La vie rêvée d'Ernesto G. - Jean-Michel Guenassia

Publié le par Papillon

 

guenassia3

 

Joseph Kaplan naît à Prague en 1910. A l'âge de dix ans, il découvre avec sa mère le plaisir de la danse et, en particulier, du tango. Mais, en digne successeur d'une longue lignée de médecins, il choisit de faire des études de médecine. Ses opinions politiques socialistes lui valent des ennuis avec les autorités, et son père décide de l'envoyer finir ses études à Paris. Joseph, qui sait déjà qu'il veut consacrer sa carrière à la recherche, découvre la vie de bohême dans le Paris des années trente et du Front Populaire. Il passe ses nuits à danser le tango et séduire des filles qu'il oublie très vite, et ses journées à travailler d'arrache-pieds pour obtenir son diplôme. A peine obtenu, on lui propose un poste de chercheur à l'Institut Pasteur d'Alger. Joseph débarque en Algérie alors que le bruit des bottes commence à résonner en Europe.

 

Comme dans son précédent roman, Jean-Michel Guenassia renoue avec la tradition du roman populaire, et entraîne son lecteur à travers les méandres historiques du XXe siècle, depuis la fin de la guerre de 14 jusqu'à l'effondrement du régime communiste, et de Paris à Prague en passant par Alger. Le thème n'est pas nouveau, mais Guenassia l'aborde de façon plutôt originale. Mon seul reproche envers ce gros roman qui se lit d'une traite, est le manque de consistance de ses personnages. A chaque nouveau chapitre de sa vie, Joseph semble oublier totalement le chapitre précédent : nouveau lieu, nouveaux amis, nouvelle fonction. Le seul trait qui caractérise vraiment Joseph,  est son amour immodéré, inconditionnel et inaltérable pour les chansons de Carlos Gardel, une passion qui sera à l'origine de son amitié pour un célèbre révolutionnaire, pour lequel Guenassia imagine une aventure des plus plausibles.

 

Le roman du XXe siècle, sur lequel plane l'ombre de Camus, Kafka, Kundera et même Modiano, se lit comme un roman d'aventures.

 

 

Albin Michel, 2012 .- 544 p.


Commenter cet article

Midola 16/01/2013 12:47


J'avais beaucoup aimé son premier roman et j'avoue que celui-ci me tente beaucoup.

Papillon 19/01/2013 20:35



Aussi réussi que le premier, se lit d'une traite.



Aifelle 14/01/2013 13:13


J'ai tellement aimé son précédent roman que je lirai celui-ci, qui se lit apparemment aussi bien. (d'accord pour ton post-it, mais comme j'écoute France-Culture autant que France-Inter, je
n'étais pas complètement perdue ..). N'empêche, je suis  bien contente que ce soit reparti, alors que la télé ....

Papillon 15/01/2013 21:06



L'avantage de ne plus regarder la télé, c'est que j'écoute encore plus la radio et je me régale. Il y a vraiment de très bonnes émissions alors que la télé s'enfonce dans la médiocrité !



keisha 14/01/2013 07:49


Ton blog it : oh que oui! Je n'ai carrément pas la télé du tout, depuis des années, mais la semaine dernière j'ai souffert! Heureusement France Musique passait quand même de la musique que j'aime
(et pas ce truc de remplissage lors des grèves sur France Inter)


Mais aucune envie d'aller sur d'autres stations pas en grève mais à publicités récurrentes, beurk

Papillon 15/01/2013 21:05



J'hésite encore à me débarasser de ma télé, c'est quand même pratique pour voir des films, mais je ne peux
définitivement pas vivre sans France Inter !