Valérie Zenatti, sa traductrice, où elle joue à être lui, avec
sa permission.

Papillon 16/11/2012 21:15



Et j'ai été très impressionnée de voir toute l'émotion qu'il est capable de transmettre, avec des phrases aussi simples. Je note "Mensonges"