La fortune de sila - Fabrice Humbert

Publié le par Papillon

 

Rentrée littéraire 2010
 

 

Dans L’origine de la violence, Fabrice Humbert analysait les rapports de violence entrehumbert2.jpg dominants et dominés dans le contexte très particulier du camp de concentration. Dans son nouveau roman, il s’intéresse à une autre forme de violence plus moderne et plus sournoise.

 

La scène qui ouvre le roman, et qui est aussi le pivot de l’histoire, se déroule dans un grand restaurant parisien un soir de Juin 1995. Y sont réunis par hasard des convives de diverses nationalités. Soudain un incident éclate, l’un des clients se lève et frappe le serveur, qui s’effondre, le visage en sang. Divers sentiments agitent l’assistance mais personne ne bouge. Le serveur est évacué, le dîner reprend. Un riche vient de frapper un pauvre en toute impunité et dans une indifférence quasi générale. Cette scène emblématique, à la fois dramatique et banale, est une allégorie de ce que Fabrice Humbert tente d’illustrer dans ce roman. Le lecteur découvre alors qui sont les héros de ce drame, dont les destins vont se croiser sans forcément se rencontrer. Pour chacun d’eux, cette soirée va être le premier faux pas vers la chute finale.

 

Il y a là Simon, jeune et brillant chercheur en mathématiques, mais personnalité timide et introvertie, qui partage son appartement avec Mathieu, son exact contraire : séducteur, hâbleur, menteur et tricheur. C’est sous l’impulsion de Mathieu que Simon décide de lâcher son labo pour se lancer dans l’aventure de la finance dans une banque internationale. A côté d’eux, un couple de nouveaux riches russes. Lui, fut un brillant universitaire qui a épousé sa belle et intelligente étudiante. Au moment où le communisme a commencé à vaciller, il a fait le choix d’abandonner l’université pour la politique, jouant Eltsine contre Gorbatchev et devenant un des puissants du régime russe, un de ceux qui profitèrent de l’éclatement de l’empire soviétique pour se remplir les poches. Il y a aussi une famille américaine. Le père fut longtemps un espoir local de football américain avant qu’une blessure ne mette un terme à une carrière décevante. L’ancien joueur s’est alors lancé dans le crédit immobilier, vendant, grâce à des subprimes, des maisons à ceux qui n’ont pas les moyens d’en acheter. Le point commun de ces hommes ? Ils se sont tous vendus à la finance et sont complètement corrompus par l’argent. Le dernier d’entre eux, le jeune serveur noir, est le plus pur. Il est arrivé d’Afrique et a gravi toutes les marches de l’intégration, avec courage, ténacité et une certaine forme de candeur.

 

A travers ces hommes, Fabrice Humbert nous fait découvrir le monde de la grande finance et ses règles impitoyables. Car c’est une guerre que se livrent ces gens, une guerre pour le toujours plus, une guerre qui se fait sur le dos des pauvres, mais où certains d’entre eux seront broyés. La plume de Fabrice Humbert est absolument envoutante, par son réalisme, sa précision, et la profondeur de l’analyse psychologique des personnages. Ce texte, à la fois très bien documenté et truffé de références littéraires, vous fait littéralement entrer dans un autre monde, qui est décortiqué avec une minutie quasi clinique.

 

Un roman brillant et extrêmement cruel.

 

Le Passage, 2010. – 317 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chiffonnette 29/09/2010 21:05



J'avais trouvé son précédent brillant et original par rapport à la pléthore de romans sur le sujet! Je suis assez intriguée par celui-ci!



Papillon 30/09/2010 22:05



celui-ci aussi est très original, dans un genre complètement différent.



Midola 20/09/2010 19:29



Le thème ne me tentait pas tellement mais à force de lire de bonnes critiques, je vais peut-être me laisser tenter



Papillon 20/09/2010 21:09



Moi non plus, le thème ne me tentait pas plus que ça, mais Fabrice Humbert est capable de me faire lire n'importe quoi !



Karine:) 19/09/2010 00:06



Ah, c'est vilain, écrire un tel billet.  J'ai une envie folle de le lire maintenant! :)))



Papillon 19/09/2010 20:42



Tant mieux ! C'est un très bon roman !



Aifelle 17/09/2010 07:01



Cà me dit aussi



Papillon 18/09/2010 09:42



Il part chez Cuné et fera escale chez toi ensuite



cocola 16/09/2010 21:40



Je note, parce que j'avais vraiment aimé L'origine de la violence... Je ne savais même pas qu'il avait sorti un nouveau roman !



Papillon 18/09/2010 09:42



Un nouveau roman, tout aussi bon que le premier et moins noir.



Cuné 16/09/2010 10:50



Ca me dit, merciiiiiiiiiiiii :)



Papillon 18/09/2010 09:41



Le paquet est prêt à partir.



In Cold Blog 15/09/2010 20:58



Il est 20:57, ... ton blog it express n'est plus qu'un souvenir J'espère que tout va bien pour toi.



Papillon 16/09/2010 11:00



Tout est OK. Thank you so much !



Manu 15/09/2010 20:09



"L'origine de la violence" est sur ma LAL. Celui-ci a l'air bien aussi !



Papillon 16/09/2010 11:00



Il était encore mieux même ! Très fort.



keisha 15/09/2010 15:40



Ton blog it : gloups! reviens vite...



Papillon 16/09/2010 10:59



Tout s'est bien passé, merci à toi.



keisha 15/09/2010 15:40



Le précédent ne m'avait pas super emballée, mais ce n'était pas un problème de style, donc pourquoi pas ce deuxième?



Papillon 16/09/2010 10:59



Le style est vraiment brillant, en effet. Et j'aime beaucoup aussi l'analyse psychologique.