Le fémur de Rimbaud - Franz Bartelt

Publié le par Papillon

 

« Mes connaissances en psychologie me préservent de la tentation de contrarier les personnes en phase aigüe d’alcoolisation. »

 

bartelt.jpg

 

Majésu Monroe ("aucun rapport avec Marilyn", se plaît-il à préciser) est brocanteur, mi-anarchiste et mi-escroc, qui ne vend que des objets chargés d'histoire : la chaussette de Rimbaud, le verre à dents de Napoléon, le mouchoir de Marie-Antoinette. C'est dans sa boutique qu'il rencontre Noème ("et non pas Noèmie", se plaît-elle à préciser), fille de riches bourgeois, que sa haine pour sa famille  a transformée en égérie communiste, révolutionnaire et alcoolique. C'est en lui racontant qu'il est l'assassin d'un patron que Majésu séduira la belle. Une haine commune pour la société et un amour partagé pour la dive bouteille scellera définitivement l'union des deux tourteraux. Mais voilà que les parents de Noème meurent brutalement, laissant leur fille sinon affligée, du moins richissisime. La nouvelle héritière renonce sur-le-champs à la pauvreté, au communisme et au mariage. Mais Majésu n'a pas dit son dernier mot...

 

D'habitude, j'aime bien les histoires déjantées et fantasques surtout quand elles ont, comme chez Bartelt, du style. Et pourtant, ça n'a pas marché cette fois-ci, peut-être parce qu'à part le style, il n'y a pas grand chose qui tienne dans cette histoire : des situations caricaturales à l'excès, des retrournements de situations improbables, des clichés à la pelle (sur les riches, sur les pauvres, sur les flics,...). Même ce baratineur de Majésu, qui passe son temps à se faire des compliments, nous lasse très vite. Non seulement rien ne m'a fait rire dans ce roman, mais j'en ai lu les cinquante dernières pages en diagonale, tellement je baillais d'ennui.

 

 

Gallimard, 2013. - 256 p.


Commenter cet article

cathulu 04/01/2014 08:18


Je passe, merci !

Papillon 04/01/2014 19:33



De rien



Genevieve 04/01/2014 02:50


J'allais noté! Ça semblait prometteur sauf que si c'est trop déjanté et que rien d'autre ne tient... je risque de décrocher!

Papillon 04/01/2014 19:33



Oui, ça partait bien, mais ce fut une grosse déception