Journal d'un apprenti moine zen - Giei Satô

Publié le par Papillon

 

sato.jpg

 

Depuis que je pratique la méditation, je m'intéresse à tout ce qui tourne autour du bouddhisme zen, une forme de bouddhisme qui s'est particulièrement épanouie au Japon, et qui accorde une importance primordiale à la pratique de la méditation assise (zazen).

 

Bien plus qu'un journal, ce petit bouquin est un véritable manuel pratique à l'usage des futurs moines. Il a été écrit en 1967 par un moine zen, résidant du monastère de Tôfuku-ji. On y découvre tout ce qui fait le quotidien des moines zen. Ecrit en chapitres très courts, illustrés de dessins naïfs et drôles, il est en plus très facile à lire.

 

La première partie est consacrée à l'entrée au monastère. Le futur moine devra faire preuve de patience et de persévérance, car on va le laisser attendre trois jours sur le perron, pour tester sa volonté et sa motivation. Une fois accepté, le novice se verra attribuer un petit coin dans la salle de méditation, qui est aussi le dortoir des moines, et les quelques attributs de sa nouvelle fonction : une tunique, une écuelle, un futon.

 

"Les biens d'un moine sont réduits en principe au strict minimum, de manière à l'affranchir de tout désir de posséder, ce despote absolu du coeur de l'homme, et à préserver intacte la liberté de pérégrination, celle "des nuages qui passent et de l'eau qui coule."

 

Commence alors la difficile voie du zen. Désormais le novice va avoir un emploi de temps minuté de l'aube au crépuscule, fait de rituels et de tâches diverses. Bien sûr, on lui enseigne la pratique de la méditation, on l'initie au textes fondateurs et on met à l'épreuve sa capacité à "s'éveiller à sa propre nature", mais on lui apprend aussi le rituel du thé, la récitation des sutras et l'art du silence. Plus surprenant, on découvre que le bouddhisme zen accorde une grande importance aux tâches manuelles : jardinage, nettoyage et raccomodage. Ainsi, le balayage est considéré comme une véritable pratique méditative. Une grande importance est également accordée à la pratique de la mendicité : les moines doivent mendier leur riz, exercice d'humilité pour eux et de générosité pour les fidèles.

 

Tout cela m'a passionnée, même si la dernière partie qui est consacrée aux différentes fêtes bouddhistes qui rythment l'année ne m'a pas vraiment intéressée, tant je trouve que ce petit bouquin contient la quintessence de l'esprit zen. Et je trouve très intéressant de constater que, quelque soit la religion, les monastères fonctionnent tous sur les mêmes règles strictes et prônent les mêmes valeurs de base : obéissance, pauvreté, humilité.


 

Traduit du japonais par Roger Mennesson.

Picquier Poche, 2012. - 231 p.


Publié dans Essais - Documents

Commenter cet article

kroustik 26/10/2012 14:56


Je pense l'avoir lu voilà des années, est-ce un auteur moderne ? (Désolée pour mon inculture). J'avais été marquée par la rudesse de ce choix de vie (on ne l'accueille pas à bras ouverts !) et
j'avoue que je trouve le bouddhisme zen trop dur pour moi (rien que la position du lotus qui fait mal partout pour qu'on prenne sur soi (?) ). Cependant je partage l'avis que les tâches les plus
humbles, répétitives, peuvent être une source d'apaisement en soi.

Papillon 29/10/2012 20:44



C'est un auteur des années 60. Oui, la vie du moine zen est bien rude parfois ! Pour la position du lotus, il paraît que quand on est habitué on ne sent plus rien, mais, effectivement, je n'ai
pas vraiment envie de tenter l'expérience !



chinouk 23/10/2012 18:01


j'aime beaucoup la culture japonnaise, ce petit livre me fait de l'oeil depuis aps mal de temps, je me laisserai bien tenter.

Papillon 24/10/2012 21:07



Très facile et agréable à lire, en plus. J'ai eu l'impression de passer une semaine dans un monastère ce qui est assez rare comme expérience.



keisha 21/10/2012 14:02


Désolée, mais pas sûr que j'accroche, j'suis pas vraiment zen...Mais ménage et jardinage tout en méditant, pourquoi pas?

Papillon 24/10/2012 20:59



Moi non plus, mais j'essaie de le devenir



Marilyne 20/10/2012 11:52


Effectivement, je note également ce titre, pas tant pour le zen, simplement parce que je m'intéresse à ce qui touche ( et me touche ) sur la " pratique ", l'esprit spirituel au quotidien, c'est à
dire lorsqu'il est inscrit dans la vie, dans les activités et non pas coupé du monde, une philosophie finalement.

Papillon 21/10/2012 10:24



D'après ce que je sais du bouddhisme, c'est un pau ça qu'il prône : une attitude dans tous les gestes du quotidiens, même les plus banals (le balayage !) et ça me plaît beaucoup, cette idée !



Emereaude 20/10/2012 10:35


Moi aussi j'ai un vif interêt pour tout ce qui est bouddhisme, zen et Japon. Sauf que je ne prends jamais le temps de lire les choses qui ont un rapport avec ça. Ca m'intéresse pourtant !


Du coup je note ce titre, tu en parles très bien, ça fait vraiment envie !

Papillon 21/10/2012 10:23



En fait, je suis en train d'entamer une grosse pile de lectures sur ce thème , donc tu vas en voir d'autres...



chiffonnette 20/10/2012 08:47


Celui-ci me fait très envie, mais la dernière fois que je suis passée à la librairie... IL n'y était plus! Grosse déception. Mais je ne désespère pas. J'aime bien l'idée de ce manuel sous forme
ludique.

Papillon 21/10/2012 10:22



C'est très facile à lire, en effet, et l'auteur a un petit ton moqueur parfois, qui est très réjouissant.



Minou 20/10/2012 08:45


Je ne m'intéresse pas vraiment au zen et à la culture japonaise, donc je pense que je vais me contenter de ton intéressant article : j'ai notamment été interpelée par ta dernière réflexion, ce
rapprochement entre les monastères des différentes religions.

Papillon 21/10/2012 10:21



oui, pourtant bouddhisme et christianisme n'ont rien à voir, mais le vie monastique semble avoir toujours les mêmes bases.



Flo 18/10/2012 14:26


Ca a l'air extra ! Je ne sais plus à travers quel livre, j'avais appris que le balayage était effectivement une activité "valorisée". J'ai très peu lu sur le zen spécifiquement mais en
m'intéressant à la culture traditionnelle japonaise, dont le rituel du thé, j'ai souvent été confrontée à cette philosophie.


Merci pour la découverte (ma LAL tire la tronche mais tant pis ;) ).

Papillon 18/10/2012 21:52



Je me rends compte d'ailleurs en lisant autour de ça à quel point la société japonaise est imprégnée de la philosophie zen. Ordre, dénuement et propreté sont très importants pour le zen, c'est
sans doute pour ça que je m'y reconnais...



Le Papou 15/10/2012 00:27


Bien sur, Petit Papillon, c'est aux adultes de les expliquer aux petits et aux parents d'abord.


 


Le Papou

Le Papou 13/10/2012 23:19


On devrait peut-être commencer par montrer ces valeurs aux enfants qui réclament un ordi dès 6 ans.


 


Le Papou

Papillon 14/10/2012 20:15



A 6 ans c'est dur de comprendre et de lutter contre le concept de surconsommation. C'est aux adultes de se discipliner.