La distance entre nous - Maggie O'Farrell

Publié le par Papillon

 

ofarrell.jpg

 

Stella est une jeune femme brillante mais instable, qui change de vie sans arrêt et sans crier gare, pour fuir un traumatisme de l'enfance. Alors qu'elle marche dans une rue de Londres, elle est une nouvelle fois confrontée à son plus mauvais souvenir et décide de partir une fois de plus. Elle se réfugie dans un château transformé en hôtel dans l'Ecosse qui l'a vue naître dans une famille italienne. Jack, lui, a grandi à Hong-Kong avec une mère britannique et célibataire. Alors qu'il assiste aux fêtes du Nouvel An chinois, il est victime d'un grave accident. Sa petite amie à l'agonie le supplie de l'épouser. Il obtempère par pure humanité mais, contre toutre attente, Mélanie survit. Et voilà Jack coincé dans un mariage qui ne lui convient pas et dont il va chercher à fuir très vite. C'est alors que sa route croise celle de Stella.

 

Ce que j'ai  aimé dans ce roman, c'est la façon dont l'histoire est racontée, en mode puzzle, par bribes qui nous permettent de reconstituer le passé de nos deux héros. La vie de Stella se révèle bien plus riche que celle de jack : une famille d'émigrés italiens, une relation fusionnelle avec sa soeur aînée, un secret bien gardé. A côté, l'histoire de jack paraît bien artificielle et bien moins crédible. Il est à la recherche d'un morceau de son passé alors que Stella cherche à oublier le sien, et il faudra attendre la fin de l'histoire pour comprendre pourquoi.

 

Ce que j'ai moins aimé, c'est la fin de l'histoire, justement, beaucoup trop fleur bleue, beaucoup trop improbable, une fin de roman sentimental, qui fait sombrer le roman dans la banalité. L'histoire de Stella aurait largement suffit à faire un bon roman, alors que la rencontre avec le gentil mais falot Jack la transforme en comédie romantique à quatre sous. Dommage. Mais au moins ce roman est enfin sorti de ma PAL.


 

Traduit de l'anglais par Michèle Valencia.

10/18, 2008. - 371 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anjelica_blog@yahoo.fr 18/09/2013 22:37


je pars à Rome dans une dizaine de jours. Je ne connais pas encore, mais tout le monde me dit que c'est une ville merveilleuse 

Papillon 20/09/2013 18:55



Quelle chance ! Oui, c'est la plus belle ville du monde pour moi. Et en cette saison il y aura braucoup moins de monde qu'en août.



anjelica_blog@yahoo.fr 18/09/2013 22:36


La construction en puzzle est la marque de fabrique de Maggie O'Farrel, ce qui fut une belle découverte pour moi dans "Quand tu es parti", mais quand j'ai retrouvé la même méthode dans
"Esmé....", cela m'a déçu ! 

Papillon 20/09/2013 18:54



C'est le premier que je lisais d'elle donc je ne me suis pas encore lassée de cet aspect, c'est plutôt la fin de l'histoire que j'ai trouvé décevante...



kathel 20/08/2013 09:16


Je n'ai pas lu ce roman de Maggie O'Farrell, mais je crois que je ne lui en voudrais pas du côté fleur bleue, parce que ça fait du bien parfois ! 


Et oui, bien sûr, Rome est la plus belle ville du monde... ah, les places, les fontaines, les églises... 

Papillon 21/08/2013 20:16



C'est sûr que ça se lit vite et que ce n'est pas prise de tête !


Et je vois que tu es comme moi : on ne se lasse pas de Rome.